Magazine Cinéma

L'homme qui voulait vivre sa vie - 7,5/10

Par Aelezig

z68

Un film de Eric Lartigau (2010 -France) avec Romain Duris, Marina Foïs, Niels Arestrup, Eric Ruf, Catherine Deneuve, Branka Katic

Un thriller, entre cruauté et désespoir.

L'histoire : Paul est un homme (presque) heureux. Il est avocat, riche ; il adore sa femme et ses enfants. Il travaille dur pour leur offrir le meilleur, ayant renoncé depuis longtemps à ses ambitions de jeune homme : devenir photographe. Elle a elle-même lâché son boulot il y a des années pour devenir écrivain ; pas de problème, il veut qu'elle s'épanouisse en tout. Mais pourtant, depuis quelque temps elle est froide avec lui, lui fait sans cesse des reproches, et veut recommencer à travailler, car finalement elle n'arrive à rien côté écritures et déclare que, s'il l'a laissée faire, c'était uniquement pour avoir Bobonne à la maison. Non, c'est faux, se défend-il. Mais, de toutes façons, il fera ce qu'elle veut, tente de l'accompagner, de l'aider, d'être meilleur encore avec sa famille. Mais cette froideur, cet agacement constant qu'elle semble ressentir à son encontre font germer le doute : l'aime-t-elle toujours ? aurait-elle un amant ? Lorsqu'il découvre la vérité, et la gloriole moqueuse de l'amant, lui-même photographe, un comble... une bagarre éclate entre les deux hommes et Paul tue son rival. Et là, il pète les câbles. Il cache le corps, maquille la scène de crime et invente toute une mise en scène pour disparaître... Puisque personne ne veut de lui, il va s'inventer une autre vie...

z70

Mon avis : Pour le moment (je n'ai pas vu tous ses films), Eric Lartigau est un petit gars qui me plaît bien. Moi qui ne suis pas très comédie, j'avais apprécié Mais qui a tué Pamela Rose ? et Un ticket pour l'espace, avec un humour qui frise l'absurdité chère aux Britanniques, et adoré Prête-moi ta main, plus franchouillard, mais mêlant avec brio comédie romantique et drôlerie de tous les instants.

L'homme qui voulait vivre sa vie n'est pas du tout une comédie, loin s'en faut. Et c'est au contraire sa noirceur absolue qui m'a plu. Et sa maîtrise. Les personnages sont tenus, le déroulement du film aussi, la prestation tout entière est de qualité ; rien n'est mièvre ou à côté de la plaque, comme dans tant de films français. Le scénario s'inspire d'un roman de Douglas Kennedy, auteur de thrillers best-sellers.

Je sais que beaucoup d'entre vous n'aiment pas tellement Romain Duris. Moi c'est un acteur que j'apprécie énormément et là encore, il fait le job, dans ce rôle d'un pauvre homme azimuté, tellement malmené qu'il devient un peu fou. Et c'est pour ça que je parle de cruauté dans ma phrase de présentation. J'ai trouvé la vie terriblement cruelle avec lui, ainsi que les personnages qui l'entourent. Sa femme qui le méprise, l'amant de celle-ci, qui le traitent de raté. Alors que nous voyons un homme amoureux, fou de ses enfants, qui travaille dur pour gâter sa famille, mettant de côté ses rêves de jeunesse... et que l'on blâme pour ça ! Quelle ingratitude... J'ai trouvé terrible ce qu'il lui arrivait. Et Romain incarne parfaitement, avec de grandes nuances, ce garçon qui a tout donné, qui perd tout, et qui en devient fou. Car ses actions deviennent soudainement délirantes ; certains critiques disent d'ailleurs que ce n'est pas crédible, et je ne suis pas d'accord : il fait "n'importe quoi" parce qu'il est désespéré. Au niveau interprétation, à ce propos, Marina Foïs et Eric Ruf sont également excellents : désolants de mépris suitant... Ils sont beurk ! Il faut se rappeler que ce sont de (bons) acteurs, car on a envie de les baffer !

z71

Peut-être ont-ils leurs raisons, mais l'histoire est racontée du point de vue de Paul et tout est cohérent.

Cruauté aussi des dernières scènes, avec le sort réservé aux clandestins sur un bateau, particulièrement choquantes et tristement d'actualité.

Le désespoir est l'autre mot qui infusait dans mon esprit pendant le film. L'ambiance est rendue avec justesse. C'est glauque et triste et froid, de bout en bout. C'est comme un suicide positif : Paul est mort, il a quitté sa vie d'avant dont il ne veut plus ; il tente autre chose, réaliser ses rêves d'enfant, tout en choisissant un moyen qui le ramènera forcément à son point de départ. Inconsciemmemnt. Double suicide, en fait. Comme un acte manqué. La fin est d'ailleurs ouverte... marchera, marchera pas ? Selon la "morale" de chacun, le spectateur fera son choix...

Un bon film français, noir et intéressant. Moi, ça me botte ! Il a été très bien accueilli par la presse et par le public. Hourrah !

z69

A noter : le film est financé par EuropaCorp. Comme quoi... ils ne font pas que des bouses. Et pour la touche people, sachez que Eric Lartigau et Marina Foïs sont en couple à la ville depuis des années et ont deux enfants.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines