Magazine Culture

(anthologie permanente) Lawrence Joseph

Par Florence Trocmé

Dans une crise de ma propre acuité 
 
Dans une crise, pourrais-tu dire, de ma propre acuité, 
ressentant la froide lumière de cristal de janvier 
une sorte de ― comment dit-on déjà ? ― 
préjugé de ma part. 
Difficile de se débarrasser de ce dont on dépend. 
À y regarder de plus près, la maison dans Royal Oak, 
les pas d'une mère dans le vestibule, son corps 
tremblant, le temps et l'espace, elle ne s'en rendait pas compte, 
en détresse permanente. On pense à quelque chose 
comme ça. La Procession du dimanche des Rameaux 
au beau milieu du siècle, Christ Ressuscité 
peint sur nos bougies. Jaunes sur jaunes. 
Codes en vigueur. Un marché 
illimité assumait 
la transcendance. Une chose ou une autre 
tentait le destin. Tellement trop pour une épicerie familiale 
rendue au seuil de pauvreté 
à cause d'une autoroute. Le temps opaque invalidant 
la perspective matérialisée. En ce temps-là, mon père 
coupait la viande pour la Great Atlantic & Pacific Tea Company 
(savait dénerver la chair) travaillant 
dans l'autre magasin plusieurs fois par semaine pour son frère. 
Il faisait chaud. Il y avait de la fumée. C'était l'enfer. 
Le feu amalgamait la terre et le ciel, le verre brisé, 
le sang dans les rues, la folie furieuse non seulement sur les champs 
de batailles de l'Asie, ces événements n'ont jamais transsubstantié 
les ombres dérangées. Pendant que l'auteur du crime enrageait 
dans les spasmes, l'automatique se déchargeait, la balle 
est ressortie (avant d'aller à l'hôpital mon père 
a dit, « J'ai du plomb dans le cul »). Seize 
mille heures de labeur avant que tu sois sublime. 
En y repensant, un minimum, la question évolue 
et les états d'esprit aussi. Ta mère s'inquiétant cependant, 
son nom qu'elle murmure encore et encore pour elle-même 
dans la cuisine. Le rapport des Services Médicaux 
« infarctus dementia, hémisphères gauche et droit ». 
N'as-tu pas élevé la voix ! Non ― tu l'as cru ? ― 
pas de larmes ! Cette mésentente dépasse la mesure. 
 
 
In a Fit of My Own Vividness 
 
In a fit, you might say, of my own vividness, 
feeling January's crystal cold light, 
a kind of―what's the precise phrase?― 
bias on my part. 
It's hard to throw off what you're subject to. 
Examining it closely, the house in Royal Oak, 
a mother's footsteps in the hallway, her body 
shaking, space and time she won't realize 
in incessant distress. You think about a thing 
like that. The Palm Sunday procession 
halfway through the century, Christ Resurrected 
painted on our candles. Yellows on yellows. 
Codes in effect. Limitless 
marketplace assumed 
transcendence. Something or other 
tempted fate. So much for a family market 
reduced to the poverty line 
by a freeway. Time opaque and nullifying 
perspective materialized. Those years my father 
cut meat for the Grand Atlantic & Pacific Tea Company 
(knew to slice away the sinewy nerves) working 
at the other store a few nights a week for his brother. 
It was hot. There was smoke. It was hell. 
Fire stuck together earth and sky, broken glass, 
blood on the streets, bersek not only on Asian 
battlefields, those events never transubstantiated 
the shades disturbed. While the perpetrator raged 
into spasms, the automatic shot off, the bullet 
surfaced (after turning in the hospital bed my father 
said, “There's lead in my ass”). Some thousand 
sixteen-hour workdays before you're sublime. 
Sorting out, at a minimum, the issue changes 
and moods do too. Your mother worrying anyway, 
her name whispered over and over again to herself 
in the kitchen. The Medical Consultation Report: 
“multi-infarct dementia, left and right hemispheres.” 
Don't raise your voice! No―did you think so?― 
not tears! This discord enacts no measure. 
 
• 
 
Un éclat de lumière vibra 
 
Crépuscule, un instant 
animé, des couleurs sorties 
de nulle part. 
Nous avons coupé par Cornelia Street, 
avons dîné en plein air. 
 
« L'amour », remarqua-t-elle, 
ou bien c'est moi ? Je me retournai. 
Des ombres obliques glissaient 
d'une façade à l'autre, 
plongeant dans le fleuve. 
 
À la table d'en face 
une noirceur plus profonde. 
Quelque chose dans le contour 
de cette forme d'ébène 
retint mon regard. 
 
Un éclat de lumière vibra. La grande 
île fusion 
brume lilas délavé. Chacun 
regardait, comme hypnotisé, et plus, 
bien plus, que ça. 
 
 
A Flake of Light Moved 
 
Sunset, for a while 
animated, colors appeared 
out of nowhere. 
We crossed Cornelia Street, 
ate dinner in the open air. 
 
“Love”, she observed, 
or was it me? I looked around. 
Diagonal shadows slid across 
one façade after another, 
down to the river. 
 
At the table opposite 
a deeper blackness. 
Something in the contour 
of that ebony shape 
caught my eye. 
 
A flake of light moved. The great 
island intermingling 
watery lilac haze. Everyone 
watched, as if hypnotized, and more, 
much more, than that. 
 
 
Lawrence Joseph, Before Our Eyes, Sous nos yeux,  préface d’Etel Adnan, traduction de l’anglais (américain) Catherine Pierre-Bon, édition bilingue, collection Voix d’ailleurs, Editions PETRA, 2015  
 
Bio-bibliographie de Joseph Lawrence


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines