Magazine Cinéma

CINEMA: #Cannes2015 - JOUR 3, le vent se lève / DAY 3, the wind that shakes

Par Bullesdeculture @bullesdeculture

Par/by Antoine Corte
Rédacteur/Editor


Le Fils de Saül - poster Trois souvenirs de ma jeunesse - poster L'Homme Irrationnel  - poster
En ce 3ème jour sur la Croisette, le vent se lève, du titre d'une précédente palme. Une petite brise recouvre la croisette. Elle donne un bol d'air permettant aux festivaliers de découvrir deux films exigeants, aux sujets durs : Le Fils de Saül  (Saul Fia) de László Nemes et The Lobster de Yorgos Lanthimos. C'est sans compter l'heureuse dépression de Woody Allen qui propose L'Homme Irrationnel (Irrational Man) hors compétition, déjà applaudi comme le nouveau Match Point. Enfin, Arnaud Desplechin se promène du côté de la Quinzaine pour présenter son Trois souvenirs de ma jeunesse. Les péripéties cannoises de Bulles de Culture continuent.
The wind is shaking the Cannes Film Festival on the third day, like the title of a previous award. A gentle breeze covers Cannes. It gives a breath of fresh air for festival-goers to discover two strong films, with tough subjects: The Son of Saul (Saul Fia) by László Nemes and The Lobster by Yorgos Lanthimos. And not to mention the happy depression offered by Woody Allen and his Irrational Man, shown out of competition and already applauded as the new Match Point. Finally, Arnaud Desplechin goes for a walk at Director's Fortnight to present his My Golden Days (Trois souvenirs de ma jeunesse). The Bulles de Culture's episodes at Cannes are still going on.More in English >> (Translation in progress, come bubble later)
Film choc sur la Croisette

Le Fils de Saül - image

© D.R.


Premier film pour le réalisateur László Nemes et premiers véritables engouements pour cette 68ème édition. Le Fils de Saül suit en caméra subjective le parcours de Saul, un prisonnier juif envoyé à Auschwitz pendant la solution finale.
En ouverture, on voit apparaître dans un plan flou une masse de gens, amassés comme des animaux dans un convoi. Quelques minutes plus tard, on les retrouve se déshabillant dans un SAS. La porte se ferme, les cris retentissent. C'est l'abomination filmée avec brio.
Pour l'occasion, le Palais des Festivals a dû ressortir le projecteur 35mm. Le réalisateur exigeait en effet cette contrainte pour la diffusion. Pari réussi pour cet ancien second assistant de Béla Tarr qui sait mettre une originalité, là ou le sujet a été déjà ultra abordé au cinéma.


Coup de projecteur sur le Arnaud Desplechin

Trois souvenirs de ma jeunesse - image

© Jean-Claude Lother
Why Not Productions

C'était le scandale de la conférence de presse en avril dernier. Où était passé le nouveau film d'Arnaud Desplechin, Trois souvenirs de ma jeunesse, absent de la compétition officielle ? Et bien, on le retrouve cette année à la Quinzaine des Réalisateurs.
A la fois très simple et émouvant, on perçoit dans cette oeuvre tout le savoir faire du cinéaste. Voix-off lancinante, travail soigné sur les personnages et direction des acteurs impeccables. Il faut dire que le cinéaste met le cinéma français en émoi mélangeant acteurs de renom, Mathieu Almaric, Olivier Rabourdin, André Dussollier, et jeunes prodiges de demain, Lou Roy Lecollinet, Quentin Dolmaire, Pierre Andrau.
A l'instar d'Un Conte de Noël, présenté à Cannes en 2008, on est dans une sphère accueillante qui traite de l'humain et de son souvenir. Alors que Paul Dédalus quitte le Tadjikistan, il se souvient de son enfance à Roubaix et de son amour de jeunesse. Cette passion pousse les comédiens à se dépasser, se mettant à nue tant sur le plan physique qu'émotionnel.
Le film est longuement applaudi en séance officielle avec une équipe émue par tant de réactions positives.


Le Woody Allen, le chef d'oeuvre modeste

L'Homme Irrationnel - image

© Mars Distribution

On finit la journée avec le petit chef d'oeuvre simpliste de Woody Allen, L'Homme Irrationnel. Sans aucune surprise sur le plan de la thématique, l'oeuvre traite du destin d'un professeur de philosophie qui décide de s'installer sur un campus universitaire et tombe alors sous le charme de l'une de ses étudiantes. 
Très proche de Crimes et délits, on est comme toujours avec Woody dans une réflexion approfondie sur les raisons de l'existence. Cependant, on est ici dans un basculement jouissif de sa filmographie, là où le côté sombre et ironique prend enfin la pas sur son côté humaniste et propret.
L'ivresse, la transgression, il y a du piquant dans ce film réunissant deux acteurs captivant, Emma Stone et Joaquim Phoenix, les nouveaux Scarlett Johansson et Jonathan Rhys Meyers.


La tension festivalière ne serait-elle pas en train de monter ? C'est ce qu'on souhaite demain aux candidats à la Palme d'or : Nanni Moretti et Gus Van Sant.
En savoir plus :
- https://twitter.com/search?q=%40bullesdeculture%20%28Cannes2015&src=typd (live-tweet de Bulles de Culture)
- http://www.bullesdeculture.com/search/label/Festival%20de%20Cannes (tous les articles de Bulles de Culture sur le festival)
http://www.festival-cannes.fr (site officiel)
- http://www.advitamdistribution.com/le-fils-de-saul/ (site officiel du distributeur de Le Fils de Saül)
- http://www.le-pacte.com/france/prochainement/detail/trois-souvenirs-de-ma-jeunesse/ (site officiel du distributeur de Trois souvenirs de ma jeunesse)
- Date de sortie France Trois souvenirs de ma jeunesse : 20/05/2015
- http://www.marsdistribution.com/film/l_homme_irrationnel (site officiel du distributeur de L'Homme Irrationnel)
- Date de sortie France L'Homme Irrationnel : 14/10/2015

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bullesdeculture 3369 partages Voir son profil
Voir son blog