Magazine Culture

40 règles de base de l’orthographe française 1/4

Publié le 30 juin 2015 par Jean-Vincent Voyer @JVVoyer

Règles d’orthographe : une double approche !

Une double présentation, académique et rythmique, sérieuse et ludique, des règles de base, sources inépuisables de fautes d’orthographe !

Les 40 règles de base de l’orthographe… Mais, d’abord, qui a écrit cet utile et savant florilège qui parcourt du même coup les règles de base et donc les fautes d’orthographe les plus courantes ?

Il faut « rendre à César ce qui est à César », et donc à Nicolas Le Roux ce qui lui revient ( Blog  » « La langue Française » http://www.lalanguefrancaise.com/).

Et Nicolas le Roux lui-même n’hésite pas à rendre à… voir plus haut… puisqu’il écrit : « Je reprends ici les 40 règles de base de l’orthographe française à partir du fascicule « Parcours sans faute » de Monsieur L. Massarenti en le réactualisant et en le complétant ».

Et moi, je reprends le tout, en l’émaillant de musiques, de chansons et de fables, puisque ces règles de base correspondent à mes « Orthochansons » et mes « Fables Orthographiques »…

les règles de base de l'orthographe française

Et tachez de rendre à moi ce qui est à moi, etc…!

Bon alors, finalement, qui, de L. Massarenti, de Nicolas Le Roux, ou de moi-même, est César ? Tous un peu, puisque partageant la même passion du français, et rendant hommage au César antique qui, brassant Gaulois et Romains, a établi quelques bases (avec les grecs, entre autres, en d’autres temps !) de notre belle langue !

Fautes d’orthographe : les éliminer !

Comme disent les enfants, « c’est pas moi qui l’ai dit » !

C’est Nicolas le Roux qui écrit « Si vous appliquez ces règles, vous éviterez de faire 85 à 90 % des fautes couramment rencontrées ».

Moi, je me contente d’ajouter : et si vous apprenez ces règles en chantant, vous les mémoriserez simplement !

Bien… à partir de maintenant, il y a des guillemets !

ATTENTION, pour rendre le tout plus léger, j’ai choisi d’en faire quatre articles, dont voici le premier.

Le sommaire ci-dessous montre ce découpage en quatre parties.

Règles d’orthographe : le sommaire

Voici donc le sommaire de ces 40 règles d’orthographe de base.

Première partie
1 Accord des adjectifs
2 Accord du participe passé
3 Accord des verbes
4 c / ç / cu et g / ge / gu
5 e et é / è
6 notre, le nôtre / votre, le vôtre
7 Certains mots prennent toujours -s à la fin
8 tout / tous / toute / toutes
9 vingt / cent / mille
10 a / à et / est on / ont son / sont

Deuxième partie
11 ce / se c’est / s’est
12 ces / ses
13 la l’a / l’as là
14 leur / leurs
15 ma / m’a / m’as mon / m’ont ta / t’a ton / t’ont
16 mets / met m’es / m’est mes / mais / mai
17 on / on n’
18 ou / où
19 peu peux / peut
20 quand / quant / qu’en

Troisième partie
21 quel / quelle quels / quelles qu’elle / qu’elles
22 sens / sent s’en sans cent sang sens | tends / tend t’en tant
23 si s’y -ci / ci- scie
24 ap / app-
25 mb / mm / mp
26 s / ss / z / x
27 Pluriel général des noms et des adjectifs (-s, -x, -z)
28 Pluriel des noms en -ail
29 Pluriel des noms et des adjectifs en -al

Quatrième partie
30 Pluriel des noms en -au / -eau / -eu
31 Pluriel des noms en -ou
32 Féminin des adjectifs en -et
33 Féminin des adjectifs en -ot
34 Noms et adjectifs terminés par -el / -èle / -elle / -èle / -êle
35 Noms terminés par -eur
36 Noms terminés par -euil / -ueil
37 Noms terminés par le son /o/
38 Noms terminés par -oir / -oire
39 Terminaison des participes passés et des adjectifs
40 Verbes terminés par -é / -er / -ez ; -i / -is / -it ; -u / -us / -ut

1 Accord des adjectifs

L’adjectif s’accorde toujours avec le nom qu’il qualifie ou qu’il détermine.

Qualifier : Donner une qualité ou un défaut. Ex : Bon / mauvais, propre / sale.

Déterminer : Préciser le sens. Ex : Le premier livre.

Exemple : Une grande femme. Qui est grand? La femme (féminin).

Particularité 1 : En général seul l’adjectif composé s’accorde. Ex : Des enfants bien-aimés. Des relations franco-chinoises.

Particularité 2 : S’il y a un adjectif de couleur alors l’accord se fait normalement (ex: Une chemise bleue). S’il y a deux adjectifs dont un de couleur alors il n’y a pas d’accord (ex: Des blousons bleu foncé). Si on qualifie avec un nom alors il n’y a pas d’accord (ex: Des chemises moutarde, Des cravates olive).

Là, pour souffler un peu, je vous conseille un petit Rap : « Le rap des chiffres et des couleurs »

« Si la couleur se mange,
si la couleur est pierre
précieuse pour faire la fière… »

Alors, des chemises marron, des foulards améthyste… Oui, mais, et les noms jaloux de leurs privilèges ? Et la règle EMPIFRe ?

Allez, quelques extraits là :

Particularité 3 : L’usage de « demi » est particulier. Une demi-heure mais une heure et demie. 3 fois et demie (jamais de pluriel).

2 Accord du participe passé

Règle 1 : Le participe passé employé sans auxiliaire s’accorde comme un adjectif

Exemple : Une lettre bien présentée.

Exception : vu, excepté, ci-joint.

Règle 2 : Le participe passé ne s’accorde que s’il est placé après le nom

Exemple : Ci-joint, les documents que vous avez réclamés. Qu’est-ce qui est réclamé? Les documents (présent avant).

Règle 3 : Le participe passé des verbes mono-pronominaux (verbes qui ne peuvent être précédés de me, te se…), conjugué avec l’auxiliaire ETRE, s’accorde avec le sujet.

Exemple : Ils sont partis très tard.

Exception : étant donné (ex: Étant donné leur situation, ils ont vendu leurs actions).

Règle 4 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux (pouvant être précédés de me, te, se…) s’accorde avec le sujet lorsqu’il n’y a pas d’objet direct.

Exemple : Ils se sont enfuis.

Particularité 1 : le participe passé reste invariable avec le verbe « se rendre compte de » (ex: Elle s’est rendu compte de son erreur).

Particularité 2 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux, dont le deuxième pronom de conjugaison correspond à un complément introduit par ‘à’, est invariable (plaire à, succéder à, sourire à…). Ex: Ils se sont plu à récolter des signatures. Les années se sont succédé.

Règle 5 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux s’accorde avec l’objet direct si celui-ci est placé avant.

Exemple : Les mains qu’ils se sont lavées.

Règle 6 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux reste invariable si l’objet direct est placé après.

Exemple : Ils se sont lavé les mains.

Règle 7 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir ne s’accorde jamais avec le sujet.

Exemple : Elle a bien travaillé.

Règle 8 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir s’accorde avec l’objet direct si celui-ci est placé avant.

Exemple : Les acomptes qu’il a versés.

Exception : il y a eu, il a fallu, il a fait (impersonnel). Ex: Tous les efforts qu’il a fallu.

Règle 9 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir reste invariable si l’objet direct est placé après.

Exemple : J’ai dactylographié tous les rapports.

Whouaou !
Tout ceci est très juste, mais un peu trop ardu pour ma petite mémoire ! Et il faut bien dire que l’accord du participe passé est un sérieux créateur de fautes d’orthographe !

Bon… Je vous propose un joli voyage dans la campagne…
Allez, « Prenons la route »… Extraits :

Ah ! J’oubliais ! Il y a aussi « Les Pépés diaboliques ». Là, j’en ai fait une fable ! Les « Pépés » ? « P » comme Poids, « P » comme Prix, et « P » comme temps Passé ! Redoutables ! Faute assurée !

3 Accord des verbes

Les verbes s’accordent avec leur sujet.

Pour trouver le sujet vous pouvez poser les questions suivantes : Qui est-ce qui? ou Qu’est-ce qui? avec le verbe.

Exemple : Le gendarme sourit. Qui est-ce qui sourit? Le gendarme. Tu lis le journal. Qui est-ce qui lit? Tu.

Astuce 1 : attention aux doubles sujets. Ex : Moi et mon père partirons. Sujet est moi et mon père donc « nous ».

Astuce 2 : Après je , toujours « e » ou « s ». Ex : je résume, je lis, je vois. Cas particuliers : je peux, je vaux, je veux.

Astuce 3 : Après tu , toujours « s ». Ex : Tu vois, tu lis, tu résumes. Cas particuliers : tu peux, tu vaux, tu veux.

Astuce 4 : Après il , jamais « s ». Ex : Il perd, il finit, il mange. Les verbes qui se terminent par « a » à la 3ème personne du singulier du passé simple et du futur ne prennent jamais « t » comme terminaison.

J’aime bien les astuces !

4 c / ç / cu et g / ge / gu

c se prononce tantôt /s/ tantôt /k/

Exemples du son /s/ : la cerise, le cinéma, le cycliste

Pour conserver le son doux /s/ devant a, o, u il faut utiliser ç : il lança, le garçon, tu aperçus.

Exemples du son /k/ : caravane, la campagne, le conte.

g se prononce tantôt /j/ tantôt /g/

Exemples du son /j/ : le genou, le givre, la gymnastique.

Exemples du son /g/ : la gare, le goût, guttural.

Pour conserver le son dur /g/ devant e ou i il faut rajouter « u » : un guignol, le guide, la guêpe.

Intéressant sur le plan orthographe lexicale.

5 e et é / è

Règle 1 : Si le e est suivi d’une consonne, pas d’accent.

Exemple : espace, dessert, dessin.

Règle 2 : Quand le e est seul et suivi d’une syllabe sonore il faut utiliser é.

Exemple : appétit, médecin, étage.

Règle 3 : Quand le e est seul et suivi d’une syllabe muette il faut utiliser è.

Exemple : une pièce, une flèche.

Règle 4 : avant x il n’y a jamais d’accent

Exemple : examen, exact, excellent.
6# notre, le nôtre / votre, le vôtre

Règle : après un article (le, la, les, au, du, etc…), on place un circonflexe sur le ô. Dans les autres cas on écrit o.

Exemples : Cette entreprise? C’est la nôtre. Il faut y mettre un peu du vôtre. Notre tante va arriver.

A ce stade, je conseille l’utilisation de quelques épices qui, c’est bien connu, chatouillent les papilles et relèvent le plat !
Les accents, la ponctuation : les épices du bon français, et de la bonne orthographe. A doser avec précision, et à utiliser comme il faut, quand il faut…
Exemple ? Voici quelques extraits de l’Orthochanson « Les épices »…


Ah ! Pour ce qui est précisément des histoires de « notre », « nôtre » etc… n’oublions pas la Fable Orthographique « Avec un toit » ! Extraits :

7 Certains mots prennent toujours -s à la fin

Substantifs et adjectifs

Brebis, concours, corps, cours (d’eau ou leçon), décès, discours, fois, frais, jus, lilas, mois, parcours, pardessus, pays, plusieurs, poids, pois, printemps, progrès, puits, repas, secours, souris, succès, talus, temps, univers, velours.

Adverbes

Ailleurs, alors, d’ailleurs, après, dedans, dehors, dessous, dessus, longtemps, moins, néanmoins, parfois, puis, quelquefois, toujours, volontiers.

Prépositions

Envers, vers.

Conjonctions

Dès que, tandis que.

Allez, un peu de musique et trois pas de danse ! Qu’est-ce que vous préférez, une petite java, ou une rumba d’enfer ? Les deux ? D’accord !

On commence par « La java plurielle »… extraits…

Et puis, une rumba, maintenant ! Voici quelques extraits de la « Rumba des pluriels singuliers » ! On y évoque aussi les fameux mots composés !

8 tout / tous / toute / toutes

Règle 1 : « Tout » devant un nom est un déterminant. Il s’accorde avec le nom en genre et en nombre.

Exemple : Tout enfant portera un manteau (chaque enfant). Tous les enfants porteront un manteau.

Règle 2 : Devant un verbe, le pronom « tout » varie et peut devenir toute(s) au féminin et « tous » au masculin pluriel

Exemple : Ne t’inquiète pas pour les bagages, tout suit (sens collectif). Ne t’inquiète pas pour les bagages, tous suivent (tous les bagages). Ne t’inquiète pas pour les valises, toutes suivent (toutes les valises).

Règle 3 : Devant un adjectif féminin qui commence par une consonne ou un ‘h’ aspiré l’adverbe « tout » se met au féminin et prend le même nombre que l’adjectif. Devant une voyelle il reste invariable.

Exemple : Elle est tout émue (mais elle est toute contente). Elles sont tout émues (mais elles sont toutes contentes).

Règle 4 : « Tout » devant un adjectif masculin est invariable

Exemple : Ils sont tout émus (mais ils sont tout contents).

Alors là, pour mettre tout cela en musique, pas d’hésitation : l’Orthochanson « Tout, tout, tout, tout » ! Extraits :

9 vingt / cent / mille

Règle 1 : Si vingt et cent sont multipliés, ils prennent s, mais s’ils sont suivis d’un autre nombre, ils restent invariables.

Exemple : quatre-vingts, deux cents MAIS quatre-vingt-trois, deux cent trente-deux

Règle 2 : Mille est toujours invariable

Exemple : trois mille hommes, trois mille deux cents hommes.

Règle 3 : Milliers et millions s’accordent

Exemple : trois milliers, un million, quatre millions, trois millions.

Un rap, pour faire passer tout ça ? C’est parti ! Extraits du « Rap des chiffres » !

10 a / à et / est on / ont son / sont

Quand on peut conjuguer il faut utiliser a / est / ont / sont et sinon utiliser les autres

Exemples a / est / ont / sont : Il a répondu. il avait répondu. Il est tombé. il était tombé. Ils ont bien ri. ils avaient bien ri. Ils sont sages. ils étaient sages.

Exemples à / et / on / son : Du pain et du lait. Du pain « était » du lait (impossible). C’est à prendre ou à laisser. « avait » (impossible). On se voit quand ? « avait » se voit quand ? (impossible). Il appelle son chien. Il appelle « avait » chien (impossible).

« Hahéonson » ? C’est l’Orthochanson qui présente tout cela en musique, et son petit rythme, il n’est pas prêt de vous sortir de la tête !

10 règles orthographiques de base sur 40…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jean-Vincent Voyer 1268 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines