Magazine Cinéma

[critique] Tale of Tales : séduisant & repoussant

Par Vance @Great_Wenceslas
[critique] Tale of Tales : séduisant & repoussant

Une adaptation aussi attirante que repoussante de trois contes du 17e siècle. Tale Of Tales revient aux sources d'un genre souvent édulcoré, cruel et merveilleux, violent et magnifique, satirique et moralisateur, mais ne parvient pas à convaincre pleinement, la faute à un énorme manque d'empathie et à une forme prenant souvent le pas sur le fond. Dispensable mais très original.

L'on a failli être moins indulgent envers ce film tant il ne nous a pas convaincus pleinement à la sortie de la projection. L'on aurait pu d'ailleurs lui attribuer la note de 2. Pourtant, Tale Of Tales captive, intrigue, et se démarque suffisamment du tout venant pour que l'on s'y attarde.

[critique] Tale of Tales : séduisant & repoussant

Aussi attirant que repoussant, le film de Matteo Garonne se veut comme un retour aux sources des contes, bien souvent édulcorés lorsque nombre d'entre eux sont transposés au cinéma. En adaptant trois des cinq volumes de l'oeuvre datant du 17 e siècle de l'italien Giambattista Basile, le réalisateur tente de créer une fresque baroque où se mêlent plusieurs aventures, où se côtoient les rois, les sorcières et les ogres, où les actes de chaque personnage tendent à se rejoindre pour donner du sens à l'ensemble. Le conte retrouve ici toute sa dimension, à la fois cruel et merveilleux, violent et magnifique, satirique et moralisateur. Il est évident que Tale Of Tales ne s'adresse pas à tous les spectateurs, et qu'il est déconseillé de le montrer à un public en bas âge susceptible d'être marqué par certaines scènes. Mais l'on pourra saluer l'initiative de vouloir proposer un spectacle presque sans concessions, quitte à se rendre parfois rebutant voire franchement insoutenable par sa violence volontairement démesurée (un personnage dévore un coeur, un autre se dépèce, d'autres affrontent des monstres dans des combats acharnés).

[critique] Tale of Tales : séduisant & repoussant

L'on pourra aussi apprécier les qualités picturales du film, ses couleurs bariolées et sa multitude de détails qui débordent du cadre, ses costumes grandioses, ses décors foisonnants et surchargés d'objets. Mais c'est également le plus gros défaut du long-métrage. Car à trop vouloir faire un livre animé d'illustrations, le réalisateur privilégie la forme au fond. Bien entendu le récit est lourd en métaphores, et ne parle que d'égoïsme, de sacrifice, d'amour, de désir, d'insatisfaction et d'ambition. Des sujets évidents qui transparaissent tout le long du film, mais qui auraient pu paradoxalement être plus approfondis si le scénario ne partait pas dans toutes les directions pour raconter ses trois aventures en parallèle. A cela s'ajoute la mise en scène un peu trop appliquée et conventionnelle de Matteo Garonne, qui insuffle une poésie souvent préfabriquée à une histoire manquant d'empathie et de subtilité. Car l'on ne ressent aucune émotion et l'on regarde le film sans implication.

[critique] Tale of Tales : séduisant & repoussant

Reste une très bonne interprétation d'un casting impeccable comme à son habitude. Tale Of Tales est un film troublant, dérangeant, un peu dispensable mais très original.

[critique] Tale of Tales : séduisant & repoussant

Il Racconto Dei Racconti

Salma Hayek, Vincent Cassel, John C Reilly, Toby Jones & Shirly Henderson

35 mm en 2.35 : 1 / 125 minutes

Il était une fois trois royaumes voisins où dans de merveilleux châteaux régnaient rois et reines, princes et princesses : un roi fornicateur et libertin, un autre captivé par un étrange animal, une reine obsédée par son désir d'enfant... Sorciers et fées, monstres redoutables, ogre et vieilles lavandières, saltimbanques et courtisans sont les héros de cette libre interprétation des célèbres contes de Giambattista Basile.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vance 6006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines