Magazine Culture

The White Storm – Narcotic : Back to future

Publié le 26 mai 2015 par Diana

The White Storm – Narcotic : Back to future

On ne présente plus Benny Chan Muk-Sing, véritable yes man hongkongais qui a su s'imposer avec des polars et des films d'action qui firent sa renommée. Depuis quelques années maintenant, il a donc su imposer son nom comme un faiseur de cinéma efficace. Son dernier film en date, The White Storm (2013), retitré Narcotic pour sa sortie DVD/Blu-ray (avril 2015) et sous-titré " La Guerre des Cartels " s'inscrit dans la droite lignée du film d'action dramatique. Pour cette aventure qui délocalise notamment le théâtre des opérations en Thaïlande, il s'entourait de trois acteurs de renoms : Louis Koo Tin-Lok, Lau Ching-Wan et Nick Cheung Ka-Fai. Ces derniers campent trois flics du Bureau des narcotiques à HK. Ils tentent de mettre fin aux activités mafieuses de Eight-Face Buddha, interprété par l'acteur vétéran Lo Hoi-Pang.

Benny Chan est-il resté dans cette période qui comprend cette fin des années 80 et la première moitié des années 90 de l'industrie cinématographique hongkongaise ? The White Storm, également connu comme The Cartel War et Metamorphosis semble tout droit sortie de cette époque. Alors certes, avec plus de moyen que la moyenne des polars sortis de ladite époque.

The White Storm – Narcotic : Back to future

Après visionnage, je ne saurais trop quoi en penser. Il y a cette espèce de générosité explosive commune à ces actioners, période 86/94 (ou 87/93) mais en même temps, le film porte sur lui les tares d'un cinéma qui ne s'embêtait pas avec les détails. Prenons l'exemple de ces hélicoptères qui débarquent avec leur sulfateuse. C'est grandiose voire épique. Ça défouraille dans tous les sens mais dans l'action exposée, c'est quelque peu, disons-le débile. A ce moment précis, la fille du bad guy, le boss est prise en otage ! Et ils arrivent avec une sulfateuse qui tire dans le tas. C'est n'importe quoi les mecs ! C'est disproportionné. Arrêtez vos bêtises, ce n'est pas la kermesse. Déjà qu'on n'est jamais à l'abri d'une balle perdue mais là, c'est le pompon. Ce genre d'action irréfléchie ne peut plus exister de nos jours sous peine de tomber dans le ridicule, proche d'un nanar sans recul. Pas terrible non plus la scène de course-poursuite qui suit la suite de ce carnage volant. Benny Chan, c'est THE potentiel, et il n'en fait pas grand-chose. Par exemple, l'idée de maintenir Berg Ng Ting-Yip hors de la voiture en mouvement est plutôt pas mal. Le reste manque de réelle tension haletante pour ce type de séquence. Où est cette tension, cette ambiance stressante qui devraient nous faire cramponner à nos sièges ?


The White Storm – Narcotic : Back to future

Et puis, arrive la fameuse scène de la falaise, le vrai premier point d'orgue du film. Même s'il y en a eu des moments chauds avant celui-ci, ils ne revêtaient pas de la même façon l'importance pour l'humain au centre de l'action. Ce qu'on ne sait pas à cet instant, alors qu'une décision au dilemme cornélien doit être prise c'est que le père Benny Chan va faire prendre un virage à son récit. Chose plutôt intéressante mais une chose qui entrainera des décisions scénaristiques qui laissent à désirer, notamment dans la crédibilité de son entreprise. Là encore, on se retrouve dans ce cinéma d'une autre époque qui se fiche ouvertement que les évènements, prises de positions des personnages et j'en passe puissent paraitre le plus souvent invraisemblables voire stupides. Tiens, un peu comme le coup des sulfateuses super gratuit, même si jubilatoire, v'là-ti pas que le trio Louis/Sean/Nick froisse de la carrosserie, comme ça, de façon totalement gratuite enchainé d'un " Alors ? La femme, les enfants, le chien, comment va ? ". Pourquoi ? OK. On a pigé l'hommage à Une balle dans la tête (1990). Comme on a compris que Benny Chan empruntait pas mal de choses à ce film précis, comme il le fera en toute fin de ce film-ci, rappelant au passage d'autres films de John Woo comme son dytiqueA Better Tomorrow (1986 & 1987).


The White Storm – Narcotic : Back to future

Oui ! Benny Chan est toujours ancré dans cette période passée, où il joue son " heroic bloodshed hard boiled " retardatif. Ce sentiment qu'il rattrape un passé bien révolu. Un peu comme s'il avait zappé de mettre en scène, à cette fameuse époque ce type de film en particulier. Malheureusement, il ne gomme nullement les défauts attenants à ces productions du " c'était mieux avant ", pour certains HKphiles (et d'autres aussi). Du coup, nous avons là, ce climax final caractéristique où l'amitié retrouvée se lancera dans un gunfight tapageur, et où les corps encaissent les balles jusqu'à plus soif de sang.

The White Storm – Narcotic : Back to future

Le postulat de départ de ce The White Storm - Narcotic donne à voir. Il y a de bonnes choses, même dans ces moments de récréations décomplexées. Il n'empêche la dernière partie reste grossière. Il y a une continuité dans l'intrigue qui est mal amenée. Après, concernant le spectacle, on peut dire que c'est plutôt cool parce que dans l'ensemble tout est plutôt bien mis en scène, bien interprété et puis celui ou celle qui aime les fusillades... mais bon... dans cas précis, je ne sais si j'ai envie de voir un film de notre époque pastichant les films d'avant. The White Storm - Narcotic aurait été un bon film de la fin des années 80 et du début des années 90. En ce début (moitié) des années 2010, il n'est qu'un film moyen qui mériterait d'adopter une rigueur propre à notre époque.


The White Storm – Narcotic : Back to future


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Diana 569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine