Magazine Cinéma

Marie-Antoinette et le Chevalier de Maison Rouge

Par Gjouin @GilbertJouin
Marie-Antoinette et le Chevalier de Maison RougePolydor / Universal Music
Passionné d’Histoire, Didier Barbelivien prépare pour la rentrée 2016 un spectacle musical intitulé Marie-Antoinette et le Chevalier de Maison Rouge. A l’instar de Vendée 93, sorti en 1992, dans lequel il s’était inspiré d’un roman de Victor Hugo, il a puisé cette fois dans l’œuvre d’Alexandre Dumas.Adepte d’une stratégie qui a déjà fait ses preuves à maintes reprises par le passé, le prolifique auteur-compositeur a décidé d’en sortir l’album plus d’un an avant sa réalisation sur scène. Ainsi, les principaux extraits diffusés sur les ondes auront-ils eu pour effet de séduire et de fidéliser le public.Le Chevalier de Maison Rouge, le roman de Dumas, qui fourmille de péripéties, constitue un formidable terreau pour glaner les éléments essentiels à un scénario on ne peut plus épico-romantique. Deux histoires d’amour qui s’entrecroisent à l’ombre de la guillotine, c’est vraiment inspirant. Didier Barbelivien avait ainsi largement de quoi s’inspirer pour broder à l’envi autour de cette dramatique. Comme il le présente lui-même, il n’a fait que « traduire la légende en chansons ».
Le CD qui vient de sortir donne plus qu’un aperçu du spectacle à venir. Les dix-sept titres qui le composent sont tous amenés par une brève présentation historique. Cette narration a été judicieusement confiée à Stéphane Bern. Avec sa diction et son ton si particuliers, il lui apporte une forme de grandiloquence légèrement surannée, mais qui lui va si bien.Bien sûr, toutes ces chansons ne produisent pas sur nous le même effet. Certaines, qui peuvent nous paraître un peu fades à l’écoute, risquent d’être magnifiées en étant interprétées sur scène.En attendant, je me suis contenté de m’en tenir au simple rôle d’auditeur sans essayer de projeter ou de matérialiser quoi que ce soit. Je ne me suis laissé porter que par des chansons… Mon hit parade « marie-antoinettesque », évidemment subjectif mais totalement honnête, se présente ainsi :-   1/ Tu penses à elle.-   2/ Marie-Antoinette.-   3/ Mon fils, mon Roi.-   4/ L’amour secret.-   5/ La Terreur citoyen.-   6/ Trahir par amour.-   7/ La noblesse.
Marie-Antoinette et le Chevalier de Maison Rouge
A priori, tous les interprètes de ces chansons seront les personnages du spectacle. Kareen Anton incarnera Marie-Antoinette, Didier Barbelivien le Chevalier de Maison Rouge, Mickaël Miro Maurice Lindet, Slimane jouera Lorrin, Valentin Marceau Martin, chanteur des rues, et Aurore Delplace Geneviève.
Ce casting est vraiment d’excellente qualité. Mickaël Miro, Kareen Antonn et, encore plus, Didier Barbelivien, ne sont plus à présenter. Tous les trois assurent remarquablement. En revanche, je connaissais moins les trois autres principaux protagonistes de cette épopée musicale. J’ai été particulièrement emballé par la voix de Slimane. Que ce soit en solo (La terreur citoyen, Marie-Antoinette) ou en duo (Tu penses à elle), il possède une vraie identité vocale. Quant à Valentin Marceau, je l’ai trouvé épatant dans sa façon joliment ironique d’interpréter La noblesse. Il a le ton juste et la distance nécessaire pour savoir mettre l’intention là où il faut. On sent en lui une dimension de comédien… En revanche, j’avoue que j’ai un peu de mal avec la voix trop ténue, trop aigue, d’Aurore Delplace. Heureusement, grâce à son joli minois, son aisance et sa tonicité, je suis convaincu qu’elle sera parfaitement à son affaire sur scène.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines