Magazine Entreprise

Toitures végétalisées : des jardins haut perchés

Publié le 18 mai 2015 par Franckbaty @Bouygues_C
Toitures végétalisées : des jardins haut perchés

Reverdir l’espace urbain c’est aussi possible en prenant de la hauteur. Puisque les villes sont souvent contraintes à limiter les espaces verts pour des raisons de place, pourquoi ne pas utiliser les toits ? Depuis quelques années, le phénomène de végétalisation des toitures prend de plus en plus d’ampleur, comment ce système fonctionne t-il ?

Végétaliser une toiture

La toiture végétalisée du terminal de croisières Kai Tak à Hong Kong (c)DR

La toiture végétalisée du terminal de croisières Kai Tak à Hong Kong (c)DR

Une toiture végétalisée peut remplacer des couvertures traditionnelles telles que le bois, les tuiles ou la tôle sur une surface plane et pourvue d’un dispositif d’étanchéité classique. Il existe plusieurs façons de transformer un toit en espace vert.

La végétalisation peut être extensive, c’est-à-dire qu’elle mise en place sur un substrat de 7 à 15 cm d’épaisseur qu’il n’est pas nécessaire d’arroser.
Elle peut également être intensive et permettre ainsi la culture d’arbres fruitiers ou de petite taille. Deux bémols cependant : elle nécessite un système d’arrosage automatique mais aussi un renforcement de la structure porteuse du bâtiment.
Il existe également des toitures brunes ou toitures biotopes plus favorables à la biodiversité et moins coûteuses que les premiers exemples. Elles consistent à créer une couverture hétérogène constituée de substrats locaux et laisser la nature coloniser cet espace.

Les atouts de la végétalisation des toits

Vue du projet de la Tour du Commerce et de l'Industrie Kai Tak (c)DR

Vue du projet de la Tour du Commerce et de l’Industrie Kai Tak
(c)DR

Avoir un jardin sur son toit est une bonne chose d’un point de vue écologique puisque ce dispositif permet d’absorber le CO2, de fixer les poussières atmosphériques et le pollen mais aussi de rafraîchir la température des villes souvent plus élevée que dans les environnements moins urbanisés. Comme pour les façades, les toitures végétalisées contribuent à préserver la biodiversité. Elles peuvent accueillir la faune locale grâce à des dispositifs comme les abris à insectes, les nichoirs à oiseaux et chauve-souris ou encore les ruches comme sur le toit du centre commercial de Beaugrenelle. On peut aussi en faire un lieu d’agrément et y ajouter un point d’eau ou y  cultiver un potager pour avoir son coin de campagne à portée d’escaliers.

Le siège de l'aviation civile à Hong-Kong (c)DR

Le siège de l’aviation civile à Hong-Kong
(c)DR

La végétalisation des toitures, un phénomène mondial

Si la France a du retard en la matière, la végétalisation des toitures est une pratique utilisée depuis longtemps par nos voisins européens, notamment scandinaves. Elle devient même obligatoire dans certains pays comme le Japon. Ainsi, à Tokyo, toute construction occupant plus de 1 000 m² de terrain doit être couverte de végétaux sur au moins 20% de sa surface.  Cette initiative donne des idées en France, où la végétalisation des toitures est de plus en plus répandue et sera notamment l’une des caractéristiques du futur Palais de Justice de Paris.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Franckbaty 17028 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte