Magazine Santé

OBÉSITÉ: Le célastrol, le nouvel outsider de la perte de poids? – Cell

Publié le 24 mai 2015 par Santelog @santelog

Le célastrol, un composé extrait d’une plante chinoise aux multiples vertus thérapeutiques révèle une nouvelle corde à son arc : sa capacité à cibler et à améliorer l’action de la fameuse hormone de la satiété, la leptine. Ce composé naturel sera-t-il l’outsider naturel des  » médicaments  » de perte de poids ? En tous cas, cette étude, présentée dans la revue Cell, révèle, qu’en réduisant fortement la prise alimentaire, le célastrol entraîne une diminution de 45% du poids corporel chez… des souris obèses. Un grand espoir pour le traitement de l’obésité.

OBÉSITÉ: Le célastrol, le nouvel outsider de la perte de poids? – Cell
Le célastrol est un composé extrait de la racine d’une plante chinoise, Tripterygium wilfordii (ou  » vigne du dieu du tonnerre » en français), utilisée depuis des siècles en médecine traditionnelle chinoise pour traiter l’inflammation. Cette herbe a déjà suggéré des bénéfices, comme traitement complémentaire de l’arthrite et pour sa capacité préventive et curative dans le traitement du cancer. C’est la première étude à suggérer l’efficacité du célastrol dans la prise en charge de l’obésité et de ses comorbidités.

Ce composé produit ses effets puissants en améliorant l’action de la leptine, un effet recherché par une grande partie des recherches sur de nouveaux médicaments coupe-faim. La leptine est une hormone dérivée des cellules adipeuses qui va signaler au cerveau que le corps a suffisamment de combustible et d’énergie. Une déficience de signalisation de la leptine, chez l’Homme comme chez la souris, va induire l’hyperphagie, le surpoids et l’obésité. Il est donc clair qu’un médicament ou composé capable d’améliorer cette signalisation pourrait être efficace pour traiter l’obésité. Car la leptine ou son niveau dans le sang ne suffit pas à réduire la sensation de faim ou la prise alimentaire chez les personnes obèses, ce qui suggère que c’est plutôt l’insensibilité à la leptine ou son défaut de signalisation qui cause l’obésité.

L’équipe de l’Hôpital de Boston et de la Harvard Medical School, mené par le Dr Umut Ozcan, qui avait déjà découvert que la résistance à la leptine est associée à une réaction de stress dans une structure cellulaire appelé le réticulum endoplasmique (RE), elle révèle aujourd’hui l’efficacité  » puissante  » du célastrol pour réveiller  » cette sensibilité « .

Une perte de 45% du poids corporel: L’équipe a criblé une base de données contenant les profils d’expression des gènes du génome entier de cellules humaines traitées avec plus d’un millier de petites molécules. Ils identifient ainsi le célastrol comme la molécule la plus efficace pour produire un profil d’expression associé à l’amélioration de la fonction de RE et de la sensibilité à la leptine.

Plus concrètement, des souris obèses traitées durant une seule semaine par célastrol, réduisent leur consommation de nourriture d’environ 80% et au bout de 3 semaines ont perdu 45% de leur poids corporel initial et presque entièrement par la combustion de réserves de graisse. 

Une perte de poids spectaculaire supérieure à celle permise par chirurgie bariatrique, soulignent les auteurs. Et, comme la chirurgie bariatrique, le célastrol entraine une diminution des niveaux de cholestérol, l’amélioration de la fonction hépatique et ldu métabolisme du glucose, ce qui suggère un risque plus faible de maladie cardiaque, de maladie du foie gras et de diabète de type 2.

L’absence d’effets toxiques (ici constatée chez la souris) devra être validée chez l’Homme et il n’est pas question de se mettre à consommer des extraits de  » vigne de dieu du tonnerre  » pour perdre du poids ! Mais si le célastrol fonctionne chez les humains comme il le fait chez la souris, il pourrait être le moyen à la fois naturel et efficace tant recherché pour traiter l’obésité.

Sources:

Cell21 May 2015 DOI: 10.1016/j.cell.2015.05.011Treatment of Obesity with Celastrol

Annals of the Rheumatic Diseases 2014 doi:10.1136/annrheumdis-2013-204807 Comparison of Tripterygium wilfordii Hook F with methotrexate in the treatment of active rheumatoid arthritis (TRIFRA): a randomised, controlled clinical trial

Cancer Research 2006 doi: 10.1158/0008-5472.CAN-05-4529 Celastrol, a Triterpene Extracted from the Chinese “Thunder of God Vine,” Is a Potent Proteasome Inhibitor and Suppresses Human Prostate Cancer Growth in Nude Mice

OBÉSITÉ: Le célastrol, le nouvel outsider de la perte de poids? – Cell
Plus de 50 études surl’Obésité

Accéder à notre dossier Obésité de l’enfant (1/6) (Santé log Petite Enfance-)Pour y accéder, vous devez être inscritet vous identifier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine