Magazine Culture

comment tromper son mari ?

Publié le 20 juin 2015 par Dubruel

~~d'après SOUVENIR (1884), de Maupassant

Un dimanche, dans les bois de Saint-Cloud, J'avais emprunté une longue allée Lorsque tout à coup Je croisais un jeune couple. L'homme s'est approché et m'a demandé :

-" Où sommes-nous, monsieur, s'il vous plait ? "

-" Vous allez vers Saint-Cloud. " Avec un regard irrité vers son époux La femme reprit :

-" Mon imbécile de mari Nous a perdus. Il n'a jamais eu Le sens de l'orientation ! Or, nous devons Être dans une heure à Versailles. "

-" Je vais vous guider. Je m'y rends aussi. " La femme avait un charme fou Et même un petit air canaille Qui ne me déplaisait pas du tout. Brune, les yeux bleus, la bouche jolie, Un profond décolleté : tout pour faire rêver ! L'homme semblait désolé :

-" Mais ma bonne amie,...c'est toi... "

-" Ah !... C'est moi ! C'est moi, maintenant ... Qui ai voulu partir sans renseignements ...Moi, qui, à l'orée du bois, Ai voulu prendre tout droit... Moi, qui ai voulu emmener Mirza ? "

Indifférent, le mari siffla :

-" Tsiiitsiiit ! "

Elle, accumulait avec furie Les accusations contre son mari. Lui, Voulant la calmer, dit :

-"Ne nous donnons pas en spectacle à monsieur." Puis il tourna les yeux vers les taillis Comme s'il voulait en sonder la profondeur Et poussa un nouveau :

-" Tsiiitsiiit ! " La femme me demanda de façon maniérée :

-" Si monsieur veut bien, Nous cheminerons avec lui Afin de ne plus nous égarer. " Comme je ne répondais rien, Elle me prit le bras. Et m'expliqua :

-" C'est mon petit bichon Que nous avons perdu. Il n'était encore jamais Sorti de la maison. Et le voilà disparu. " Sans se tourner vers son mari, Elle l'a ainsi réprimandé :

-" Si tu l'avais tenu en laisse, abruti, Cela ne serait pas arrivé. "

-" Ma chère, je crois... Aussi...que j'ai... "

-" Eh bien, quoi ? "

-" Quand je tenais mon veston sur le bras, Mon portefeuille a dû glisser. "

-" Il ne manquait plus que cela ! Va le chercher et tâches de le retrouver. Je ne tiens pas à coucher dans ce bois. Je vais gagner Versailles avec monsieur, moi. "

-" Où vous retrouverai-je, mon amie ? "

-" Au restaurant Chez Amélie ! " Tandis que le mari s'éloignait, Moi, avec sa petite femme, je filais. Au bout d'une allée, dans un vallon, Nous sommes tombés sur le panneau d'indication De Bougival ! Ma voisine se mit à rire ! Je lui dis :

-" Je vais quérir Une voiture pour gagner Versailles. " Elle me répondit :

-" Non. La faim me tenaille. Dinons ici. Mon imbécile de mari Se retrouvera bien, lui ! Et pendant ce temps, j'en serai soulagée ! " Nous entrâmes dans un grand restaurant. J'osai prendre un cabinet particulier. S'étant grisée, chantant, dansant, Elle fit toutes sortes de folies...toutes... Et même la plus grande de toutes !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine