Magazine Culture

Peinture classique francaise

Publié le 21 juin 2015 par Aelezig

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les peintres se donnent pour objectif de déterminer les règles du beau ; et pour ce faire Louis XIV, roi de France, crée l’Académie de France à Rome, afin que les artistes prennent comme modèle les oeuvres de l’antiquité. Les peintres de cette Académie doivent réaliser des copies des oeuvres antiques et des dessins des monuments de Rome pour servir le roi.

z01

L'enlèvement des Sabines - Nicolas Poussin

Dans la peinture classique le genre le plus difficile est la peinture d’histoire qui peut représenter une scène religieuse, mythologique ou profane. D’autres genres existent comme le paysage, le portrait et la nature morte. Les grands formats sont réservés aux peintures d’histoire. Maître du dessin d’après nature, Nicolas Poussin (1594-1665), est le principal représentant du classicisme. Défendus par Charles Le Brun, peintre officiel de Louis XIV et directeur de l’Académie de Peinture, les partisans de Poussin fixent la norme de lapeinture classique.

De façon générale, dans l'histoire de la peinture, le classicisme peut s'entendre au moins de deux façons principales :

  • en tant que catégorie métahistorique et entendue « au sens large », la peinture classique devient synonyme de peinture académique, qui repose avant tout sur le réalisme et la figuration, et représente les choses de manière prétendument objective, traditionnelle, voire un peu mièvre, et ne cherche à aucun prix à provoquer de scandale. Ce sens est d'ailleurs généralement assez dépréciatif.
  • en tant que catégorie historique et entendue au sens restreint, la peinture classique est un courant artistique qui s'oppose au mouvement baroque, que ce soit au niveau de la facture, de la composition ou des sujets privilégiés. Après les excès du Maniérisme, un certain nombre de peintres du XVIIe et XVIIIe siècles décident d'une sorte de retour à l'ordre et souhaitent retrouver l'équilibre et la perfection atteinte notamment par les artistes de l'antiquité et retrouvée par les peintres de la fin de la Renaissance.

z02

Le sommeil de l'enfant Jésus - Charles Le Brun

La peinture classique est fondée principalement sur l’œuvre de Raphaël, qui en demeurera la référence. Elle tend vers un idéal de perfection et de beauté, à travers des sujets nobles, de préférence inspiré de l'antiquité ou de la mythologie gréco-latine tels que les figures héroïques, les victoires ou la pureté des femmes.

Les peintres classiques cherchent à symboliser le triomphe de la raison sur le désordre des passions : la composition et le dessin doivent primer sur la couleur, le concept sur la séduction des sens. C’est pour cela que des règles précises et strictes doivent exprimer la représentation de la nature. La composition est donc presque toujours symétrique ou - au moins - équilibrée, et les personnages toujours ramenés à des proportions plus réduites et représentés en pied. D'autre part le décor, et tout particulièrement la nature, doit refléter et créer comme un « écho » au sujet principal et reprendre les mêmes thèmes.

La peinture classique porte à la méditation et étudie les maîtres nouveaux pour exprimer la morale et, par ailleurs, le drame. Les cortèges triomphaux occupent une large place ainsi que les sujets qui exaltent les sentiments nobles.

Parmi les plus grands représentants de la peinture classique, on compte un grand nombre de peintres français, le mouvement ayant une influence considérable dans le pays grâce à la prédominance du classicisme en architecture, par rapport au baroque, peu présent en France, sous le règne de Louis XIV. On peut citer notamment Philippe de Champaigne, Nicolas Poussin et Charles Le Brun.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte