Magazine Cinéma

"Tony Manero" : Travolta et Pinochet, le cinéma chilien cousin d'un certain cinéma argentin

Par Vierasouto

"Tony Manero" de Pablo Larrain / Chili et Brésil
Contrairement aux photos qu'on peut trouver sur le film qui montrent le personnage principal déguisé en John Travolta dans "La Fièvre du samedi soir", images qu'on voit somme toute assez rarement pendant le film et peu mises en valeurs, "Tony Manero" est un film gris et terne, dépressif et crade, pavé de mauvais sentiments et dépourvu du moindre humour.

Dans le Chili de Pinochet, Raul n'a qu'une obsession  : John Travolta, indifférent aux autres, tous ses actes ont quelque chose à voir avec son idole et son ambition : devenir le sosie de Tony Manero dans "La Fièvre du samedi soir". Ainsi, dès de début du film, allant prêter main forte à une vieille dame qui vient de se faire agresser dans la rue, elle le reçoit chez elle. Mais la bonne action tourne au crime car la pauvre dame a le malheur de posséder une télé couleur (et aussi de s'extasier que Pinochet a les yeux bleus), Raul l'assomme et vole la télévision pour l'échanger contre des dalles de parquets en verre pour faire son show... Plus tard, le cinéma a changé la programmation, au lieu de "La Fièvre du samedi soir", on passe "Grease", pourtant aussi avec Travolta, Raul tue alors le projectionniste... Et ainsi de suite...

Tout cela ne serait rien... si l'on peut dire si le comportement de Raul avec les femmes qui l'entourent n'était pas encore bien pire... Odieux, macho, humiliant, adultère, sale, menteur, voleur, on se pose la question pendant tout le film : qu'est-ce qu'elles lui trouvent ces trois femmes (une prostituée occasionnelle, sa fille, la patronne du club) à ce type ignoble? Car Raul passe une partie de sa semaine et tous ses samedis soirs à tyranniser tous les protagonistes d'un poussiéreux et sinistre club de banlieue genre café musical pour jouer son spectacle Travolta. Avec les hommes, ce n'est pas mieux, on pense au fiancée de la fille de la prostituée qui aura l'audace de prétendre se présenter lui aussi au concours de sosie de Travolta...
Bien qu'on présente le film comme chilien et brésilien, tourné en espagnol (puisque ça se passe à Santiago du Chili), ce film ne ressemble pas à du tout au cinéma brésilien (ce que j'en connais). Ici, une sorte de naturalisme, culte du naturel si excessif qu'on prend le contrepied à ne filmer que la laideur, ciel gris, image salie, absence d'humour, absence d'espoir, absence de compassion et de solidarité, personnages résignés, voire dépressifs, etc... On serait plutôt du côté d'un certain nouveau cinéma argentin tel qu'on le voit en nombre ces temps-ci à Cannes ("Leonera" en compétition faisant exception), par exemple, le pénible "Salamandra" présenté aussi à la Quinzaine, tout à fait dans le même registre... (voire mes quelques notes sur le film...)
Ce film a une qualité : la fin, le réalisateur coupe exactement au bon moment, courageusement, mais cela suffit-il pour justifier 1h40 de ce calimiteux Travolta dont on aura même pas le plaisir de voir la  prestation au concours de sosie qu'on montre bâclée, expédiée, filmée "autrement" pour ne pas faire classique?


Mots-clés : Cannes 2008, Quinzaine des réalisateurs 2008, Tony Manero, Pablo Larrain

Répondre à cet article

Par vierasouto | Avant | 02/06/2008 15:29 | Quinzaine des réalisateurs 2008 | aucun commentaire | Lu 2 fois |


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vierasouto 1042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines