Magazine Culture

OF MONSTERS AND MEN – Beneath the skin (2015)

Publié le 21 juin 2015 par Papasfritas69

Of monsters and men - Beneath the skin

De qui parle-t-on ? :

Groupe Islandais, actif depuis 2010, composé (et c’est là que la torture commence…) de la chanteuse Nanna Bryndís Hilmarsdóttir et des musiciens Ragnar Þórhallsson, Kristján Páll Kristjánsson, Brynjar Leifsson et Arnar Rósenkranz Hilmarsson.

De quoi parle-t-on ? :

Folk-pop grand public, au rythme très enlevé, dans la mouvance de groupe comme Angus & Julia Stone ou Mumford & sons.

Rythme :

-   Je me suis endormi dans mon fauteuil

-   Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-   Mes pieds se mettent à bouger

-   Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-   Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Cet opus conserve le rythme enjoué déjà entrevu sur My head is an animal. Des morceaux comme Crystals, Empire ou Human devraient bien faire bouger les foules pendant les concerts.

Accessibilité :

-   Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-   Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-   Mélodie agréable mais sans aspérité

-   Les refrains entrent directement dans ma tête

-   Que des hits taillés pour les stades

Onze titres, onze singles potentiels, que dire de plus sur la puissance mélodique de Beneath the skin...

Audience :

-   Musique que madame me demande de réécouter

-   Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-   Madame s’en va quand je l’écoute

-   Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-   Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Little talks a fait son petit effet de par chez nous, les nouveaux Crystals, Human ou I of the storm, pour ne citer qu’eux, devraient aisément lui emboiter le pas.

Qualité audiophile :

-   J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-   Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-   S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Cette musique aseptisée et surproduite peut facilement s’écouter en format compressé, mais le chant fantastique de Nanna Bryndís mérite une audition en grand format.

Conclusion :

-   Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-   Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-   Je l’écoute facilement mais sans émotion

-   J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-   Il tourne en boucle sur ma platine

Après un premier album au succès fulgurant, notamment grâce au titre Little talks, les islandais d’Of monsters and men devaient confirmer ce talent sur un second opus toujours difficile à négocier.

Derrière ce genre de gloire colossale et inattendue se pose toujours la question de savoir s’il faut affirmer clairement son identité ou s’il faut au contraire repenser sa musique en fonction de ce qui a tant plu au public. A l’instar des australiens d’Angus & Julia Stone ou des suédoises de First aid kit, il semblerait que les islandais aient choisi la voie royale du succès populaire. Pour autant, même si l’on risque d’entendre les onze titres de cet album jusqu’à la saturation, on doit toutefois reconnaître que le  combo de Reykjavik interprète avec force et brio ces futurs tubes potentiels. Richement instrumentées, sur un rythme virevoltant, transcendées par la voix magnifique de Nanna Bryndís, ces mélodies calibrées pour la bande FM sont un vrai bonheur pour nos oreilles.

Voici donc un choix gagnant d’alliance de qualité musicale et de plébiscite populaire. Cet assemblage antinomique est à louer tant il est rare qu’il soit réussi. Comme leur terre d’origine, Of monsters and men jouent à merveille avec le feu et la glace et délivre une folk-pop aérienne et lumineuse, loin de la musique banale que beaucoup attendaient.  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Papasfritas69 296 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines