Magazine Info Locale

Le bruit d’expulsion court, mais les zadistes restent

Publié le 11 mai 2015 par Blanchemanche
#ZAD #Hyperincinérateur

Après 130 jours d’occupation, les zadistes restent déterminés : ils ne partiront pas.

Le bruit d’expulsion court, mais les zadistes restentAu nom des zadistes, ce jeune a rappelé que la lutte juridique était complémentaire d’un combat plus militant « et dont l’émancipation est la priorité ».© PHOTO K. C.KHARINNE CHAROVPublié le 11/05/2015 k.charov@sudouest.frPour l'heure, c'est un bruit que nul ne parvient à vérifier : les travaux du futur hyperincinérateur pourraient commencer sous peu, on parle même de la mi-mai. Conséquemment, la zone à défendre (ZAD), installée sur le site d'Échillais depuis le 31 décembre, pourrait être évacuée par les forces de l'ordre. Pour faire le point et être prêts à la riposte, zadistes et citoyens en lutte ont tenu une assemblée générale extraordinaire samedi après-midi.DéterminésAvant de prendre la parole, les 100 personnes présentes tenaient à avoir l'avis des jeunes zadistes. « Je ne pars pas », dit l'un. « Quitter le site, c'est non. Pas question, on restera jusqu'au bout », ajoute un autre. Tandis qu'un troisième militant poursuit : « Les CRS ne rentreront pas sur le site, on ne les laissera pas faire. » Sans parler forcément d'une seule voix, les occupants ont un seul but : l'hyperincinérateur ne doit pas se faire.En venant à 100 avant-hier, la population, pourtant avertie la veille seulement, montrait qu'elle était elle aussi déterminée dans son choix de contrer le Syndicat intercommunautaire du littoral (SIL), porteur du projet, et le constructeur Vinci. Malgré tout, les débats y sont allés bon train sur les méthodes. « Faut-il laisser faire l'évacuation et occuper à nouveau le site dès le lendemain ? » ; « Les zadistes auront-ils le temps de nous prévenir ? » ; « Faut-il être violent ou pacifique ? » « Faut-il mener des actions à droite à gauche en parallèle de la ZAD, comme assister aux conseils municipaux en gilets jaunes ou venir à des événements munis d'une banderole d'opposition ? »Violence ou pas ?Autant de questions qui n'ont pas trouvé de réponses toujours unanimes. « C'est dur la démocratie », résumait une dame. En effet, les uns prônent le pacifisme et les autres rappellent : « On est en désobéissance civique, ça veut dire qu'on franchit des lignes jaunes… » « Nous serons pacifiques, mais si on doit résister dans la violence, on le fera », ont rappelé les zadistes. « Ne pas respecter la démocratie comme le font les élus, ça, c'est violent », a renchéri un militant.Ce débat, qui aura duré presque trois heures, ne pouvait mettre les uns et les autres d'accord sur la méthode à adopter. Pour autant, chaque anti-incinérateur s'est engagé à se tenir prêt 24 heures /24 à se rendre sur la ZAD illico presto en cas d'arrivée des forces de l'ordre. Pour empêcher l'évacuation.En parallèle, les opposants savent que ce sera long mais espèrent voir aboutir les recours déposés en justice par l'association Pays Rochefortais Alert'(PRA). L'un s'oppose à l'autorisation d'exploiter ; un autre attaque au nom de la mise en danger d'autrui.Tous se retrouveront à la manifestation organisée par PRA samedi 30 mai à 14 h 30, place Colbert, à Rochefort.Contact : zadechillais@gmail.com ou 06 66 39 62 06
http://www.sudouest.fr/2015/05/11/le-bruit-d-expulsion-court-mais-les-zadistes-restent-1917145-1336.php

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog