Magazine Culture

[INTERVIEW] Admiral T is Christy Campbell.

Publié le 05 mai 2015 par Marie-Noelle Imbart @MarieNoImbart

image

Après le show exceptionnel qu’Admiral T a offert à ses fans toulousains, le 17 avril dernier, il a accepté de répondre à quelques-unes de mes questions ;  son nouvel album, sa visibilité, sa notoriété sur les réseaux sociaux, la conception de ses chansons, sa vie de famille…

Un moment d’échange un peu court, mais qui en dit long sur l’homme qu’il est, ses valeurs, sa conception de la vie et son évolution artistique. Un personnage lucide, réservé et surtout conscient des dangers du showbizz, ardent défenseur du patrimoine et de la culture afro-caribéenne.

 « I’am Christy Campbell » un album de confidences » Admiral T

Afrozap : Admiral T, tu viens de présenter quelques titres de ton nouvel album aux fans toulousains. On sent beaucoup d’amour dans ces chansons que tu consacres aux membres de ta famille comme ta fille, ta mère, ta femme également…

Admiral T: Oui, c’est ça ! Beaucoup d’amour… comme dans mes albums précédents, mais dans celui-ci,80 % des titres dans lesquelles, je parle plus de ma vie personnelle. Je fais beaucoup plus de confidence. Pour moi, c’est un album que je qualifie de généreux. Je me livre beaucoup plus. Lorsque je l’ai conçu, j’avais envie que mon public ait aussi envie de donner autant que moi je donne, d’être altruiste et aussi positif que je le suis. Les premiers retours que j’ai eus vont dans ce sens-là. Je suis vraiment content parce que cela signifie que j’ai atteint mon objectif.

Afrozap : Tu fais beaucoup référence à ta famille et je voulais rebondir sur ta présence sur les réseaux sociaux. Comment gères-tu cela , par rapport à tes enfants et ta vie de couple ? 

Admiral T: En fait, il ne faut pas aller trop loin dans ce que tu montres. Les photos que tu vas voir de moi, mes enfants, ma femme, ce sont des moments que nous acceptons de partager avec le public. C’est important pour moi de préserver mon intimité. Les gens ont peut-être l’impression de la partager, mais ce que je partage correspond à la limite que je me suis fixé. Je ne vais pas publier des photos de moi en caleçon ou je ne sais quoi d’autre. En gros, je publie surtout des moments positifs de ma vie et que le public souhaite connaitre. Par exemple, lors que je suis en séance studio en train de poser un titre ou quand mes fils vivent un moment particulier… Cela permet de créer un lien

Afrozap : qu’est-ce qui t’a poussé à utiliser ces nouveaux outils de communication ? 

Admiral T : En fait, je n’étais pas vraiment fan des réseaux sociaux. C’est ma femme qui m’a fait comprendre leurs importances. En me disant qu’aujourd’hui les fans avaient besoin d’en savoir plus sur moi, que je devais partager et ne pouvais pas rester là dans mon coin. Comme je suis quelqu’un d’assez réservé, c’est un pas qui n’était pas évident. Mais j’ai pris conscience que c’était important pour le message que cherche à faire passer. Parfois, une photo peut traduire mon message dix fois mieux. Mais, je fais très attention à ne pas tomber dans le voyeurisme.

Afrozap:Par rapport à tes enfants, comment toi et ta femme, les mettez-vous en garde contre les dangers du net ?

Admiral T : Nous faisons beaucoup de choses avec eux. Du coup, nous sommes aussi obligés de cadrer. Ils savent que cette notoriété sur le net est relative. Avant, les enfants m’accompagnaient souvent. Maintenant, avec l’école, c’est un peu plus compliqué. Par contre dès qu’ils sont en vacances, ils sont avec nous. D’ailleurs, ils étaient présents au Zenith. Ils sont tout le temps avec nous et nous discutons beaucoup avec eux. Ils sont parfois au courant de choses qu’on ne leur dit pas. Ils sont malgré eux touchés par ma notoriété. Souvent, les gens me demandent ce qu’ils font, ce qu’ils deviennent. On est là avec eux pour les aider à gérer ça dans la vie de tous les jours. Je sais que cela n’est pas évident pour eux, car j’ai aussi vécu cela très jeune. Mes frères et sœurs ont eu à gérer cela aussi. Donc, je suis conscient de l’impact que ma vie d’artiste peut avoir sur mes enfants et le reste de la famille. Avec humilité et simplicité, on parvient à régler pas mal de choses.

Afrozap : humilité et simplicité, des valeurs dont tu parles dans pas mal de tes textes. J’en reviens à ton dernier album. On y découvre beaucoup de titres chantés. Est-ce un souhait de ta part ? 

Admiral T : Oui, c’était volontaire. Ça fait très longtemps que je voulais faire un album comme ça. Dans la carrière d’un artiste, surtout dans notre communauté, je pense que le timing est important. Le public doit être prêt à écouter de l’album tel que celui-ci. Qu’il ne se dise pas  : « Ah wé ! Ka Admiral fé nou la ! ». Mon évolution artistique, il était important pour moi de faire cela. Et j’ai considéré que c’était le bon moment. Il y avait des titres plus chantés dans mes précédents albums, mais c’est vrai qu’ils n’étaient pas mis en avant lors de la promo. Sur cet album, avec ma femme nous avons décidé de valoriser ces titres, de montrer ce dont j’étais capable, de montrer que j’avais d’autres cordes à mon arc et que je devais m’en servir.

Afrozap : l’équipe qui t’accompagne sur scène et aussi celle avec qui tu travailles tes morceaux, je suppose. 

Admiral T : en fait, je compose mes titres. Je n’ai pas de méthode de travail. Pour l’album « I am Christy Campbell », comme c’était un projet plus intimiste, j’ai composé mes titres dans ma chambre, à la guitare. Par la suite, j’ai co-composé avec des personnes comme « Mister franky » ou « Titis », des compositeurs qui ont une couleur musicale qui me correspond et qui allait bien avec l’esprit de cet album. Voilà, c’est comme ça que je procède.

Afrozap : Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ? 

Admiral T : Bien que ça continue comme ça ! La tournée a bien commencé avec le Zenith à Paris. À Lyon, c’était super. Ce soir à Toulouse, c’était grandiose. J’ai plein de dates à venir notamment en Guadeloupe, à Miami… Donc que toutes les dates se passent comme ça. Que l’aventure continue et qu’elle reste belle surtout.

Afrozap : Bonne continuation alors. Et encore merci !

Propos recueillis le 17 avril, au métronom, Toulouse

Retrouvez toutes l’actualité d’Admiral T sur les réseaux sociaux :

Je vous laisse en musique. Un petit souvenir pour ceux qui étaient de la fête et un résumé pour les absents.

Nom

Prénom

E-mail *


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marie-Noelle Imbart 3719 partages Voir son profil
Voir son blog