Magazine Culture

L’essence du politique

Publié le 23 juin 2015 par Le Journal De Personne
Tu es passé de classe, il faut que tu saches que toute accession aux hautes sphères est une servitude supplémentaire, une liberté de moins, une responsabilité de plus.

À moi, tu n'as pas besoin de vendre tes points forts si tu me dis tes points faibles, ça peut te rendre encore plus fort.
Si je les devine, est-ce que tu me diras si j'ai raison ou tort ?

Je ne suis pas magicienne mais je procède à l'ancienne en puisant dans tes propos anodins.
Je songe à un seul travers : ton angélisme. Tes contes sont encore bleus ou teintés de candeur ou de blancheur...
Mais tu sais sans te l'avouer qu'ils sont sans valeur. Et que l'âge n'est pas un argument.
Le monde n'est ni vrai, ni parfait... il faut sans cesse le transformer... le renouveler.

Dans ton école espagnole, il n'y a pas d'enfants d'immigrés, pas de maghrébins, pas de noir-africains, pas de roumains...
La seule tête de turc que vous avez trouvé pour vous défouler : ce sont les handicapés.
Ça vous sert de bouc émissaire pour donner libre cours à votre cruauté.
Et ça te met dans un sale état parce que même si tu ne leur fais pas subir des sévices, tu te sens complice de leur malice.
Et tu pleures en rentrant à la maison parce que tu t'en veux d'être si lâche et si impuissant en subissant de plein fouet ce qu'ils font subir à plus faible que toi.
Incapable de dormir en sachant ce que ces pauvres handicapés endurent, en te disant dans ton for intérieur que tu es faible, que ce n'est pas beau d'être un collabo... que tu as beau ne rien faire, tu es aussi malfaisant en laissant faire tes petits camarades.
Tu es peut-être mineur, mais ton défaut est majeur, vieux comme le monde... c'est le moment je crois pour toi de te changer.
Demain c'est la fête de fin d'année, au lieu de montrer à tout ce petit monde que tu sais danser : il faut monter sur scène et leur balancer en pleine figure : leur obscénité collective. Leur dire en catalan ce qu'à dit Zola aux hommes de son camp : J'accuse... mieux encore : je vous accuse d'être TOUS AVEUGLES, SOURDS ET MUETS

Et si tu te fais virer, tu iras chercher la petite bête ailleurs... c'est comme ça que tu apprendras à te battre et que tu mèneras le bon combat.
Tu ne pleureras plus pour rien.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76481 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte