Magazine Culture

André Baillon en édition numérique

Par Pmalgachie @pmalgachie
André Baillon en édition numérique Depuis que la Bibliothèque malgache a débordé des rivages de Madagascar, l'île où elle est implantée, je caressais l'idée d'y introduire des écrivains belges. C'est chose faite avec les deux premiers titres d'une Bibliothèque belgicaine (pourquoi pas?) - l'autre est un roman de Camille Lemonnier dont je vous dirai quelques mots demain. Commençons donc par André Baillon et sa littérature éruptive appliquée, dans Par fil spécial, à une matière en partie seulement autobiographique - son passage à La Dernière Heure comme secrétaire de rédaction. L'observation complète les souvenirs personnels avec bonheur. Les portraits sont à la fois très drôles et nimbés d'un sens aigu de l'autre qui nourrit l'empathie. La vie d'un journal quotidien, de bas en haut, des rouages les plus discrets au bureau de la direction, devient une épopée à hauteur d'homme. Voici comment ce livre avait été accueilli dans L'Humanité à sa parution, en 1924: Baillon ayant été aussi journaliste, vient de nous donner: Par fil spécial. Un beau sujet! C’était amusant de le chiper à Pierre Hamp, et de le traiter comme Pierre Hamp ne le traitera jamais. Pierre Hamp aurait tout dit sur la matière, et y aurait ajouté quelque chose. Baillon ne dit que ce qu’il a vu, comme il l’a vu, et ne dit pas tout, et, ma foi! n’a pas l’air d’ajouter, d’inventer quoi que ce soit… Baillon, journaliste, a fait un livre charmant sur le journalisme, une histoire de servitude gaiement comprise, l’histoire de Baillon qui échappe facilement à la servitude par une poétique philosophie. Oui, mais Baillon n’a pas tout dit, loin de là. Et ce qu’il tait, c’est la raison pour laquelle on fabrique si mal un journal. Mon ami Baillon, vous avez bien de la chance d’aimer en psychologue et de travailler en poète: vous, si malin, vous manquez un peu de méchanceté… Nous vous aimons, vous vous amusez fort, vous êtes un merveilleux peintre de vie, nous sommes contents de vous, mais non tout satisfaits. (Parijanine, L’Humanité, dimanche 30 mars 1924.) L'ouvrage est disponible dans les librairies proposant un rayon numérique (prix de vente: 1,99€).

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines