Magazine Culture

[Critique de film n°3] A la Poursuite de Demain

Publié le 02 juin 2015 par Antoine Dubus @Ashendir
[Critique de film n°3] A la Poursuite de DemainVéritable coup de coeur cinématographique, je me devais de vous parler du nouveau film de Disney, A la Poursuite de Demain (Tomorrowland en anglais), sorti le 20 mai dernier. Sur la forme, c'est du Disney tout craché, ça fait rêver, c'est drôle et ça met à l'honneur la jeunesse, mais sur le fond, le film délivre un tel message d'espoir qu'il m'apparaît être indispensable à voir. D'autant plus en nos temps de crises, de guerres et surtout de défaitisme.

___________________________________

L'Histoire

[Critique de film n°3] A la Poursuite de Demain

A la Poursuite de Demain raconte l'histoire d'une jeune adolescente surdouée, Casey, adepte d'astronomie et de nouvelles technologies, mais assez rebelle. Face à tous les messages défaitistes qu'elle entend de la part de ses professeurs, des hommes politiques, des écologistes, et autres, elle se refusent à baisser les bras et veut trouver une solution pour sauver la planète d'une fin qui semble toute annoncée. Un jour elle se retrouve en possession d'un mystérieux Pin's qui lui fait entrevoir... l'espoir. Voulant à tout prix atteindre cet idéal, elle partira, en compagnie de Franck, un grand inventeur, et Athena, une mystérieuse jeune fille, à la recherche de ce monde caché quelque part dans le temps et l'espace.

A cette lecture on pourrait penser à un énième film où le héros doit sauver le monde, sauf qu'ici l'approche est bien différente. La planète n'est pas menacée par un méchant machiavélique et mégalomane, elle est simplement plombée par un sentiment commun : le défaitisme. La société n'a plus d'espoirs, on lui répète sans cesse que les glaciers fondent, que des espèces animales disparaissent, que des gens meurent de faim, que la guerre fait rage, sans un seul message d'espérance. Tout le monde baisse les bras et le monde va de mal en pis. Il s'agit donc dans ce film de mettre en avant les esprits optimistes, ceux qui décident de ne pas baisser les bras et ne pas céder à la facilité du pessimisme mais de continuer à croire en un avenir meilleur.

Le jeu d'acteur

[Critique de film n°3] A la Poursuite de Demain

Même si Hugh Laurie joue parfaitement son rôle, je vais surtout m'attarder ici sur les trois personnages principaux. Personnellement j'aime beaucoup Brittany Robertson, que j'ai vu jouer dans la série Under the Dome. Je trouve cette actrice très polyvalente, elle est capable de retranscrire une palette d'émotions très conséquente. Ici, elle rentre pleinement dans le personnage de l'adolescente optimiste et surdouée, mais somme toute assez inconsciente. Ses réactions, ses cris, ses rires, ses peurs, ses émerveillements rendent son personnage très vivant et créer un lien entre elle et le spectateur. C'est véritablement à elle que l'on peut s'identifier dans le film, ou tout du moins à sa faculté de voir le monde différemment.

Elle est accompagnée de George Clooney, dans le rôle de Franck, qui, lui, a quelque peu cédé au défaitisme mais, sous l'influence de sa coéquipière, retrouve l'espoir. Dans le film on le voit à deux époques différentes, on le perçoit donc dans toute son histoire, et on comprend mieux ce qu'il est devenu. Son personnage a de l'ampleur, il est tiraillé entre, d'un côté, ses espoirs et sentiments passés, et de l'autre, sa colère et son pessimisme présents. J'ai trouvé qu'il jouait un peu le grand frère protecteur qui est poussé à agir sous les impulsions et agissements de sa petite soeur, même si aucun lien de parenté ne lie les deux personnages.

[Critique de film n°3] A la Poursuite de Demain

Le troisième personnage, la jeune Athéna, est beaucoup plus spécial et compliqué à cerner. On la voit tantôt conduire une voiture, tantôt combattre à mains nus ou courir tel Superman, bref, on comprend vite qu'elle n'est pas comme les autres. Elle surprend, parfois elle déstabilise, et son lien avec Franck n'arrange rien, à tel point qu'on est difficilement atteint par les passages émotifs du film. Là où les réalisateurs ont voulu jouer sur la compassion et l'émotion, le spectateur se retrouve avec des scènes qui peuvent mettre mal à l'aise sinon laisser indifférent. Mis à part cela, elle est drôle et attachante. J'ai été bluffé par le jeu de cette actrice, Raffey Cassidy, âgée de seulement 12 ans ! Cette petite a de l'avenir.

Le graphisme

[Critique de film n°3] A la Poursuite de Demain

Visuellement on est époustouflé, tout comme Casey, face à cet " autre monde " que l'on découvre brièvement. Car oui, malheureusement, la majeure partie du film se déroule essentiellement dans notre présent actuel. Mais cela permet de rendre d'autant plus rêveur ce fameux Eldorado. Parlons justement de cette ville que l'on pourrait surnommer " Tomorrowland " : manifestement les réalisateurs ont proposé ici une vision de la ville du futur mais pas sous l'oeil de la dystopie comme on peut le voir dans Hunger Games ou Divergente. Ici la modernité côtoie harmonieusement la nature dans un subtile mélange de grattes-ciels arrondies et de verdures. Aucun signe de pollution à l'horizon, les transports sont aériens et l'intérieur semble se trouver à l'extérieur. Comme un retour à l'état primitif d'une civilisation déjà bien évoluée. La ville est entourée d'un immense champs de blé qui accentue cette impression de rêve qui nous prend lorsque l'on découvre ce monde pour la première fois. On parle peu de l'aspect politique de la cité, si ce n'est à la fin du film. Du coup, on se prend à imaginer un monde égalitaire, où les gens mangent à leur faim et vivent heureux. C'est en tout cas ce que l'on perçoit.

[Critique de film n°3] A la Poursuite de Demain

Une partie du film se déroule dans les années 60, avec une bonne retranscription de l'ambiance, des vêtements, des couleurs, du style et surtout des mentalités de l'époque. On retrouve des espoirs d'antan, l'effervescence des inventions en tout genre, le sentiment que tout est possible, la recherche d'un monde parfait, d'un monde qui ferait rêver, d'un monde comme... Tomorrowland !

Je l'ai dit, la majeure partie du film se déroule dans notre monde présent, plus précisément aux Etats-Unis et en particulier sur les routes américaines. Beaucoup de trajets en voitures qui font office de pause entre les scènes d'actions. Rien de particulier visuellement, on découvre une Amérique telle qu'on se l'imagine et telle qu'on la voit ici et là. Ce qui m'a surtout plu (en chauvin que je suis), ce sont les scènes à Paris et notamment à la Tour Eiffel dont on ne soupçonnerait pas le rôle dans le film. Et pourtant, il est essentiel !

Un petit mot sur les effets spéciaux : chapeau ! J'ai été bluffé par l'intégration de certains d'entre eux qui, tout en restant subtils, rendent parfaitement bien à l'écran, je pense en particulier au passage dans le lac, je n'en dis pas plus.

J'ai été agréablement surpris d'entendre des sonorités de Star Wars dans le film (au delà de toutes les références visuelles qu'on y trouvait), puis je me suis rappelé que la Guerre des Etoiles appartenait désormais à Disney, et là j'ai compris. C'est très amusant de regarder une scène d'action et d'entendre une musique qu'on pourrait très bien avoir entendu lors d'un combat entre un Sith et un Jedi. Mis à part cela on peut noter l'intégration de rock à certains moments du film, entremêlé de musiques épiques ou à l'inverse de sonorités plus douces et discrètes. Globalement je n'ai pas trouvé la bande-son exceptionnelle, elle reste bonne mais classique pour ce genre de film.

Un film pour enfants ?

[Critique de film n°3] A la Poursuite de Demain

Je finirai par donner un avis sur le public visé. De mon point de vue, le film s'adresse aux adolescents et aux adultes. Compte tenu du sujet traité : le défaitisme, les jeunes enfants n'auraient pas grand chose à en tirer même si le film est teinté d'humour. En effet, on rigole beaucoup tout au long du film, bien que ce ne soit pas forcément volontaire. Certaines réactions, situations et répliques nous donnent le sourire et rappelle qu'il s'agit d'un film grand public. Grand public oui, mais tout de même assez complexe pour y perdre nos petites têtes blondes. A cela s'ajoute que l'héroïne est déjà bien mature et dispose de très larges connaissances scientifiques, on voit difficilement un petit garçon ou une petite fille s'identifier à elle, et encore moins à ses compagnons de route.

___________________________________

Tout cela pour dire que j'aurais tendance à conseiller ce film à celles et ceux qui, assaillis d'informations toutes plus noires les unes que les autres, seraient tentés de tomber dans le défaitisme. Il y a toujours de l'espoir partout. Le désespoir arrive quand on laisse le pessimisme obscurcir notre vision du monde. Le pessimisme n'est utile à personne, il nous plombe plus qu'autre chose, alors que l'optimisme redonne l'espoir et nous fait agir en conséquence. Il n'y a rien de pire qu'une société qui baisse les bras et laisse la situation se détériorer en pensant qu'aucune solution n'est possible. Il faut croire en l'Homme, croire en vous. C'est, selon moi, le message que souhaite transmettre le film. Et rien que pour cette morale, je le recommanderai.
[Critique de film n°3] A la Poursuite de Demain

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antoine Dubus 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines