Magazine Culture

89. Sur la route

Publié le 02 juin 2008 par Daniel

   


(4.21)
89. Sur la route(c) D. R.

La semaine passée, j’étais d’humeur grognon, sachant que mes obligations professionnelles allaient m’obliger à passer la fin de semaine sur la route, et à parcourir environ 1.500 kilomètres. Dire que pour une fois j’étais disposé à me métamorphoser en homme d’intérieur et d’extérieur, à consacrer davantage de temps aux tâches ménagères, et à la tonte de ma pelouse qui commence à ressembler à un champ de broussailles. Cela attendra. Un Premier ministre, des membres des gouvernements provincial et fédéral, un futur Président international d’un club très sélect et des vétérans de la Deuxième Guerre mondiale avait la priorité dans mon agenda. Je bougonnais surtout parce que cet emploi du temps sarkozyen me contraignait à me lever de bonne heure vendredi, samedi et dimanche.

Sur la route, j’ai fait attention à ne pas tromper dans les directions et les sorties. J’aime prendre mon temps mais déteste être en retard quand on m’attend. Politesse des rois, on ne se refait pas. Alors j’ai calculé large pour être sûr d’arriver en avance en comptant les aléas et les inévitables erreurs d’aiguillage. Gouverner, c’est prévoir. Mais pourquoi mets-je tant de lieux communs dans ce paragraphe ?

Sur la route, j’ai regardé le paysage canadien défiler devant mes yeux. La province du Nouveau-Brunswick est couverte de forêts à 85 %. Évidemment, je n’ai pas pris les chemins de la campagne mais l’autoroute transcanadienne qui traverse cet immense espace vert.

Sur la route, j’ai écouté de vieux CD que j’avais pris avec moi pour agrémenter mes trajets. Je me suis même passé la bande originale de la série Beverly Hills 90210 que je n’avais plus mis dans un lecteur depuis des années. Paroles et musiques ont jailli des recoins de ma mémoire pour affleurer à mes lèvres, et j’ai fini par fredonner ces vieux refrains du début des années 90. Sur la route, j’ai laissé les souvenirs refaire surface comme des bouteilles jetées à la mer échouent sur le rivage. Je me suis souvenu qu’à l’époque je craquais complètement pour Jason Priestley, le beau Brandon Walsh, le garçon propre sur lui avec son brushing impeccable qui, avec le recul des années, apparaît totalement ridicule et désuet en 2008. De nos jours, je craquerais plutôt pour Luke Perry alias Dylan Hartley, le rebelle au grand cœur, l’écorché vif qui dissimule tant bien que mal ses secrètes blessures. Je me suis souvenu que j’éprouvais aussi un trouble penchant pour Shannen Doherty, future sorcière de charme.

Sur la route, je n’avais pas eu le temps de lire la presse vendredi matin. Ce n’est donc que samedi après-midi que j’appris à la une de L’Acadie Nouvelle que Luc Bourdon s’était tué jeudi midi, sur la route.

Son nom ne me disait absolument rien, mais le fait qu’il fasse les gros titres indiquait qu’il s’agissait de quelqu’un d’important. Les dates m’interpellèrent : 1987-2008. Intrigué, je pris le journal pour savoir ce qui s’était passé jeudi dernier sur la route, dans la péninsule acadienne. Luc Bourdon, joueur de hockey sur glace, l’un des plus grands espoirs de la LNH (Ligue Nationale de Hockey) avait décidé de prendre quatre semaines de vacances dans sa province natale. Comme la plupart de ses amis, il venait d’acheter une moto et d’obtenir son permis. C’est en effectuant une manœuvre stupide en pilotant cet engin qu’il maîtrisait encore mal qu’il heurta de plein fouet, sous les yeux de sa petite amie qui le suivait sur la route – elle au volant de sa voiture –, un semi-remorque venant en sens inverse alors qu’il tentait d’en dépasser un autre. Foudroyé au commencement de la gloire, comme James Dean.

  

J’ai ressenti un pincement au cœur en lisant que cet athlète prometteur était un Verseau du troisième décan, comme moi. Son anniversaire tombe le lendemain du mien. J’appris aussi que c’était une belle âme qui, sans en faire de publicité, visitait les enfants malades dans les hôpitaux pour leur apporter un peu de joie et de soleil. Un grand garçon beau et généreux, violemment enlevé par la grande faucheuse à l’aube de sa jeune vie pleine de promesses. Intérieurement, j’étais secoué alors que je devais prononcer une allocution dans le cadre d’une remise de prix récompensant les qualités professionnelles et humaines d’un « jeune » récipiendaire de 43 ans. Je n’avais pas préparé de discours, aussi c’est en ayant une pensée pour Luc que, tout en essayant de maîtriser mon émotion, je prononçai les paroles suivantes devant mon auditoire :
— Qu’elle soit brève ou longue, la vie est toujours trop courte. Mais le plus important est qu’elle soit bien remplie. C’est pourquoi vous avez raison de vous rendre mutuellement hommage de votre vivant.

Je me suis senti piètre orateur ce soir-là, cependant mes phrases parfois décousues résonnaient comme un cri du cœur et les gens qui les écoutèrent m’en surent gré. Plus tard, seul dans ma chambre d’hôtel, j’ai fait un retour sur le chemin parcouru sur la route de ma vie. Qu’en ai-je fait, comparé au jeune Luc qui vient de mourir ? Qu’en aurais-je connu, et que n’aurais-je jamais connu si j’étais mort au même âge ? Ma tête devint un champ de réflexions qui se bousculaient comme des auto-tamponneuses à la fête foraine. J’éprouvai un sentiment de culpabilité et de honte à la pensée d’avoir, durant toutes ces années, cédé plus d’une fois au découragement pour des raisons qui m’apparaissaient soudain futiles, et envisagé d’abréger mes jours. Je pris alors la résolution de me souvenir de Luc Bourdon, chaque fois que la lassitude reviendrait éprouver ma résistance, afin de redresser la tête et de pouvoir continuer à avancer sur la route.





Lire le précédent épisode, cliquez ici

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Mini 7 sur 7

    30 janvier 2008 Mini 7 sur 7 Benjamin Bejbaum : Le mini 7 sur 7envoyé par TOC Posté par va33 à 16:46 - Mini 7 sur 7 - Commentaires [0] - Rétroliens [0] -... Lire la suite

    Par  Va33
    CULTURE
  • Damages sur Canal +

    Canal + va diffuser le mois prochain la série Damages avec l'excellente Glenn Close. Elle incarne Patty Hewes, une femme d'affaire qui dirige un cabinet... Lire la suite

    Par  Caiera
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • Le savoir sur Internet

    savoir Internet

    L'avenir de l'encyclopédie réside-t-il dans Internet ? Le célèbre éditeur allemand Brockhaus, maison d'édition de l'encyclopédie éponyme, le croit. Incarnation... Lire la suite

    Par  Danielriot - Www.relatio-Europe.com
    CULTURE, INTERNET
  • Damages sur canal +

    Glenn Close s’est très bien adaptée à la télévision; après un passage fort remarqué dans The Shield, elle est incontournable dans Damages. Lire la suite

    Par  Davidous
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • Bug sur la colline

    Haut et fort me fait des misères sur la note consacrée le 13 février à Primrose Hill. Impossible d'entrer de nouveaux commentaires et donc de répondre aux... Lire la suite

    Par  Inisfree
    CINÉMA, CONSO, CULTURE
  • Damages sur Canal +

    A ne pas rater ce soir pour les abonnés de Canal+ la série inédite Damages. La série est programmée à 20h50 avec 3 épisodes dans lesquels vous pourrez... Lire la suite

    Par  Caiera
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • Activités sur You Tube

    J’évoquais hier le plaisir qu’il y avait à retrouver ces moments précieux de théâtre et de préparation collective… Me laissant entraîner par le flot d’images... Lire la suite

    Par  Sheumas
    CULTURE, INTERNET

A propos de l’auteur


Daniel 77 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine