Magazine Culture

madame hérite de son amant

Publié le 08 juin 2015 par Dubruel

~d'après LE LEGS de Maupassant

M. et Mme Servais Déjeunaient. Mme Servais mangeait lentement Sans lever les yeux comme si un sentiment Triste et persistant l'eut poursuivie. Servais, un air de ministre, fort, grand, Le visage encadré de favoris, Semblait préoccupé. Enfin, il prononça :

-" Vraiment, c'est bien étonnant ! "

Sa femme demanda : -" Quoi donc, mon ami ? "

-" Que Vaudrec ne nous ait rien laissé. " Mme Servais rougit Comme si, sur sa peau, un voile rosé Se fut étendu en montant De la gorge au front et dit :

-" S'il y a y un testament Chez maître Hardy, Son notaire, Nous n'en saurions rien. " Mais elle avait l'air De le savoir, en vérité. Servais réfléchissait :

-" Il était notre meilleur ami. Il dînait tous les deux jours ici. Et je me souviens qu'il t'offrait Souvent des présents. C'était sa façon de payer Notre hospitalité. Mais quand on a de bons amis, vrai, On doit penser à eux par testament. Moi, personnellement, Je ne tiendrai Qu'à un petit souvenir, me permettant De penser qu'il nous aimait. Nous irons après le déjeuner Chez Maître Hardy Et nous saurons ce qu'il en est. "

-" Si tu veux. "

Lors de leur entrée Dans l'étude de Maître Hardy, Un léger mouvement Se fit parmi les employés Et quand M. Servais Eut jugé bon de se nommer, Un clerc se leva avec empressement Tandis que les autres souriaient. Le notaire fit asseoir les Servais.

-" Je vous donne lecture de cette pièce : Je soussigné Vaudrec Paul-André, Sain de corps et d'esprit, Exprime ici Mes dernières volontés. N'ayant pas d'héritiers, Je lègue toute ma fortune À Mme Servais Claire-Opportune Sans aucune charge ou condition. Je la prie d'accepter ce don D'un ami décédé Comme preuve de son affection dévouée. Fait à Paris, le 15 juin 1887. "

Mme Servais baissait la tête Tandis que M. Servais Roulait des yeux stupéfaits Allant du notaire à sa femme.

-" Il est bien entendu que Madame Ne peut accepter Ce legs sans votre consentement. " Précisa Maître Hardy.

M. Servais Se leva lentement Et dit : -" Laissez-moi le temps de réfléchir. "

Le notaire, souriant malicieusement, S'inclina : -" Vous hésitez, je le comprends. " Voulez-vous revenir Demain matin ? "

-" Oui, Maître, très bien, à demain. " Servais salua, Offrit le bras À sa femme qui, obstinément, Gardait les yeux baissés. Le mari, lui, sortit d'un air si imposant Que les clercs en furent effarés. Dès qu'ils furent rentrés, M. Servais Questionna sa femme d'un ton sec :

-" Tu as été la maîtresse de Vaudrec. "

Sa femme ôta son chapeau Et répondit : -" Moi ? Oh ! "

-" On ne laisse pas tout son argent À une femme sans... " Elle était devenue pâle et ses mains tremblaient. Après un moment de réflexion, Elle balbutia :

-" Tu es fou ...Voyons...Toi-même, tout à l'heure, tu espérais Qu'il te laisserait quelque chose... " -" Oui, il pouvait me laisser quelque chose... À moi,...à moi, Entends-tu, mais pas à toi... " Alors elle articula lentement :

-" Il me semble pourtant Qu'on eût aussi trouvé étrange Un legs de cette importance Versé de lui à toi. "

-" Pourquoi ? Mais, toi, avoue que tu étais sa maîtresse. "

Elle haussa les épaules : -" Cesse ! Vaudrec m'aimait Mais il ne m'a jamais... "

-" Tu mens. "

-" C'est comme ça, pourtant. "

-" Explique-moi, alors, pourquoi Il te laisse toute sa fortune, à toi... "

-" C'est tout simple. Comme tu le disais, Il n'avait que nous comme amis. Il vivait autant chez nous que chez lui Et au moment de faire son testament, C'est à nous qu'il a songé. Puis par galanterie, Il a inscrit Mon nom parce qu'il lui est venu naturellement. De même que c'est à moi, Qu'autrefois, il faisait des cadeaux. En fait, il m'apportait un bibelot Le cinq de chaque mois Car nous nous étions connu un cinq juin. Et puis, tu le sais bien, C'est aux femmes qu'on offre des souvenirs Et non pas aux maris. Alors, c'est à moi Qu'il a offert son dernier souvenir Et non pas à toi. "

-" Ce legs aurait un très mauvais effet. Nous ne pouvons l'accepter. "

-" Si tu veux, mon ami mais ce sera Un million de moins pour nous. Voilà. "

-" Si nous prenions ce million, Nous serions perdus de réputation. S'il m'en avait donné la moitié, Ça nous aurait arrangés. ...Il y aurait, peut-être, une solution. Si tu me cédais La moitié De cet héritage par donation... Comme nous n'avons pas d'enfants, Cette solution fermerait la bouche À tout le monde. "

-" Je ne vois pas comment Ça pourrait lui fermer la bouche. "

-" Nous dirons que nous avons hérité Par moitié et ce sera vrai. Nous n'aurons pas à expliquer Que le legs était au nom de Mme Servais. "

-" Comme tu veux. "

-" Les gens les plus scrupuleux Seraient forcés de s'incliner... Oui, ça arrange tout. Je vais retourner Chez Maître Hardy Pour lui expliquer tout ceci. Je lui dirais que tu as préféré éviter Qu'on puisse jaboter. Si j'accepte la moitié de cet argent, Il devient évident Que je sais la situation nette Et bien honnête. C'est comme si je te disais : ''Accepte aussi Puisque j'accepte, moi, ton mari'', Même si je trouve indigne ses volontés. "

Mme Servais prononça : -" Comme tu voudras. Ton idée s'expliquerait en effet Si l'héritage était partagé. Nous héritons d'un ami Qui aurait dit : ''Je les choisis tous deux après mon décès Comme tous deux je les ai aimés Durant toute ma vie. '' Mais à cela, il n'avait pas réfléchi. C'est entendu. Va chez le notaire. "

-" J'y vais. " Il lui tendit ses lèvres Et lui dit : -" Je reviens très vite, chérie. "

Elle reçut deux gros baisers Puis il sortit. Restée seule, Mme Servais Se mit à pleurer.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine