Magazine Culture

Journées gallo-romaines : compte-rendu

Par Amaury Piedfer

Les journées gallo-romaines organisées par le Musée de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) les samedi 31 mai et dimanche 1er juin furent un grand succès populaire, preuve supplémentaire de l'attachement des Gaulois à leur histoire, à leurs traditions, à leur mythes nationaux. Communauté gauloise vous raconte.
C'est par milliers que les Gaulois se sont pressés dans l'enceinte du prestigieux site archéologique et musée de Saint-Romain-en-Gal (Rhône), où s'était développé, à l'époque gallo-romaine, un immense quartier d'artisanat, d'activités portuaires et d'habitat, face à la colonie romaine de Vienne (Isère). Le site, en son esplanade centrale, a accueilli pendant deux jours des centaines de passionnés qui se sont efforcés de faire revivre les techniques guerrières, artistiques, artisanales ainsi que les gestes de la vie quotidienne de nos ancêtres celtes, romains et germains. Près d'une vingtaine de troupes de reconstitution historique ont présenté au public les armes, la tactique militaire, les objets de la cuisine, de la parure, du tissage, de la céramique, de la fonte du métal. Venues de toute la Gaule, mais aussi d'Allemagne, de Suisse, de Belgique, d'Italie et d'Espagne, ces troupes ont proposé, le samedi puis le dimanche, la même démonstration militaire, nous faisant descendre du IIIème siècle av. J.-C., avec les affrontements entre Gaulois et armées de la Rome républicaine, jusqu'au IVème siècle ap. J.-C., lorsque Rome utilisaient les fédérés germains contre d'autres Germains. Des combats impressionnants, qui ont permis de prendre toute la mesure de ce qu'étaient les chocs des boucliers contre les armures et les grêles de traits tombant sur les têtes. Le public était fasciné par le spectacle, l'attention, déjà soutenue par l'intérêt historique, fut encore renforcée par un émoi patriotique devant ces hommes incarnant les ancêtres : et là, pas d'ambiguïté, malgré l'accueil chaleureux réservé aux Italiens, c'est bien les troupes gauloises qui systématiquement recevaient les encouragements les plus emportés ! Qui cela étonnera-t-il ?
On regrettera simplement un certain manque de rigueur dans la présentation des armements et des tactiques, pour ce qui concerne les Gaulois surtout : entre les Gaulois du IIIème siècle av. J.-C. et ceux du Ier siècle av. J.-C., point de différences ici, alors que bien des choses avaient changé ; la démonstration publique atteint ici ses limites, puisque faute de suffisamment de troupes dans les diverses associations de reconstitution, ce sont souvent les mêmes hommes qui passent d'une époque à l'autre, sans souci du détail. Du coup, le public en retire une vague impression générale d'immuabilité, de Gaulois moins bien organisés que les Romains, alors que la réalité fut beaucoup plus complexe.

Les Gaulois au repos, après un dur assaut contre les lignes romaines

L'aire de démonstration militaire était encadrée par deux camps, l'un romain, l'autre gaulois et germanique. On pouvait y découvrir les gestes habiles de ces artisans dont les inventions constituent encore souvent le socle technique fondamental de notre civilisation. Le musicien qui présenta des instruments antiques, faisant sonner l'aulos grecque ou la harpe celtique, attira un public nombreux, attentif et ému.Des ateliers proposaient également de se vêtir à la mode gallo-romaine et, pour les plus jeunes, de s'initier à l'art de la guerre des Celtes anciens. Les enfants pouvaient ainsi repartir du site avec de magnifiques peintures de guerre à motifs celtiques, sur le visage et les bras !Le public était nombreux, nous l'avons déjà dit ; il se composait aussi de tout ce que la France compte encore de Gaulois : familles, enfants nombreux, personnes âgées, jeunes motards portant torques et rouelles, intellectuels venus en observateurs minutieux, hommes et femmes réunis en une nation de chair et d'âme.
Bref, une grande réussite, démontrant si c'était encore nécessaire que la France regorge encore de gens viscéralement attachés à leurs racines et recherchant la convivialité irremplaçable d'une fête française et européenne, dont certains dénonceraient certainement sans vergogne le caractère scandaleusement... mono-culturel.
Amaury P.
L'infanterie gauloise à l'oeuvre contre les lignes romaines

La formation romaine "en coin" est très difficile à vaincre


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Piedfer 250 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines