Magazine Culture

Pascal, André et Personne

Publié le 29 juin 2015 par Le Journal De Personne

"Car on n'aime jamais personne" dit Pascal.
Pascal ne dit pas : "personne ne m'aime". Il n'a plus seize ans.
Et pas davantage : "personne n'aime qui que ce soit".
Il n'est ni cynique, ici, ni misanthrope.
Il n'est pas question de nier l'amour, de nier son existence, fût-elle illusoire;
Les illusions aussi sont réelles...
Pascal ne dit pas : personne n'aime, mais l'inverse :
On aime, cela est sûr, mais on n'aime personne.
Le problème n'est pas dans le sujet qui aime... mais dans l'objet qui est aimé...
Métaphysique de l'Amour...
Car cet objet qui est aimé, ce n'est pas moi, ce n'est jamais moi.
Et même lorsque c'est "moi" qu'on aime, ce qu'on aime en moi, ce n'est pas moi... parce que ce moi est insaisissable.
Il n'est nulle part. Il n'est Personne.
Enfin il n'est rien ou quasi rien : que l'illusion d'être quelqu'un...
Et qui m'aime, ne m'aime pas moi, mais autre chose.
Et qui me déteste aussi...
"Car on n'aime jamais personne... et l'on aime pourtant.
Qui ? Quoi ? Personne.
Personna : un masque en latin, un rôle, un personnage.
On n'aime personne : on aime ou on déteste des personnages"

Cette comédie, je vous la joue, pour que vous cessiez de vous la jouer en vous prenant au sérieux.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76484 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte