Magazine Culture

Les enfants des G, une publication d'atelier d'écriture

Publié le 28 juin 2015 par Onarretetout

lesenfantsdesG 1

Un livret vient conclure une année scolaire. Celui-ci est fait des textes écrits par les lycéens d'une classe de Seconde professionnelle (Lycée Marguerite Yourcenar de Morangis - 91 -) autour des aventures de Thésée. Voici comme le présente le professeur de cette classe, Alexandre Baron :

Les élèves de seconde G ont bénéficié de neuf séances d’atelier, en demi-groupes, le mardi matin et après-midi avec Marc Verhaverbeke, dans le cadre du programme de la Région «  Réussite pour tous » et d’une convention avec la MJC - Centre social de Chilly-Mazarin. 

Le projet a été élaboré autour du thème d’éducation civique intitulé « égalité, différences et discriminations ». Pour appréhender ces notions, en débattre et nourrir leurs réflexions, les élèves se sont appuyés sur les aventures de Thésée. Le travail s’est notamment concentré sur son affrontement avec le Minotaure, cet être différent rejeté par son père, banni de la société et transformé en monstre par la prison. 

Deux ouvrages les ont guidés dans leur démarche : Le Feuilleton de Thésée de Murielle Szac et La maison des feuilles de Marc Z. Danielewsky. 

Construire sa citoyenneté c’est aussi apprendre à s’exprimer en respectant des règles. A chaque séance, les élèves ont écrit à partir de mots, de phrases ou de textes déclencheurs en suivant une contrainte. Les textes produits ont été lus et écoutés avec respect. 

L’atelier a, par ailleurs, suscité le plaisir de jouer avec les mots, d’en oublier le sens pour se laisser porter par la poésie et l’émotion.  

Remis aux élèves la semaine dernière, ce livret est la trace du parcours que nous avons fait ensemble, favorisant un travail collectif et valorisant plusieurs semaines de rencontre, d'expression et de dialogue. Quelques trouvailles :

lesenfantsdesG

Au palais, un idiot raconte des mythes intelligents.
Je connais le vieux mythe de la jeune mer bleue.
Thésée avait la fierté d'un prince. Il était joyeux et dansait pieds nus. Il était comme un oiseau libre.
Fermer la maison, se perdre et aller.
Ils incarnent sans l'obtenir, et le désirent, la corde et la construction, l'unique et la moisissure, l'art et le complice.
Celui qui pense être perdu comme un chiffre ou un malheur...
Elle retrouve le trésor et l'enfance.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine