Magazine Cinéma

Sortie ciné : It Follows, de David Robert Mitchell

Par Mrwak @payetonwak

It Follows, Cannes, David Robert Mitchell, Disasterpeace, Keir Gilchrist, Paul, Loren Bass , Annie's Father, Olivia Luccardi, Yara, Lili Sepe, Kelly Height, Maika Monroe, Jay Height, Jake Weary, Hugh, Jeff, Daniel Zovatto, Daniel, Greg Hannigan, Donnie Darko, John Carpenter, Halloween, Jamie Lee Curtis, Freddy, Nightmare on Elm Street, Les Griffes de la nuit, geekmehard, geek me hard, test, trailer, critique, avis, comic-book, comics, film, chronique, article
It Follows commence comme un conte américain, un conte entre ados oubliés, délaissés par leurs parents, qui essaient de vivre malgré le fardeau de leur propre existence. Jay rêve d'avoir un petit ami et son souhait est exaucé lorsqu'elle rencontre Hugh. Mais après leur première relation consentie, Hugh révèle à Jay qu'il lui a transmis une malédiction, se manifestant sous la forme d'une présence suivant et traquant méthodiquement sa victime.
Avec son casting de jeunes ados, ses rues de banlieues résidentielles en prises avec l'automne et son synthé incessant, It Follows rappelle en premier lieu les inquiétantes incursions de John Carpenter (Halloween) et Wes Craven (Les Griffes de la nuit) dans l'horreur. Mais sous ses airs de slasher, It Follows est davantage une expérience sensorielle qui provoque une terreur diffuse, notamment parce que le réalisateur a choisi d'opter pour une réalisation calculée et très posée. Les plans larges et l'attente qui en résulte sont de très efficaces facteurs de suspense et forcent le spectateur à épier en permanence l'écran, aux aguets. Très simplement, le film en appelle à une terreur qui n'a plus besoin de faire peur dans le noir mais le fait n'importe où, dans le cadre de la vie ordinaire de ces adolescents de banlieues.
It Follows, Cannes, David Robert Mitchell, Disasterpeace, Keir Gilchrist, Paul, Loren Bass , Annie's Father, Olivia Luccardi, Yara, Lili Sepe, Kelly Height, Maika Monroe, Jay Height, Jake Weary, Hugh, Jeff, Daniel Zovatto, Daniel, Greg Hannigan, Donnie Darko, John Carpenter, Halloween, Jamie Lee Curtis, Freddy, Nightmare on Elm Street, Les Griffes de la nuit, geekmehard, geek me hard, test, trailer, critique, avis, comic-book, comics, film, chronique, article
La jeune actrice Maika Monroe (qui évoque parfois Brie Larson et Mary Elizabeth Winstead), ado idéaliste à peine sortie de l'enfance est la victime de cette malédiction. Déjà vue l'année dernière dans l'excellent The Guest de Adam Wingard, où elle faisait bonne figure, elle reprend à son compte la posture désenchantée que peut l'être celle d'une jeune fille comme Jay: rêveuse et aspirant à mieux, blottie dans les couettes de son enfance et bientôt précipitée vers l'âge adulte.
The Guest et It Follows partagent d'ailleurs une vision claire et bien assimilée des genres qu'ils abordent; tout y est dégagé du superflu, les conventions y sont bien ordonnées (The Guest est d'ailleurs quasiment procédural dans son traitement) et les films sont loin de s'en tenir à l'hommage vide de toute nouveauté ou substance. Faisant reposer tout son récit sur une attente insoutenable et sur la menace du hors-champ qui menace à tout moment de fracasser son fragile équilibre, le film de David Robert Mitchell est un puissant moteur de terreur absolue qui ne manque pas de jouer de sa métaphore sur les relations sexuelles ou sur la vie et le décompte qui s'y amorce, sitôt qu'on entre dans l'âge adulte.
L'anxiété adolescente mêlée de cette peur irrationnelle du lendemain est ici merveilleusement mise en abîme, et très justement mise en scène par une photographie ahurissante de profondeur, comme si tous les lieux visités (en particulier les chambres à coucher) étaient des souvenirs troubles teintés de flous, comme un souvenir qui s'efface. De ce point de vue, on n'avait pas vu plus belle incursion dans une chambre de filles depuis The Virgin Suicides ou Ghost World!
It Follows, Cannes, David Robert Mitchell, Disasterpeace, Keir Gilchrist, Paul, Loren Bass , Annie's Father, Olivia Luccardi, Yara, Lili Sepe, Kelly Height, Maika Monroe, Jay Height, Jake Weary, Hugh, Jeff, Daniel Zovatto, Daniel, Greg Hannigan, Donnie Darko, John Carpenter, Halloween, Jamie Lee Curtis, Freddy, Nightmare on Elm Street, Les Griffes de la nuit, geekmehard, geek me hard, test, trailer, critique, avis, comic-book, comics, film, chronique, article
It Follows s'empare avec une efficacité redoutable de son récit, sitôt que les codes (simples) de son concept sont posés. On pourrait d'ailleurs reprocher à David Robert Mitchell d'avoir piqué à Ring l'une de ses règles les plus essentielles (la transmission de la malédiction), mais l'avoir adjointe à sa donnée adolescente rend la sanction encore plus cruelle. Le film nous parle comme une légende urbaine dont on aurait toujours eu plus ou moins conscience et jouit de sa portée universelle en tant qu'allégorie sur l'anxiété adolescente et sexuelle.
 
Nanti d'une superbe atmosphère désuète effleurant la vie secrète des adolescents, le film est un mets de choix, un film traitant d'un passage à l'âge adulte brutal, à l'air rétro mélancolique et à la langueur déjà nostalgique des temps passés, dont la score inquiétant hante chaque cadre. Ceux ayant grandi avec l'angoisse existentielle d'un Donnie Darko devraient s'y retrouver avec joie.
On a connu pire référence.
+
- The Guest était dans notre top 2014.
- Pas de liens vers une chronique de The Virgin Suicides puisque ça fait 15 ans que je bloque dessus.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mrwak 352 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines