Magazine Culture

Polmo Polpo - Like Hearts Swelling (2003)

Publié le 03 juin 2008 par Oreilles

Like Hearts Swelling se décline en cinq plages, longs espaces étirés au possible, composés de motifs répétés et crescendos. Parlons de post-rock alors, d'autant que le disque est sorti sur Constellation Records. Les trois premiers tableaux, saisissants, créent un paysage industriel, à la fois vivant et déjà mort, où l’on peut entendre les machines vrombir, grincer, crachoter, et créer une harmonie contemplative et parfois lyrique. Les deux derniers ressemblent plus à des tableaux impressionnistes, à de grandes plaines jaunes et humides où le son est moins dense, la composition moins dramatique, l’éléctricité évaporée. La juxtaposition n’a rien d’artificiel : nous allons bien du labeur à la retraite d’un même mouvement. Et Polmo Polpo, plus intéressé par les fondus que par les cuts, ouvre des zones de convergence où les espaces se recoupent : qu’entend-on au début de Farewell ? Un clavier ? Un oiseau ? Une poulie ?
En effet rarement disque aura si bien posé son décor et créé ses ambiances : les sons ne sont plus identifiables et assimilables à des instruments, ils semblent exister en tant que tels, et créent un champ dans lequel l’auditeur est immédiatement immergé. Cette transparence du moyen rend la musique plus forte, comme libre, autonome. L’espace est déjà réel, il n’est que cadré. L’oreille est contemplative, fascinée. Les tempos sont lents et laissent l’intensité grandir. Et on a beau faire, et apprécier les violoncelles de Sky Histoire et Like Hearts Swelling, ce sont bien les progressions industrielles des trois premiers volets que l’ont retient de l’ensemble.
A l’écoute de Requiem for a Fox, et même si Polmo Polpo travaille évidemment plus sur les progressions que sur les ruptures, à la 7ème minute la surprise est totale et l’idée remarquable : ces beats qui apparaissent comme le lierre sur la tôle, parasites magnifiques, seraient-ils une invitation à la danse ? Polmo Polpo va bien au-delà : c’est tout le mouvement de l’homme entre les rouages de la mécanique des machines, c’est cette recherche d’un rythme de travail, d’un rythme de vie, cette prise d’élan en manque d’envie qui est au cœur de la vie des citadins modernes. Polmo Polpo bâtit un disque post-industriel, où la lutte des classes n’est plus sociale mais esthétique, où la cheminée d’usine devient canon quand on trouve la beauté sous les laideurs imposées. Toute la première partie du disque invite à la contemplation industrielle, au ravissement des sens en milieu glaçant, désormais dernière nécessité face au travail nécessaire.
Car ces sons qu’Einstürzende Neubauten aurait rendu oppressants, ce qu’ils sont pour la plupart de ceux qui les vivent, sont ici enveloppés d’une acoustique brumeuse, d’une brume lointaine, et transfigurés jusqu’au sublime. On apprend alors à peine ce dont l’oreille de l’homme est capable, puisqu’en acoustique aussi tout n’est question que de perspective. On entend ce que l’on veut. Ce disque est profondément bouleversant, car il agit comme une vertigineuse révélation.
En bref : Un disque de post-rock qui ne change pas le genre. Il est juste infiniment plus beau que les autres.__ __Le site de Constellation records_Non pas des vidéos, mais Requiem for a Fox et Farewell illustrés par un amateur:


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • People Like Bands Like Backyard Babies

    Hard rock, glam, punk rock : la musique de Backyard Babies est un mélange de tous ces styles. Formé en 1987, à Nässjö (en Suède), le groupe ne sort son premier... Lire la suite

    Par  Dysto
    CULTURE, MUSIQUE
  • No place like Sweden

    On a beau dire, la Suède est quand même ce qui se fait le mieux en matière d’électro (à part la France, bien entendu). C’est ce que je me disais cet après-midi... Lire la suite

    Par  Thomb
    CULTURE, MUSIQUE, TECHNO/ÉLECTRO
  • Drive Like Jehu - Drive like Jehu (1991)

    D'abord merci à Yves et à son excellente émission Zazirocratie (free jazz et indie rock, 90.8 sur Radio Campus Grenoble), pour m'avoir fait découvrir ce... Lire la suite

    Par  Oreilles
    CULTURE, MUSIQUE
  • Gotye - Like drawing blood

    Difficile de ne pas être dérouté, voire désorienté après l’écoute de ce premier album signé de l'Australien d'origine Belge Gotye. Car plus on avance dans... Lire la suite

    Par  Pop Culture
    CULTURE, MUSIQUE
  • BS #47 : Like A Breeze

    Une très jolie composition, très colorée, comme je les aime Like A Breeze, par Justin Korn (@) Lire la suite

    Par  Jibe
    CULTURE, HIGH TECH, MUSIQUE, PHOTOS, TALENTS
  • V./A. : Fania Remixed - I Like It Like That

    Le fan de Salsa sommeillant en moi s'est levé d'un pied dansant ce matin et tout de suite jeté sur les remixes de la Fania "I Like It Like That". Lire la suite

    Par  Danydan
    CULTURE, MUSIQUE
  • Fania: I like it like that

    Depuis qu’il a été racheté par la maison anglaise V2, le label new-yorkais Fania (fondé en 1964 par Johnny Pacheco) est plutôt bien servi en rééditions. Lire la suite

    Par  Smaël Bouaici
    CULTURE, MUSIQUE

A propos de l’auteur


Oreilles 3013 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines