Magazine Culture

11 Janvier 2015 : quand les langues se délient enfin !

Par Sergeuleski

Que la stupeur et l'effroi des tueries de Janvier dernier nous aient privés d'analyses susceptibles de nous aider à sortir d'une confusion à la fois politique, sociale et intellectuelle, cela était plus que prévisible.

Les médias, les premiers, ainsi que la classe politique, n'auront pas résisté longtemps à la tentation de faire taire ceux qui, héroïques, auront pris sur eux, au risque de la relégation et du mépris, voire de l'excommunication, de garder leurs capacités de discernement intactes, tripe sensible mais tête froide, face à des événements dramatiques et face à ce qui restera comme le plus important rassemblement de l'histoire moderne du pays : plusieurs millions de "Je suis Charlie" dans les rues des principales villes de France.

Qu'à cela ne tienne : deux témoignages, deux questionnements, sont passés quasiment inaperçus dans les médias de masse qui se sont bien gardés d'en faire l'écho : ceux de Frédéric Lordon et d'Alain Badiou à propos des événements de Janvier et du slogan "Je suis Charlie", véritable cri de ralliement.

Puis, tout récemment est arrivé l'ouvrage d'Emmanuel Todd et sa question : " Qui est Charlie ? " ; témoignage tout chaud, brûlant même !

Nous clôturerons ce tour d'horizon avec votre serviteur et sa contribution datée du 12 janvier : "Il était une fois".

Voici la contribution de Frédéric Lordon intitulée " Charlie à tout prix ? " publiée intégralement

Voici un extrait : " On pouvait se sentir Charlie pour l'hommage aux personnes tuées même si la compassion publique se distribue parfois d'une manière étrange, je veux dire étrangement inégale.

On pouvait aussi se sentir Charlie au nom de l'idée générale, sinon d'une certaine manière de vivre en société, du moins d'y organiser la parole, c'est-à-dire au nom du désir de ne pas s'en laisser conter par les agressions qui entreprennent de la nier radicalement.

Mais les choses deviennent moins simples quand " Charlie " désigne non plus des personnes privées, ni des principes généraux, mais des personnes publiques rassemblées dans un journal. Si, " Je suis Charlie " était une injonction à s'assimiler au journal Charlie, cette injonction-là m'était impossible car cette formule a fonctionné comme une sommation.

Bienvenue dans le monde de l'unanimité décrétée, et malheur aux réfractaires ! Et puis surtout : célébrons la liberté de penser sous l'écrasement de tout dissensus, en mélangeant subrepticement l'émotion de la tragédie et l'adhésion politique implicite à une ligne éditoriale (une ligne atlantiste, sioniste et anti-Musulman - ndlr) ! Ceci d'ailleurs au point de faire à la presse anglo-saxonne le procès de se montrer hypocrite et insuffisamment solidaire (obéissante) quand elle refuse de republier les caricatures.

Il fallait donc traverser au moins une mer pour avoir quelque chance de retrouver des têtes froides, et entendre cet argument normalement élémentaire que défendre la liberté d'expression n'implique pas d'endosser les expressions de ceux dont on défend la liberté.

***

Voici la contribution d' Alain Badiou qui a pour titre : " Le Rouge et le Tricolore " - dans son intégralité.

Voici un extrait : "Sur la trame générale de " l'Occident " contre " l'Islamisme ", apparaissent, d'un côté, des bandes armées meurtrières ou des individus surarmés, de l'autre, au nom des droits de l'homme et de la démocratie, des expéditions militaires internationales sauvages, détruisant des Etats entiers (Yougoslavie, Irak, Libye, Afghanistan, Soudan, Congo, Mali, Centrafrique...) et faisant des millions de victimes, sans parvenir à rien qu'à négocier avec les bandits les plus corruptibles une paix précaire autour des puits, des mines, des ressources vivrières et des enclaves où prospèrent les grandes compagnies.

On prétend de ci de là que ce n'est pas le fait d'être musulman en soi, comme indice négatif, que visent les caricatures de Charlie-Hebdo, mais l'activisme terroriste des intégristes. C'est objectivement faux. Prenez une caricature typique : on y voit une paire de fesses nues, c'est tout, et la légende dit " Et le cul de Mahomet, on peut s'en servir ? ". Le Prophète des croyants, cible permanente de ces stupidités, serait-il un terroriste contemporain ? Non, cela n'a rien à voir avec quelque politique que ce soit. Rien à voir avec le drapeau solennel de la " liberté d'expression ". C'est une ridicule et provocatrice obscénité visant l'Islam comme tel, c'est tout. Et ce n'est rien d'autre qu'un racisme culturel de bas étage, une " blague " pour faire péter de rire le lepéniste aviné du coin. Une complaisante provocation " occidentale ", pleine de la satisfaction du nanti, envers, non seulement d'immenses masses populaires africaines, moyen-orientales ou asiatiques qui vivent dans des conditions dramatiques, mais envers une très large fraction du peuple laborieux ici même, celui qui vide nos poubelles, nettoie la vaisselle, s'éreinte au marteau piqueur, fait à cadence accélérée les chambres des hôtels de luxe ou nettoie à quatre heures du matin les vitres des grandes banques. Bref, cette part du peuple qui, par son travail seul, mais aussi par sa vie complexe, ses voyages risqués, sa connaissance de plusieurs langues, sa sagesse existentielle et sa capacité à reconnaître ce que c'est qu'une vraie politique d'émancipation, mérite au moins qu'on la considère, et même, oui, qu'on l'admire, toute question religieuse mise de côté.

Dès le début, l'Etat s'est engagé dans une utilisation démesurée et extrêmement dangereuse. Au crime à motivations identitaires, il a opposé dans les faits une motivation identitaire symétrique. Au " musulman fanatique " on a opposé sans vergogne le bon Français démocrate. Le scandaleux thème de " l'union nationale ", voire de " l'union sacrée ", qui n'a servi en France qu'à envoyer les jeunes gens se faire massacrer pour rien dans les tranchées, est ressorti de ses placards naphtalinés.

Il a même été possible que le criminel de guerre coloniale Netanyahou figure au premier rang des manifestants, supposés venir là célébrer la liberté d'opinion et la paix civile.

C'est au tour d'Emmanuel Todd avec son dernier ouvrage : " Qui est Charlie ? ".

Todd évoque une crise religieuse car pour Todd, c'est lorsqu'une religion disparaît qu'il faut la prendre au sérieux : l'effondrement du catholicisme dans les années 60.

Le spirituel, tout comme le temporel, a le vide en horreur. Chassez le spirituel et il revient au galop ! Mais sous quelle forme ? Todd évoque alors deux France : une France laïque, voire laïcarde, classe moyenne privée de religion et de transcendance qui vote PS et une France catholique majoritairement de centre-droit (UMP), sans oublier des traditionalistes ultra-minoritaires mais très actifs (FN) ; deux France unies autour d'un bouc émissaire : les classes populaires en général et les Musulmans en particulier sur-représentés au sein de ces classes ; et c'est l'assaut meurtrier des locaux de Charlie Hebdo qui servira d'exutoire contre l'Islam, une religion qui, en France, n'est pas que symboliquement la religion des dominés et des plus faibles économiquement ; une religion qui est sans doute la seule fierté d'une grande partie de ses pratiquants et des non-pratiquants issus de cette culture.

"l'Islam, cette religion qui ne veut pas mourir !" ; 'L'Islam cette religion qui menace notre identité !"

Tout le monde s'y retrouvera donc ce jour-là : les athées, laïques et laïcards, qui n'ont plus de religion, et les cathos modérés et intégristes.

Todd oppose un contenu latent qui force une approche à la fois sociologique et psychiatrique à un contenu manifeste : ce qui est explicité par les intéressés eux-mêmes - les "Je suis Charlie" rassemblés dans les rues le 11 janvier dernier -, avec l'appui de tous les médias dominants et le grand cirque et barnum de la politique et du showbusiness.

Dans sa traduction et sa transposition politiques, Todd nous donne à penser alors à une sorte d'union sacrée PS, UMP et FN (Oui, le FN ! qui est aussi un parti de la haine envers le faible, le dominé, le nécessiteux et pas seulement d'origine étrangère). Ce qui s'avère être juste dans les faits puisque ce sont ces trois partis qui " contrôlent " le jeu politique et les résultats des élections depuis les années 80.

Ces deux France se retrouvent alors autour d'un projet anti-égalitaire (la présence du PS dans ce projet est tout à fait cohérente : que l'on pense un instant que les inégalités ne se sont jamais aussi bien portées sous un gouvernement et une présidence PS depuis 1983) ; un projet xénophobe aussi ; le PS une fois encore, parti sioniste, n'hésitant plus, avec la complicité des dirigeants du Crif, à jouer le Juif contre le Musulman, l'Arabe, l'Africain et le sympathisant blanc : à titre d'exemple, Dieudonné, autre exutoire, dès 2003 ; et plus récemment, avec une version "Valls et la Licra" contre l'humoriste-activiste et son public.

Si l'exposé de Todd se défend et se tient, reste que notre démographe-historien-sociologue oublie d'être un peu plus explicite. Courageux mais pas téméraire Todd ? Car, l'alliance de ces deux France a pour point nodal un soutien inconditionnel à toutes les politiques à la fois économiques et militaires développées par les USA et une Europe supplétive depuis les événements du 11 septembre 2001.

C e qui se fait appeler "La guerre mondiale contre le terrorisme", de l'Afghanistan à la Libye, en passant par l'Irak, se soldera par près de 3 millions de morts Musulmans, embargo irakien non inclus. Bilan provisoire puisque cette "guerre" qui est loin d'être gagnée - et ce n'est pas le but non plus -, ne connaîtra sans doute aucune fin.

Faut dire que le chaos a des vertus qu'une morale humaniste ignore.

***

Votre serviteur, enfin... avec un billet de blog qui a pour titre : "11 Janvier 2015 : il était une fois".


Un rassemblement et une marche historiques : plus de 3,7 millions de Français ont défilé en hommage aux 17 victimes des tueries de la semaine.

Avec cette manifestation qui semble rejeter "la politique", ou se situer comme "en-dehors" sinon au-delà, parmi les trois millions et plus de participants à la marche "Je suis Charlie", un grand nombre a sans doute vu dans les événements de ces derniers jours non pas la manifestation d'une cause mais bien plutôt celle d'un effet. Or, la tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo et celle du supermarché de Vincennes auraient pourtant dû provoquer le réveil d'une prise de conscience des causes qui nous y ont menés et par voie de conséquence, à une prise de conscience politique. Aussi, ce qui semble être le rejet de cette conscience-là par toute une population aujourd'hui dépolitisée qui a trouvé à s'exprimer dimanche, annonce, qu'on le veuille ou non, des déceptions sans nombre dans les mois et les années à venir car personne, aucune société, ne peut échapper à la politique ou s'en extraire :

- Doit-on accepter que la classe politique se laisse tenter par le maintien d'une pression sécuritaire jusqu'à la prochaine élection présidentielle à des fins électoralistes et dans l'espoir d'une prise de contrôle accrue sur notre liberté d'expression et de mouvement jusqu'au coeur dans notre intimité à grand renfort de nouvelles lois liberticides ?

- Quelles conclusions tirer de notre ralliement à une politique étrangère atlantiste ?

- Peut-on faire l'économie de nous interroger sur une représentation de l'Islam qui, islamophobie consciente ou inconsciente, semaine après semaine, humilie ses croyants tout en les marginalisant ?

- La communauté juive de France peut-elle continuer de confier sa représentation à des associations qui ne sont que des officines d'un Etat étranger, Israël en l'occurrence, qui a fait la preuve de son incapacité à bâtir un état moderne, responsable, respectueux des lois internationales et dont la classe politique et les premiers ministres successifs sont devenus les véritables ennemis mortels de cette communauté, ici, sur le sol de notre République ?

- Doit-on refuser de mettre un terme au dénigrement systématique de la France, de son passé qui désarme des millions de français issus de l'immigration ou de la colonisation et les laisse sans identité enviable autre que celle de la religion ?

- Peut-on continuer avec la promotion d'un
économisme pour lequel il n'y a de vérités qu'économiques... ratios et calculs ?

- Peut-on nier plus longtemps encore le racisme institutionnel qui a tout recouvert : logement, travail, études, considération citoyenne ?

Là, c'est la politique qui frappe à la porte. Assourdissant !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sergeuleski 6225 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines