Magazine Culture

La catin – Iny Lorentz

Par Melusine1701

La catinComme toutes les jeunes filles convenables du XVème siècle, Marie est douce, accomplit sans rechigner toutes les tâches qui lui incombent, et garde les yeux baissés, en attendant que son père règle les derniers détails de son mariage avec un avocat de renom. Mais la veille des noces, une terrible accusation est portée à son encontre: elle se serait livrée à la débauche et à la prostitution avec plusieurs hommes, y compris des gens qui travaillent pour son père. Marie est atterrée… Mais le contrat de mariage passé entre son père et son fiancé est clair: elle se doit d’être vierge, sans tache. Elle est donc emprisonnée en attendant qu’une matrone vienne vérifier sa virginité et qu’elle comparaisse devant un tribunal. Mais la nuit venue, trois de ses accusateurs font irruption dans sa cellule et la violent sans état d’âme. Déclarée impure, perdue, parjure, à son procès, Marie est bannie de la ville. Elle est recueillie par un groupe de prostituées itinérantes, son seul moyen de survie. Brisée mais déterminée, Marie n’a plus qu’un objectif: trouver assez d’argent pour revenir en force chez elle et se venger de ceux qui ont voulu sa perte.

Sympathique, ce roman présente un personnage de femme assez marquant. Tout commence avec un constat cruel de la condition féminine, avec une Marie qui attend sagement que les détails de son mariage soient réglés par les hommes de sa famille comme un vulgaire contrat commercial, pendant qu’elle baisse les yeux devant le regard de Michel, son ami d’enfance qui lui, l’aime sincèrement, mais qui en tant que fils cadet ne peut même pas envisager de s’accomplir par le mariage. Par une ironie du sort terrible, l’accusation terrible portée à Marie devient son lot quotidien. Loin des fantasmes dorés et sulfureux, la vie de prostituée itinérante est sordide, entre la maladie qui rôde, l’hygiène toujours nécessaire, la rivalité entre filles, l’appât du gain et surtout, la violence omniprésente, tant les hommes peuvent être prompts à obtenir par la force ce qu’ils ne peuvent obtenir par l’argent. L’évolution de Marie, d’ailleurs, soigneusement dépeinte dans la dernière partie du livre, fait un pincement au coeur: la douce jeune fille sûre de sa vertu au début du livre devient une femme dure, impossible à émouvoir, détachée de son propre corps.
Dans sa quête pour la vengeance et la vérité, Marie nous offre ainsi un regard intéressant sur la prostitution et la manière dont elle est perçue. Tantôt engagée pour divertir un mari pendant la grossesse de son épouse, tantôt sur les routes à enchaîner les hommes de passage, tantôt protégée par un riche seigneur, et même participant à la révolte des catins lorsque les femmes respectables se mettent à vendre leurs charmes pour s’encanailler dans une concurrence déloyale, elle dessine un portrait de prostituée tout en nuances.
Mon seul regret concerne le style que j’ai trouvé bien sage, bien convenu pour un roman qui se veut sulfureux. Le sexe est décrit à mots couverts, et on est loin de l’esprit provocateur du titre. La fin, elle aussi, est bien convenue, puisque Marie ne parviendra jamais totalement à s’affranchir de la domination masculine : épouse ou catin, voilà l’alternative dont on ne sort jamais. Vous me direz, c’est réaliste. Mais j’espérais justement un peu d’espoir de la part du roman.

La note de Mélu:

Note 4

Un bon moment de lecture.

Un mot sur l’auteur: Iny Lorentz  est le pseudonyme de Ingrid Klocke (née en 1949), une auteure allemande.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Melusine1701 2506 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines