Magazine Côté Femmes

Lundi avec Alice et Zaza – Indignons-nous !

Publié le 25 mai 2015 par Desperatecouchpotatoe @Dcouchpotatoe

Cette semaine, Alice et Zaza nous invitent à nous lâcher sur ce qui nous révolte.

Alors je ne vais pas vous en faire une tartine, mais tout m’énerve moi. En particulier l’hypocrisie, qui se retrouve un peu dans tous les comportements en termes de débat. Le souci est que dans ce monde, il ne semble y avoir de place pour la demi mesure.

Prenons la politique. Pour mes amis de droite, je suis une gauchiste. Pour mes amis de gauche, je suis une fasciste. C’est tout blanc ou tout noir. Il faut toujours prendre parti. T’es au centre ? T’es un demi-sel. Tu es un lâche. Madame Taubira a fait passer une loi sur le mariage pour tous ? C’est une sainte, tant pis si elle a supprimé les peines plancher pour les délinquants multi-récidivistes. Monsieur Sarkozy revient avec la ouache pour la prochaine campagne et peut faire gagner la droite ? C’est un battant, tant pis si il a lamentablement échoué aux rênes du pays entre 2007 et 2012. Tu pointes la religion comme base d’un terrorisme ? Tu es islamophobe. Tu dis que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ? Tu es raciste. Tu dis que les élus sont tous pourris ? Tu es frontiste. Ou frontiste de gauche, c’est au choix. Pas de demi-mesure.

Et bien non je ne suis pas d’accord, je ne marche pas comme ça. J’ai voté pour François Hollande en 2012. Mais je n’ai pas voté pour qu’il s’entoure de Najat Vallaud-Belkacem. Je n’ai pas voté pour que Manuel Valls avale des couleuvres. Alors quand je suis déçue, ce n’est pas parce que mes impôts vont augmenter, ni parce que je vais perdre la CAF, quoique ça commence à faire beaucoup.

Lundi avec Alice et Zaza – Indignons-nous !

Quand je suis déçue c’est quand j’entends une ministre de la République qui a raté l’ENA traiter ceux qui font la richesse culturelle de notre pays de pseudos-intellectuels pour une idéologie à laquelle on ne peut plus décemment croire aujourd’hui. Je l’ai lue la réforme du collège, il y a c’est vrai des trucs intéressants. Mais au milieu d’un tas de conneries pondus clairement par des gens qui ne sont pas sur le terrain et qui sortent de jolies formules qui font du bien à leur ego. Des formules dont on ne comprendra jamais la méthode d’application concrète. Mais dedans, tu as d’écrit égalité des chances, tolérance, mixité sociale et transgenre. La belle affaire. Oui, l’éducation nationale, par dessus tout, c’est un sujet qui me révolte bien. Et depuis longtemps. Depuis qu’au lycée on m’a forcée à faire grève alors que je ne comprenais pas bien en quoi la réforme Allègre était si mauvaise, depuis que je suis allée manifester parce qu’en milieu d’année scolaire l’année du bac, je n’avais pas de prof de physique et qu’en fait dans la manif j’entendais des slogans soixante-huitards, menée par des profs pour des motifs tout autres… Depuis que je travaille avec des scolaires et qu’on me demande des passe-droits, « parce que vous comprenez le vendredi c’est pas moi, c’est la remplaçante », alors que l’animation en question est destinée aux élèves qui eux sont là le vendredi.

Mais je ne mets pas tous mes œufs dans le même panier. Mon fils a la chance d’être dans une école où on applique les règles avec suffisamment d’intelligence pour en sortir le meilleur, au lieu de décider de faire de la garderie en péri-scolaire au motif qu’on n’est pas d’accord avec le gouvernement. Moi qui ne suis pas d’accord non plus, je trouve ça intelligent. Une école où on laisse les petits garçons jouer à la dînette et les filles aux petites voitures, mais où on leur lit pas forcément Papa met une robe. Mais une école où tout de même, quand la Directrice qui ne compte pas ses heures soumet un séjour dans le Marais Poitevin pour les primaires à son Conseiller Pédagogique, ce dernier lui demande de refaire un dossier parce qu’il a compris que les enfants allaient passer une semaine avec de l’eau jusqu’à la taille (Bah oui, un Marais tu comprends… Y’en a des fois qui méritent des claques) ! Je ne suis pas parent d’élève, l’engagement réel, malheureusement je n’ai pas le temps pour. Et puis je pense que j’en claquerais un avant la fin de l’année. Alors je rumine, je fais avec, j’aide mon fils autant que je peux, sans trop en faire car je ne sais pas faire, mais sans rien faire non plus , car nous avons aussi notre part de responsabilité.

Un jour je te parlerai des élus. L’autre grand sujet de révolte chez moi.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Desperatecouchpotatoe 563 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte