Magazine Culture

Anthologie permanente : Max Rouquette

Par Florence Trocmé

Deux parutions à signaler, celle du livre Poèmas de pròsa, poèmes en prose, chez fédérop et celle du dernier numéro de la revue Europe qui consacre un fort dossier à Max Rouquette.


De la mer chante la voix lointaine, dans le vent marin obscur qui courbe l'herbe.
Nous vient le frisson des temps durs et les rouleaux de brume noire.
Et les gouttes de pluie froide sur la joue, et la bise avec ses gifles.
Et l'ombelle, déjà brûlée de gel, s'incline comme une pauvresse.
Et, de ses sursauts, dans les branches, proteste au ciel mauvais ...
Pendant que le goéland aux mains de la tempête, se laisse entraîner sans fin.
Et le vent, partout, lance un cri perdu, la voix une du malheur.
De mar canta la votz lontana, dins lo marin escur que clina èrba.
Nos ven lo fremin dels temps durs e los rotlèus de nèbla negra.
E los degots de plòja freja sus la gauta, e la rispa ambe sos carpans.
E la pastenaga, adejà rostida dau gèl, se clina coma una pauressa.
E, de sos sauts, dins la ramada, fai sa protèsta au cèl marrit...
Entre que lo gabian dins las mans dau tempèri, se daissa enrebalar sens fin.
E lo vent, de pertot, escampa una crida perduda, la votz unenca dau malur.
La cendre mouillée
La cendre mouillée des feux anciens, trouée par les doigts de la pluie. Le feu, dieu de toujours, y règne encore. Venu de haut. Parmi les mondes. Et pour mémoire. Et nous ne pouvons pas l'oublier.
Etincelle d'astre à la fin du monde. Pour se souvenir. Là-haut des regards brillants pour nous suivre... Peut-être...
Lo cendre banhat

Lo cendre banhat de fuòcs ancians, traucat dels dets de la plòja.
Lo fuòc, dieu de totjorn i senhoreja encara. De naut vengut.
D'entre los monds. E per memòria. E lo podèm pas delembrar.
Beluga d'astre a fin de mond. Per lo recòrd. Amont, d'agachs lusents per nos seguir. .. Benlèu ...

Max Rouquette, Poèmas de pròsa, Poèmes en prose, traduction de Philippe Gardy et Jean-Guilhem Rouquette, édition bilingue, fédérop, 2008, pp. 76-77 et 100-101.

Brèus moments de bonur.
Quand delembrave d'èstre ieu
e qu'ère pas pus que la conca
ont ven bufar l'Ocean negre.
[...]
Brefs moments de bonheur
Quand j'oubliais d'être moi
et que je n'étais plus que la conque
où vient souffler l'Océan noir
[...]


Max Rouquette, poème inédit publié dans Europe n°950-951, juin-juillet 2008, p. 173-174 (version française de Jean-Guilhem Rouquette)

Bio-bibliographie de Max Rouquette

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com,
→ Recevez chaque jour de la semaine "l'anthologie permanente" dans votre boîte aux lettres électronique
ou
→ Recevez le samedi la lettre d'information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l'anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
* Merci de préciser "abonnement à l'anthologie" ou "abonnement à la lettre seule


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines