Magazine Amérique latine

Vol d'un faux sabre de San Martín à Mendoza [Actu]

Publié le 13 juin 2015 par Jyj9icx6

Vol d'un faux sabre de San Martín à Mendoza [Actu]

La réplique dérobée dans sa vitrine surmontée d'une plaque portant une citation de San Martín

Cela s'est passé à Mendoza au Museo del Pasado Cuyano Dr Edmundo Correas, situé rue Montevideo au numéro 544, au moment où cette institution privée fête le quarante-huitième anniversaire de son inauguration officielle et c'est le journal local Los Andes qui a relayé l'information jeudi dernier vers 16h. Information qu'on retrouve aujourd'hui dans les pages intérieures de Clarín au niveau national et reléguée aussi dans les pages intérieures de l'autre quotidien mendocin, Diario Uno.
La réplique du sabre du général José de San Martín, le Libérateur de la Patrie, le plus prestigieux des gouverneur de l'antique province de Cuyo (aujourd'hui Mendoza, San Luis, San Juan), un héros omni-présent dans toute la ville, a été dérobée il y a plus d'un mois, le 7 mai, trois semaines environ avant qu'à Buenos Aires, la véritable arme soit transférée de la caserne des Grenadiers à cheval au Museo histórico nacional, sous la présidence de Cristina Kirchner (voir mon article du 25 mai 2015). Mendoza n'avait qu'une réplique de cette arme légendaire mais elle possède bien le drapeau de l'Armée des Andes, disposé dans un immense mémorial hyper-moderne, destiné à le conserver et le présenter à la vénération de pèlerins venus à la rencontre de l'histoire de leur patrie...
Interpol a été saisie pour mettre en échec toute tentative de mettre en vente l'objet en dehors des frontières argentines.

Vol d'un faux sabre de San Martín à Mendoza [Actu]

L'entrée du Musée installé dans une maison de maître typiquement mendocine


L'objet dérobé avait été offert à la Junta de Estudios Históricos de Mendoza en 1941 et la JEHM l'avait déposé dans l'une des quatorze salles de ce petit musée, qu'elle anime du mieux qu'elle peut avec les moyens dérisoires qui sont les siens. C'est son président qui a reconnu publiquement ce vol, intervenu il y a donc plus d'un mois. Le musée manque de tout, d'un système de sécurité digne de ce nom comme d'un conservateur issu d'une formation idoine. Au moment de la création du musée, la Province devait le doter d'un budget, d'une équipe administrative, d'un conservateur. Rien n'a jamais été fait dans ce sens. D'après Los Andes, le musée vit avec une dotation de 28 000 $ ARG, une vraie misère pour une institution culturelle qui apparaît sur tous les dépliants touristiques publiés par la ville de Mendoza comme la Province.
Pour en savoir plus : lire l'article de Los Andes lire l'article de Diario Uno lire l'article de Clarín

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2680 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte