Magazine Culture

Bruno Doucey à la Librairie L'Établi d'Alfortville (94)

Publié le 07 juin 2015 par Onarretetout

FullSizeRender-30

« Il pleut — c’est merveilleux. Je t’aime. » C’est avec ce vers de Francis Carco que Bruno Doucey a conclu la rencontre sur le marché d’Alfortville, devant la Librairie L’Établi, dans le cadre de la Biennale des poètes en Val-de-Marne. La pluie s’est, en effet, invitée ce dimanche 31 mai, avec la poésie. Bruno Doucey est poète, éditeur de poètes. Sa maison d’édition a publié 75 livres en 5 ans. C’est dire l’engagement de l’éditeur pour faire connaître la poésie du monde, la poésie qui résiste aux soumissions que la mondialisation économique voudrait imposer, la poésie qui aide à partager les mots, les sensations, les sentiments. Poésie du monde : il évoquera ici Lounès Matoub, il lira un texte d’une auteure innue du Québec Rita Mestokosho. Poésie qui résiste : quelques pages de son roman Le carnet retrouvé de Monsieur Max à propos de Max Jacob mort en 1944 à Drancy. Poésie qui partage : poèmes d’amour et récits extraits de Poèmes secrets, de La Cité de sable et de S’il existe un pays. Une fois encore, la poésie a résonné dans la rue, à Alfortville, avec la musique d’un duo au nom que les libraires connaissent bien, Trouvez Charlie.

N'oubliez pas le Festival Guinguettes et Compagnies
sur les rives de l'Yvette à Palaiseau et Villebon-sur-Yvette (91)

affiche_guinguettes


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine