Magazine Cinéma

Le restaurant de l'Amour Retrouvé, d'Ito Ogawa

Par Thierry_2
Le restaurant de l'Amour Retrouvé, d'Ito Ogawa
Sortant de Dexter, je cherchais un livre plus léger. Mon choix s'est porté sur ce premier roman de Ito Ogawa, que j'ai acheté de manière un peu impulsive. Le titre et la couverture me faisaient de l'oeil.Bien m'en a pris. Les bons sentiments ne font pas un bon livre. Mais cela ne signifie pas qu'on ne peut pas  faire un bon livre avec de bons sentiments. Dans le cas de ce Restaurant de l'amour retrouvé, il n'y a pas tromperie sur la marchandise. La quatrième de couverture annonce clairement la couleur.
Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d'un chagrin d'amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l'art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière. Rinco cueille des grenades juchée sur un arbre, visite un champ de navets enfouis sous la neige, et invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant leurs émotions enfouies. Un livre lumineux sur le partage et le don, à savourer comme la cuisine de la jeune Rinco, dont l'épice secrète est l'amour.
En général, j'essaye d'éviter de lire les quatrième de couverture, ou au moins d'attendre d'avoir oublié leur contenu avant de lire un roman. J'aime découvrir un livre avec une totale ignorance de son contenu. Trop souvent, cette quatrième en dit trop et la lecture est parasitée en attendant que se passe ce qui est annoncé. C'est pourquoi il m'arrive de laisser traîner des livres plus d'un an avant de les lire (Black Album d'Hanif Kureishi aura attendu 5 ans, un record), pour retrouver cette ignorance. Il ne reste  que le souvenir que ce livre me faisait envie. C'est suffisant pour me donner envie d'attaquer la lectureMais pour ce livre, l'essentiel ne réside pas dans l'histoire en elle-même.Il s'agit plutôt des sensations partagées.De couleurs, d'odeurs...Ce court extrait des premières pages donne une bonne idée du ton général de ce livre.
Cet appartement renfermait, condensés, les souvenirs de trois années de vie commune avec mon fiancé et tout ce que nous possédions de plus précieux. Chaque soir, je cuisinais en attendant son retour. L'évier était petit mais nanti d'une paillasse carrelée, et l'appartement, qui faisait l'angle, avait des fenêtres sur trois côtés. Lorsque j'étais de service du matin au restaurant, la joie de préparer le repas en fin d'après-midi, dans la lumière orangée du soleil déclinant, était un bonheur sans pareil. Il y avait également un four à gaz, pas très performant mais un four à gaz quand même, et comme la cuisine aussi avait une fenêtre, quand je dînais seule, je pouvais faire griller du poisson séché sans que l'odeur envahisse la maison, c'était pratique. J'avais aussi tous mes ustensiles de cuisine préférés. Le mortier de l'ère Meiji hérité de ma grand-mère aujourd'hui disparue, le baquet en bois de cyprès dans lequel je gardais le riz au chaud, la cocotte en fonte Le Creuset enfin achetée avec mon premier salaire, les baguettes de cuisine à pointe fine dénichées chez un marchand spécialisé de Kyoto, le couteau d'office italien que m'avait offert le chef d'un restaurant bio pour mes vingt ans, mon tablier en lin si agréable à porter, les galets ronds indispensables à la confection des aubergines en saumure, sans oublier la poêle en fonte pour laquelle j'avais fait tout le trajet jusqu'à Morioka.

Ito Ogawa nous parle de petites choses, de détails insignifiants. Mais de leur somme naît un univers chaleureux.
Dans ce livre, il est question de partage, de générosité, de simplicité, d'authenticitéEt bien évidemment de cuisine.
Du plaisir de la faire et de la déguster.Et plus simplement, ce livre parle du bonheur.Le restaurant de l'Amour Retrouvé, d'Ito OgawaC'est un "feel-good book". Tout laisse craindre un livre sirupeux et tire-larmes. Mais Ito Ogawa ne force pas le trait. Elle donne de l'épaisseur à ses personnages et nous donne envie que son petit monde existe.Son livre est émouvant parce qu'il est sincère. Il fait aussi partie de ses rares livres qui réussissent à faire partager de vraies sensations gastronomiques. Chaque plat qu'elle décrit met l'eau à la bouche. Elle nous fait ressentir le plaisir de la dégustation. C'est assez rare pour le souligner. Ce genre de roman ne fonctionne que sur la légèreté du propos. Je crois que le lire sans être dans les bonnes dispositions peut se révéler pénible. Mais  j'avais envie d'un livre simple et délicat. L'équilibre atteint par l'auteur me semble parfait. Finalement, écrire et cuisiner sont des activités assez similaires. L'assaisonnement qui fait le plat. De petites choses apportent le liant, le relief, les saveurs. Cet équilibre, Ito Ogawa l'a trouvé.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thierry_2 203 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines