Magazine Culture

24 h sur 11 cm, MARIE CLAIRE, I-07

Publié le 02 juin 2008 par Caroline Rochet
24 h sur 11 cm, MARIE CLAIRE, I-07
MARIE CLAIRE


J'ai testé 24h sur 11 cm


Janvier 2007
(oui, c'est du vintage)
À en croire Sacha Guitry, « Le talon haut a été inventé par une femme qui en avait assez d'être embrassée sur le front ». Il aurait pu ajouter : « Et qui était d'une volonté de fer. » Journée type d'une héroïne sur échasses de 11 cm.




08h27
J'enfile mes divines chaussures de bal, dont la hauteur ferait honte aux feues Twin Towers. L'émotion me submerge : mes jambes ont soudain perdu 5 kg chacune.
08h34
J'ai enfin réussi à traverser mon salon. L'émotion me submerge de nouveau, mais c'est parce que ma démarche incertaine me rappelle les premiers pas de Bambi. Ma tendance aux grandes enjambées énergiques se voit brutalement freinée : pour rester digne, obligation de faire des petits pas réguliers et bien posés. Je comprends soudain pourquoi les femmes en stilettos ont cette espèce de classe indolente : elles n'ont pas le choix. Un mythe s'effondre.


08h41
J'habite dans un vieil immeuble sonore dont l'escalier est en bois. Mes voisins sont donc ravis d'apprendre que je pars au travail, et que, ce matin, je n'ai apparemment pas mis mes Converse. Cette descente d'étages sur demi-pointes cambrées fait légèrement paniquer mes mollets, mais ils s'y feront. Comme j'aime les défis, je prends mon scooter et je me fais beaucoup d'amis : pas un seul homme (pas un seul) qui ne louche sur mes jambes, comme si une paire de talons aiguilles rouges était une sorte de code signifiant : « Et si on allait faire un peu de sexe avant le boulot, toi et moi ? » L'un d'eux cale en pleine place de l'Etoile. Encore un fétichiste.


09h20
J'appelle Marcello, mon mécano, pour savoir comment mettre mon deux-roues sur sa béquille sans érafler un escarpin hors de prix, ni m'y reprendre à sept fois, ni me faire un mal de chien. Il a beau faire le tour de l'atelier, personne ne semble avoir de réponse précise. C'est vraiment scandaleux.


10h17
Au bureau, mon arrivée provoque une émeute. Tandis que je déambule à la cafétéria, mes collègues poussent des couinements de hamster sous méthamphétamines. Elles veulent les essayer. Je refuse : une chaussure ne se prête pas, elle se fait au pied de sa maîtresse.


11h17
Après une dizaine d'allers-retours laborieux dans les escaliers (que Dieu bénisse les rampes !), je commence à en vouloir à mes Ferrari pédestres. En italien, le « stiletto » est une dague bien effilée. Toute vraie passion comporte un peu de violence.


13h24
La brasserie du déjeuner est loin, très loin. Je comprends pourquoi les filles de « Sex & The City », toujours perchées, font si bien vivre les taxis new-yorkais. J'ai rendez-vous avec un écrivain obscur rencontré ce week-end, aussi intellectuel que pudibond (ça me change). Quand j'arrive, il est beau, penché sur son futur prix Médicis Essai, admirablement intitulé « Les Ambiguïtés stoïciennes chez les lazaristes du Haut Poitou ». Lorsque ses yeux se posent sur mes pieds, ils passent en une nanoseconde de l'innocence de Mickey Mouse à la concupiscence de Mickey Rourke (époque « 9 semaines 1/2 »). Mais c'est quand il demande au serveur si la maison loue des chambres que je me pose de réelles questions quant au message envoyé par mes petits souliers.


17h45
La moquette de mon bureau est délicieusement douce sous mes pieds nus, qui soupirent d'aise. Il paraît que certaines Américaines se font des injections de collagène dans les talons ou une ablation d'orteil pour entrer dans des Jimmy Choo. Ça laisse songeuse.


19h40
Comme je suis super maligne, j'ai choisi de porter mes échasses un jour de vernissage. Ce genre d'événement où l'on reste des heures à piétiner. Consolation : avec mon 1,82 m, j'admire tranquillement les œuvres par-dessus la foule de nains. Hé ! hé ! Je rigole moins quand mon talon se coince dans une rainure du parquet et que je suis obligée de me déchausser pour l'en extraire sans l'abîmer, une coupe de champ' à la main.


23h51
Trajet de l'expo au resto. Escalier (en colimaçon, c'est plus sympa) des toilettes du resto. Trajet du resto à la maison, via la station d'essence. Redescente des escaliers parce que j'ai oublié le courrier. Et au moment de me coucher, surprise : les armes du crime sont toujours à mes pieds. J'ai galopé comme une gazelle sur ces œuvres d'art sans même y penser : appelez-moi Dita von Teese. Comme quoi tout est une question d'habitude... Mais par égard pour les pauvres hommes que je croiserai, demain, c'est bottes cavalières plates. Il ne faut pas abuser des bonnes choses.




Partager cet article sur Facebook html .fb_share_link { padding:2px 0 0 20px; height:16px; background:url(http://static.ak.fbcdn.net/images/share/facebook_share_icon.gif?0:26981) no-repeat top left; }

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Caroline Rochet 1047 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte