Magazine Culture

Eléor : un Dominique A, plus accessible et plus émouvant

Publié le 09 juin 2015 par Filou49 @blog_bazart
09 juin 2015

dominique aLe 16 mars dernier, trois ans après Vers les lueurs,  est sorti  Éléor, le 11ème album, qui plus que jamais, a consacré Dominique A comme un des chanteurs les plus talentueux et prestigieux de la chanson française tant cet album, plus accessible que les précédents, parvient largement à se frayer  un chemin entre la chanson la plus délicate et le rock le plus péchu qui soit.

 Car comme je l'avais dit à deux reprises sur ce blog, ici et , Dominique A était  pendant de longues années ce   chanteur ultra célébré par les prescripteurs de bon gouts que sont les Inrocks ou d'autres, et qui est unaninement défendu par les mélomanes de tout poil et les professionnels du milieu, pour qui il sert souvent de référence, à défaut de l'être par le grand public qui l'a toujours obstensiblement boudé.

Eléor : un Dominique A, plus accessible et plus émouvant

Chef de file d'un certain courant de la nouvelle scène française qui est apparue au  début des années 90, Dominique A compose une musique dépouillée, mais à mon sens un peu trop minimaliste, et dont les textes, très littéraires, m'ont paru, surtout en première écoute, un peu éloignés des réalités quotidiennes, au contraire d'un Delerm ou d'un Aldebert.

 Mais alors que son précédent album "Vers les lumières", qui avait dépassé les 50 000 exemplaires et largement récompensé par des victoires de la musique en 2013 avait fait montre de la volonté de Dominique A de  s'ouvrir à un univers moins radical, plus accessible tout en conservant un sens mélodique et une grand qualité de ses orchestrations.

L'enjeu était de taille  pour Éléor , l'album juste arès la consécration apportée par la Victoire de la musique du « meilleur interprète masculin »

Tout en restant fidèle à un style qu'il a construit de toutes pièces,  cet ensemble de douze chansons orné de cordes (violon et piano en tête) conservent l'univers propre à l'artiste, reconnaissable quasiment des la première note du premier morceau, l'onirique et particulièrement fascinant  « Cap Farvel ».

À l'image de son morceau-titre, "Eléor", une magnifique et envoutante ballade fragile et fascinante Dominique A tente de faconner une oeuvre à  son image, c'est à dire aussi exigeante qu'accessible et  envoûtante sur la longueur, 

Et encore plus que les mélodies, la voix de Dominique A, si singulière et si enveloppe parvient à nous happer., et sa façon si élégante de poser un voile de tristesse  et une douce mélancolique pour un voyage qui nous mène de grands espaces en océans , avec des mélodies qui évitent comme souvent toute facilité ou redondance tout en contournant l'écueil du minimaliste ou de l'expérimental. Les textes vont également vers plus de simplicité que les premiers albums de l'artiste nantais, oscillant entre poésie et prose, entre un côté assez terre à terre et un lyrisme, voire même un versant épique vraiment assumé ( Par le Canada »  « Au revoir mon amour »  « Celle qui ne me quittera jamais »,).

Dominique A - Au revoir mon amour [Clip officiel]

Les cordes subliment plusieurs chansons, ainsi que l'ouverture vers l'ailleurs, vers l'inconnu, constituant une thématique du voyage qui traverse l'album.

Cette envolée de corde donne à ce  "Eléor" une respiration nouvelle, laissant le chant singulier et posé cette fois-ci de Dominique A prendre les devants.

Mais parfois sur certains titres, afin de contrebalancer des arrangements "classiques" et dépouillés, une tension dans la basse nous prouve que Dominique A n'a pas pour autant mis de côté ses origines et ses influences plus puisées dans le rock que dans la variétoche.

Avec ce nouvel album, Dominique A prouve qu'il a accepté et enfin assumé de ne plus être dans la marge la radicalité et l'élitisme.

Ainsi,  sa volonté d'être plus en phase avec le grand public pourrait peut-être le classer dans un futur proche comme les immenses chanteur populaire à l'instar d'un Alain Bashung dont il partage le même désir de concilier exigence mélodique et une volonté de s'ouvrir au monde.

Car en toute modestie, et cela est encore plus le cas depuis sa victoire de la musique de 2013,   Dominique A  sait pertinement au fond de lui que sa consécration viendra avec le temps.

Et Dominique A vient d'ailleurs dans notre chere ville de Lyon dimanche prochain inaugurer en beauté le programme musical des Nuits de Fourvière ( avec Yael Naim)...l'occasion de s'assurer que l'homme est bien devenu incontournable, sur scène également?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine