Magazine Cinéma

Mourir on va y passer

Par Suzybishop @DLACDI

Corpse Bride OST - 1 Main Titles

A force de vous parler de Tim Burton et de gothique, je suis revenue aux fondamentaux. Parce que oui, je vous ai dit et redit, et reredit que Tim Burton est le cinéaste gothique par excellence. Mais ce que je ne vous ai pas dit, c'est qu'il y'a avant tout 3 films qui le sont du début à la fin. Le reste l'est évidemment, mais est plus agrémenté de touches gothiques un peu partout, et sont plus burlesques. C'est flou ce que je raconte, mais j'aurais l'occasion un jour de tout développer en bien mieux. C'est donc avec un plaisir certain, que je n'arrive pas à cacher, que j'ai revu les Noces Funèbres. Et je suis toute excitée de pouvoir en parler ici.

Mourir on va y passer

L'histoire tient sur une ligne : Au XIXe siècle, dans un petit village d'Europe de l'est, Victor, un jeune homme, découvre le monde de l'au-delà après avoir épousé, sans le vouloir, le cadavre d'une mystérieuse mariée. Pendant son voyage, sa promise, Victoria l'attend désespérément dans le monde des vivants. Bien que la vie au Royaume des Morts s'avère beaucoup plus colorée et joyeuse que sa véritable existence, Victor apprend que rien au monde, pas même la mort, ne pourra briser son amour pour sa femme.

Le film est court, l'histoire l'est tout autant. C'est avant tout un conte, d'ailleurs inspiré de nombreuses légendes, donc la trame narrative est forcément simpliste. On suit toujours le schéma traditionnel de : situation initiale/ élément perturbateur / péripéties / élément de résolution. C'est pénible la théorie, mais c'est utile. Simplement pour dire, qu'on ne cherche pas en regardant ce film une histoire complexe. 

Je l'ai peut-être déjà dit quelque part, mais j'adore le stop-motion. L'animation image par image avec des marionnettes, que j'entends souvent traduit par " ah les films en pâte à modeler ". C'est presque ça en fait. Ce type d'animation a un charme fou, et renforce ici le côté fantastique du film. Il y'a quelque chose de vraiment authentique, c'est toujours très beau. Ca a toujours plus de charme de voir que tous ces décors, ces personnages, ces émotions ont été crées pour de vrai, au lieu d'avoir été modélisé par écran.  Pour beaucoup, animation rime avec enfant. Preuve ici qu'en fait, ça ne rime absolument pas. C'est peut-être pas l'idée du siècle d'aller montrer ça à des petits enfants, même si les cadavres sont bien gentils. Imaginez un monde parallèle dans lequel les enfants oublient d'être " Libérée délivrée " et se chantent à tous les coins de rues que " mourir on va y passer ". C'est un peu glauque quand même, et de toutes façons, ça ne serait pas possible dans n'importe quelle dimension. 

Mourir on va y passer

Ce qu'il y'a de très étrange dans les films de Burton, c'est qu'il y'a toujours un rapport inversé par rapport à la mort. En effet, le monde des vivants est ici froid, noir, sombre. Les vivants ressemblent en fait plus à des morts, tellement ils sont pâles. C'est toujours un monde plat, pénible et particulièrement ennuyeux dans lequel on ne vit en fait que pour l'argent. Les couleurs sont ternes. C'est surtout le monde des vivants qui semblent complètement mort. Et le monde des morts est lui coloré, joyeux. On y fait la fête avec le squelette de Ray Charles dans des couleurs vertes et violettes. On s'ennuie moins quand on est mort, parce que de toutes façons, toutes les conventions qui rendaient la vie pénible ont disparues. Rendre la mort plus joyeuse, c'est quand même un objectif assez rigolo. 

Car comme toujours, les monstres ne sont pas forcément ceux qu'on croit. Les morts sont bien plus vivants : les vivants sont aussi pâles que des morts. C'est vraiment quelque chose d'essentiel chez Tim Burton. C'est presque une défense des opprimés, de ceux qu'on fuit parce qu'ils ont une apparence par franchement facile. Le stop-motion permet ce créer de drôles de personnages, difformes avec des yeux toujours plus immenses. C'est parvenir à donner vie à l'inanimé, au sens propre comme au sens figuré. D'ailleurs, on retrouve toujours le même type de personnage dans ses films d'animation. Parce que oui, les Noces Funèbres annonce un film qui sortira 10 ans plus tard. Ça n'est sûrement pas une coïncidence d'avoir un chien nommé Scraps duquel on peut faire un anagramme, avec un personnage qui s'appelle Victor. Oui, je suis obsédée. 

Mourir on va y passer

Et ce film, il est purement gothique. Ca se traduit déjà par une ambiance. Un cimetière, une forêt sombre, des teintes noires et bleutées, la pleine lune, des corbeaux. C'est typiquement le genre d'endroit propice à des histoires gothiques. C'est surtout une ambiance sinistre, dans lequel se promène déjà la mort. Et ce décor est parsemé de boucles, de courbes, d'éléments qu'on retrouve à coup sûr dans chacun des films de Burton. C'est un décor très stylisé, très personnel. C'est aussi la présence du surnaturel, du fantastique. Se marier avec un cadavre, ça n'arrive tout de même pas tous les jours. Bien avant d'être à la mode, les zombies, c'était d'abord gothique. Donc ça remonte à il y'a 3 siècles. Ici, ça prend une tournure assez inattendue, une romance un peu étrange entre une créature trop maladroite et un cadavre un peu naïve, mais adorable. 

Il y'a une scène qui me fait regarder le film à elle seule. Celle de la course poursuite. C'est l'exemple même de ce qui est absolument gothique dans ce film. Le vent qui se lève, la nuit, le froid et soudain la mort qui se réveille de la terre. C'est une sorte de cauchemar réel dont Victor ne peut échapper. C'est vraiment une de mes scènes préférées. Parce que je la trouve déjà esthétiquement sublime. Et parce qu'elle en donne des frissons. Elle a un charme fou cette scène. Elle prouve à elle seule la nécessité de voir le film. 

Mourir on va y passer

C'est d'un humour noir particulièrement prononcé. C'est souvent très drôle de voir ce retournement de situation assez impressionnant, que la mort devient quelque chose de génial et de festif.  Un vrai conte gothique, poétique à ne franchement pas louper, au moins pour son esthétique et pour son ambiance à la fois sinistre et romantique. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Mourir Dans la Dignité

    Mourir Dans Dignité

    La bousculade enfantine entre Justin Trudeau et Ruth Ellen Brosseau risque de coûter l'acceptation du projet de loi sur l'aide médicale à mourir. Lire la suite

    Par  Hunterjones
    CULTURE, HUMEUR, MUSIQUE
  • Eiichiro ODA se dit prêt à « mourir pour One Piece »

    Eiichiro prêt mourir pour Piece

    C’est Naoki KAWASHIMA, un de ses anciens éditeurs à Shueisha, qui révèle ces mots que lui aurait communiqué Eiichiro ODA, auteur de One Piece. Lire la suite

    Par  Mangamag
    CULTURE, MANGA
  • Jeff "Costards sur mesure"

    Jeff "Costards mesure"

    Les Feux de la Rampe34, rue Richer75009 ParisTel : 01 42 46 26 19Métro : Cadet / Richelieu-Drouot / Grands BoulevardsEcrit et interprété par Jeff... Lire la suite

    Par  Gjouin
    CINÉMA, CULTURE
  • Weezevent ce n’est pas que des festivals …

    Weezevent n’est festivals

    Weezevent, ce n'est pas uniquement pour gérer des concerts, festivals, conférences ou autre matchs ! Beaucoup d'organisateurs se servent de la solution... Lire la suite

    Par  Weezevent
    CONCERTS & FESTIVALS, CULTURE, MUSIQUE, SORTIR
  • Voyage léger

    Voyage léger

    Présentation de l’éditeur : Dès sa parution en 2011, ce premier roman de Mélissa Verreault a enthousiasmé la critique par l’aplomb de sa voix et son... Lire la suite

    Par  Adtraviata
    CULTURE
  • Five Kingdoms – Tome 1 : Les Pirates du Ciel de Brandon Mull

    Five Kingdoms Tome Pirates Ciel Brandon Mull

    Chroniqué par Karine :star: Five Kingdoms – Tome 1 : Les Pirates du Ciel de Brandon MullNombre de pages : 416 pages Editeur : Hachette romans Date de sortie :... Lire la suite

    Par  Artemissia Gold
    CULTURE, LIVRES
  • DJ Koze ‘ Knock Knock

    Koze Knock

    Je ne vous mentirai pas à disant que j’attendais avec impatience ce nouvel album de DJ Koze. Son précédent, Amygdala, aussi bon soit-il, m’avait tout de même... Lire la suite

    Il y a 9 heures, 18 minutes par   Heepro
    CULTURE, MUSIQUE

A propos de l’auteur


Suzybishop 1291 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines