Magazine Beaux Arts

Exposition de l’été 2015 au MRAC de Sérignan

Publié le 19 juin 2015 par Philippe Cadu @ContempodeLArt
http://mrac.languedocroussillon.fr/ Du 28 juin 2015 au 30 août 2015

vernissage Samedi 27 juin 2015 à partir de 18h30:

Exposition de l’été 2015 au MRAC de SérignanFrancisco Tropa. " TSAE (Trésors Submergés de l'Ancienne Egypte) "

Commissaire : Sandra Patron
Instruments archaïques de mesure du temps, représentations médiévales du cosmos, géants de bronze, composition en trompe-l'oeil : on a le sentiment face au travail de Francisco Tropa d'assister à la création d'un monde autonome, à l'élaboration d'une mythologie originelle et personnelle dont on reconnaît confusément qu'elle évoque de multiples représentations du monde, qui vont de la Grèce antique aux idéaux modernistes. L'intérêt de Tropa pour ces modèles classiques est tout autant philosophique qu'esthétique. Philosophique car ces systèmes posent la question de l'imbrication de la vérité et de la fiction dans nos représentations, et de la façon dont, depuis la nuit des temps, l'homme tord les vérités scientifiques au profit d'un récit collectif, qu'il soit politique ou religieux. Esthétique car ces représentations souvent abstraites du monde sont un terreau inépuisable pour l'artiste, qui lui permettent toutes les audaces formelles, dans un rapport jubilatoire à la matière et aux différents états de sa transformation.

Exposition de l’été 2015 au MRAC de Sérignan
Mariana Castillo Deball. " Chronotopo " Commissariat : Dorothée Dupuis & Oliver Martinez-Kandt

Dans sa pratique, Mariana Castillo Deball aborde de façon conceptuelle différents domaines tels l'archéologie, l'histoire ou l'ethnographie au sein d'installations combinant sculpture, photographie, vidéo et dessin. Elle analyse la formation des vocabulaires formels et critique en jeu dans la production des objets à travers l'histoire, dévoilant les récits politiques et sociaux qui sous-tendent cette production. Ses recherches mettent à jour les luttes de pouvoir et les négociations inhérentes aux processus de production quels qu'ils soient, et notamment ceux à l'oeuvre dans les situations actuelles dites " post-coloniales ". Castillo Deball met le temps long de la recherche et du travail de terrain au coeur de sa pratique, s'appropriant les méthodes issues de l'archéologie et de l'ethnographie de manière ludique, déchiffrant les approximations, erreurs et contradictions inhérentes au fait d'étudier une culture comme un matériau fixe, défini. L'artiste collabore souvent avec d'autres producteurs, qu'il s'agisse d'auteurs, d'artisans, d'autres artistes ou d'acteurs institutionnels, dans un processus ouvert visant à rendre visible les implications politiques, parfois ambivalentes, de leurs activités et de leur engagement.
Pour Cronotopo, Castillo Deball présente une sélection de travaux récents ainsi que de nouvelles productions qui révèlent le caractère évolutif de son processus de travail. Au Mrac seront ainsi présentés deux travaux majeurs spécifiquement adaptés ou produit spour les espaces d'expositions temporaires du musée: Nuremberg Map of Tenochtitlan (2013) et Who will measure the space, who will tell me the time ? (2015) [Qui mesurera l'espace, qui me dira le temps ?].

Exposition de l’été 2015 au MRAC de Sérignan
Hicham Berrada

Le travail d'Hicham Berrada associe intuition et connaissance, science et poésie et se nourrit d'une double culture, artistique et scientifique. L'artiste met en scène les changements et les métamorphoses d'une " nature " activée chimiquement, qu'il manipule en direct pour donner forme à de véritables natures mortes. Du laboratoire à l'atelier, de l'expérience chimique à la performance, l'artiste explore dans ses œuvres des protocoles scientifiques qui imitent au plus près différents processus naturels et/ou conditions climatiques.

Véritable théâtre chimique, la vidéo " Présage ", présentée au Mrac, est le fruit d'une performance dans laquelle l'artiste, associant dans un bécher différents produits chimiques, fait émerger un monde chimérique. Ces transformations de la matière, mises en mouvement par ses manipulations, qui sont simultanément filmées et projetées à l'écran, plongent le spectateur dans un monde aux couleurs et aux formes fascinantes. Ces expérimentations donnent naissance à des modèles réduits d'organismes vivants qui sont ensuite figés dans la résine, devenant ainsi de véritables natures mortes. L'artiste conçoit ces paysages éphémères comme de véritables créations picturales et plonge le spectateur dans un monde qui ne cesse de se métamorphoser.

Exposition de l’été 2015 au MRAC de Sérignan
Reto Pulfer

En réponse au défi lancé " d'investir " le Cabinet d'arts graphiques, Plateforme Roven a proposé un accrochage en deux volets autour du titre Rituels, répétitions, contraintes, tentations.
e deuxième volet s'intitule quant à lui Die Kammern des Zustands [Les chambres des états]. C'est une proposition de l'artiste suisse Reto Pulfer invité par la Plateforme Roven pour activer cette recherche autour des rituels et des célébrations qui font se croiser l'art et la vie.
Die Kammern des Zustands est une création progressive en évolution permanente, conçue comme des Kammern [chambres], que l'artiste mène depuis 2011. Elle s'organise autour de Zustands [états] spécifiques. Selon l'artiste, " un

Exposition de l’été 2015 au MRAC de Sérignan
Zustand est complet en lui-même, mais il n'est stable que pendant une durée limitée ".
Reto Pulfer utilise l'architecture existante pour installer ses environnements faits de tissus, d'objets parfois trouvés et de pièces bidimensionnelles qu'il a travaillés ou choisis pour leurs couleurs, leur usage, leur histoire et leur capacité à véhiculer ou soutenir un état. Un passage s'opère entre les catégories qui séparent souvent les pratiques, comme le dessin, la sculpture ou la peinture, et qui prennent ici un accent primordial avec la notion d'inscription, de marquage d'une surface qui peut exister selon un état psychique spécifique.
Chaque " chambre " devient un lieu que le spectateur habite, renversant ainsi la fonction du Cabinet d'arts graphiques : plutôt que d'enserrer des reliques dans ses vitrines et ainsi les séparer de l'espace de circulation du spectateur, ce sont les espaces et les dispositifs d'exposition qui feront l'oeuvre, dans laquelle le spectateur pénètre, au fil des différents états induits. Jusqu'à présent, l'artiste a proposé différentes Kammern célébrant et activant plusieurs états psychiques et physiques : Énergie crue et commencements ; communauté et langage ; expression illimitée. D'autres états seront invoqués et incarnés au Mrac à Sérignan.

MRAC, 146, avenue de la plage - BP 4 - 34 410 Sérignan. Tél : 04 67 32 33 05


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Cadu 34619 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog