Magazine Bien-être

Qu'est-ce que la philosophie?

Publié le 30 juin 2015 par Joseleroy

seneque

Réponse de Paul Veyne:

"Le titre même l'indique : ce court traité sur la tranquillité de l'âme, sur la mer d'huile intérieure, ne ressemble guère à un livre de philosophie tel que nous le concevons de nos jours; la tranquillité n'est pas un de nos problèmes philosophiques, pas même un terme technique. Nous imaginerions plutôt qu'elle est un problème de vie spirituelle et mystique. Le pire embarras qu'éprouve un moderne, quand il aborde Sénèque, est celui-ci : qu'était-ce donc que la philosophie en ce temps-là? Que voulait dire ce mot il y a vingt siècles? A quoi cela servait-il?

Nous touchons ici au coeur du problème : que voulait dire "philosophie"? Pourquoi faut-il faire tout cela? Mais pour vivre heureux, tout simplement. Qu'est-ce que la philosophie, en effet, du moins celle des sectes stoïcienne et épicurienne? Une recette de bonheur ou, comme disent les doctes, un eudémonisme. Recette fondée en raison dans la nature des choses; la recette en question, que nous appelons "la morale stoïcienne", s'adjoint donc une philosophie de la nature (que nous appelons métaphysique) et une logique. Recette de bonheur, la philosophie n'est apprise que pour être mise en pratique : un malade ne lit pas l'ordonnance de son médecin par simple cuiosité, mais pour s'administrer le remède et guérir de ses maux. Nous nous tromperions entièrement - ou presque, car.. -, si nous tenions cette promesse de bonheur pour un slogan publictaire qui viserait à persuader les gens que leur intérêt bien compris est de venir se faire prêcher par le stoïcisme le respect de toutes les vertus. Les stoïciens ne sont pas des moralistes, mais des médecins.

Une philosophie telle que le stoïcisme ressemble plus aux sectes du monde oriental qu'à nos écoles philosophiques, cartésianisme ou kantisme: elle est faite pour être vécye, puisqu'elle ne se contente pas de satisfaire le goût des idées générales et la haute curiosité sur les ressorts des choses. "

Paul Veyne

Paul Veyne a raison ; aujourd'hui nous ne savons plus ce qu'est la philosophie. Nous l'avons réduite à une discipline intellectuelle, à une démarche universitaire tournée vers le commentaire infinie et assez stérile des auteurs du passé.

Mais pour Sénèque et les stoïciens, la philosophie était un chemin vers la sagesse, le bonheur et la transformation de soi. Un philosophe était avant tout un homme heureux et qui savait rester émotionnellement stable dans toutes les situations de la vie.

Il était bon de le rappeler.

jlr



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joseleroy 216084 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines