Magazine Culture

Carnet de Porto / Un peu plus qu’un rêve

Publié le 25 juin 2015 par Christian Cottet-Emard

En me promenant dans les grandes villes européennes depuis les années 80, je me suis toujours amusé à imaginer la vie quotidienne que je pourrais mener si je m’installais en ces contrées étrangères.

voyage,tourisme,promenade,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,porto,lisbonne,portugal,europe,blog littéraire de christian cottet-emard,fuite,évitement,christian cottet-emard,rêve,départ,repli,pied-à-terre,refuge,pont luis 1,carnet de porto

Vertige sur le Pont Luis 1 (Porto juin 2015)

Dès mon retour de Venise, Bruxelles, Florence, Sienne, Pise, Alghero, Lisbonne, Porto, j’oubliais ces rêveries et l’idée même de quitter la France.

Je me dis aujourd’hui que si par malheur la France devenait invivable (nous n’en sommes heureusement pas encore là mais certains voyants sont indéniablement au rouge) un repli au Portugal pourrait être envisageable avec dans un premier temps l’achat d’un petit pied-à-terre à Lisbonne ou à Porto. J’aurais évidemment une petite préférence pour Lisbonne mais la vie à Porto pourrait aussi me convenir.

Cette idée de repli correspond aussi à ma récurrente tendance à la fuite et à l’évitement. Les USA seraient hors de mes moyens financiers mais pas le Portugal. Je suis stupéfait que cette idée vienne seulement m’effleurer tant je suis depuis toujours sédentaire et pourtant... Il m’arrive même de penser que cette initiative pourrait aussi profiter à mes proches en cas de problème grave en France. Jamais je n’aurais cru que je puisse un jour tenir un tel raisonnement.

voyage,tourisme,promenade,carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,porto,lisbonne,portugal,europe,blog littéraire de christian cottet-emard,fuite,évitement,christian cottet-emard,rêve,départ,repli,pied-à-terre,refuge,pont luis 1,carnet de porto

Métro sur le pont Luis 1 (Porto juin 2015)

Je trouve au Portugal une atmosphère qui correspond à l’idée que je me fais de la vie quotidienne et de la culture occidentales. Il s’agit d’une sensation difficile à définir, d’une impression d’accord tranquille, d’une respiration. Ce pays me semble correspondre à mon tempérament. Je ne l’idéalise pas mais un mystérieux sentiment, à la fois léger et profond, joyeux et mélancolique, s’installe en moi depuis le premier contact et se fait chaque fois plus insistant, y compris lors de ce troisième séjour.

Ce n’est pour l’instant qu’une intuition, un feeling, mais c’est indéniablement présent, comme si je croyais émerger d’un rêve dont je m’apercevrais au réveil qu’il ne s’agit pas d’un rêve — et Dieu sait si j’ai appris depuis longtemps à me méfier de mes rêves même s’il m’arrive encore d’être saisi par leur flot et d’en ressortir essoré.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Christian Cottet-Emard 3228 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine