Magazine Culture

Qu’est-ce que l’homophobie ?

Publié le 27 mai 2015 par Le Journal De Personne
Il était deux fois,
Deux abricots amers.
Trainant par terre
N'ayant pas eu le temps de murir...
C'est un coup de vent qui vint les cueillir
Atroce d'être précoce !
C'est ce que se disent tous les sales gosses !
Deux mâles seuls, sans femelle
Condamnés à faire avec le temps,
Ce qu'ils ne se croyaient pas capables de faire : L'amour.
En se disant que si le désir porte vers l'autre sexe
Le plaisir peut être assouvi avec le même sexe.
Et au pied de leur arbre nourricier, l'abricotier.
Les deux abricots ont pris leur pied...
Avec un mélange curieux de volupté et de culpabilité.
Et au terme de leurs ébats, ils ont tenté d'en débattre.
Leur soudaine homosexualité les intriguait.
Le plus actif des deux était triste,
Le plus passif était gai.
Mais les deux avaient du mal à s'y retrouver : De l'impudicité
C'est ainsi qu'ils intitulèrent leur forfait.
Le plus actif ne pût s'empêcher de songer à la postérité
En se disant : si tous les abricots s'y mettaient il n'y aurait plus d'abricotier !
Ce serait l'extinction sans bruit de cette espèce de fruit.
Le passif n'était pas mécontent de sa transgression
Pour lui, le ver était déjà dans le fruit. Il n'a fait que le ressortir.
Car il n'y a pas que la Nature, il y a l'Histoire aussi !
L'acquis qui se moque de l'inné.
Car selon lui, c'est le plaisir qui initie le désir et non l'inverse.
Pour tout dire : les deux compères n'avaient pas le même ressenti
C'est une imposture pour le premier... Une autre posture pour le second.
Mais les deux reconnaissaient que leur viol de la Nature
Ne passerait pas inaperçu et ne resterait pas impuni.
Étrange soumission pour l'un, liberté qui dérange pour l'autre !
Le plus malicieux c'est qu'ils ont été singés et figés par d'autres blaireaux qui ont fini par faire de cette exception, une règle... de vie.
Résultat des courses : Nous avons de moins en moins d'abricots et de plus en plus d'asticots !

C'est une fable cruelle !
Je l'ai entendue dans la bouche d'un homophobe désespéré.
Je l'ai calmé et rassuré en lui indiquant qu'il y a toujours une issue à ce genre de surprise-partie !
Ses deux abricots peuvent toujours adopter des cerises pour que leur cause soit enfin conquise


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 74361 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte