Magazine Culture

petits secrets entre femmes

Publié le 01 juillet 2015 par Dubruel

~d'après JOSEPH, de Maupassant

Elles étaient grises, tout à fait grises, La petite baronne Andrée de Trévise Et la petite comtesse de Gardette. Après avoir diné en tête à tête Ces femmes dégustaient une vieille fine, En se faisant des confidences intimes.

Pour éviter les rôdeurs galants Des stations huppées, Leurs maris avaient volontairement Loué une maison isolée Dans le Poitou, Loin de tout Et ils y avaient enterré Leurs femmes pour tout l'été.

La baronne et la comtesse bavardaient Et déraisonnaient, Ne sachant plus ce qu'elles disaient :

-" Moi, je ne peux vivre sans être aimée. Il me faut un amant pour finir cette soirée ! Je me crois morte si je ne suis pas aimée. "

-" Les hommes ne nous comprennent pas du tout. "

-" Nos maris, surtout ! "

-" L'amour qu'il nous faut est fait de gâteries, De gentillesses, de galanteries. "

-" Il faut que j'ai quelqu'un qui pense à moi, Que je sache qu'on m'aime, qu'on rêve de moi. "

-" Tu vois, quand un mari A été gentil Pendant six mois, un an, Ou deux ans, Par la suite, il devient forcément une brute. "

-" Ha oui ! Tu as raison, une vraie brute ! "

-" Il ne se gêne plus pour rien. Il se montre tel qu'il est. C'est rarement en bien."

-" On ne peut pas aimer son mari Durand toute une vie. "

-" Ça, c'est vrai. "

" Tu disais que ce sont des brutes, les maris. Et après ?... "

-" Quel après ? "

-" Qu'est-ce que tu disais 'après' ?"

" J'avais une chose à te raconter... Ah ! Oui, j'y suis... Moi, je trouve des amoureux Partout. Je m'informe et je fais mon choix. "

-" Tu fais ton choix ? "

-" Mais oui, parbleu ! Avant tout, il faut qu'un homme Soit riche, généreux, discret, Et qu'il me plaise, bien sûr. "

-" Oui, c'est vrai. "

-" Alors, si c'est le cas, je l'amorce. "

-" Tu l'amorces ? "

-" Oui, comme on fait Pour prendre du poisson. Toi, n'as-tu jamais pêché ? "

-" Non. "

" Tu as tort. C'est très amusant. "

-" Comment fais-tu à partir de ce moment-là ? "

-" Que tu es bête, va ! Hé bien, tu leur laisses croire qu'ils ont le choix. Ils croient choisir, mais c'est nous qui choisissons Tous les hommes sont des prétendants, Tous sans exception. Quand nous avons fait notre choix, Nous l'amorçons. "

-" Comment fais-tu donc ? "

-" Comment je fais ?... Mais je ne fais rien. Je me laisse regarder. Quand on s'est bien laissé regarder, L'homme vous trouve toujours la plus jolie. Il commence alors à vous courtiser. Je lui laisse comprendre qu'il me plait. Je le tiens et lui, il est séduit. Ça dure plus ou moins, selon ses qualités. "

-" Les hommes, tu arrives à les prendre tous ? "

-" Oui, presque tous. "

-" Il y en a qui résistent ? "

-" Quelquefois. "

-" Pourquoi ? "

-" Parce qu'ils sont amoureux d'une autre femme Ou trop timides, ou incapables de mener Jusqu'au bout la conquête d'une femme. "

-" Quels benêts ! "

-" Oui, écoute-moi, Il y a plus d'hommes qu'on ne croit Mais beaucoup ne savent ni vous déshabiller Ni par où commencer. Parmi les plus adroits, les plus ingénieux Ce sont les amoureux Des autres femmes que je préfère. Ceux-là, je les enlève d'assaut, ma chère ! "

-" Et quand il n'y a aucun homme, comme ici ? "

-" Tiens, tu me rappelles ceci : Une année Mon mari m'a fait passer tout l'été Dans sa terre de Fagien. Mais là, pas un homme. Personne. Rien, Tu entends, rien de rien, Rien, rrien ! Alors, j'ai engagé Un jeune maître d'hôtel. "

-" Oh !...et après ?... " .

-" Je ne l'ai pas amorcé, Je l'ai allumé ! Oui, ça m'amusait. Chaque matin, je le sonnais Au moment où ma bonne m'habillait Et chaque soir quand elle me déshabillait. Comme un toit de paille, il a flambé ! Ce garçon s'appelait Joseph, et je le tutoyais. Il était dans un état...effrayant ! Moi, je m'amusais énormément. Ce fut un de mes meilleurs étés... "

-" Et après ? "

-" Je lui ai dit un jour d'atteler mon panier et me conduire dans la forêt. Il faisait plus de trente degrés. J'allais me trouver mal ! ...Et je lui ai dit que je me trouvais mal, Qu'il devait me porter sur l'herbe. Puis quand j'ai été sur l'herbe, J'ai suffoqué. Je lui ai dit de me délacer. Quand j'ai été délacée... J'ai perdu connaissance. "

-" Tout à fait ? "

-" Oh, non ! Pas du tout. "

-" Eh bien ? "

-" Eh bien... Je suis restée ... Inconsciente. Pendant que Joseph cherchait En vain de l'aide Ou un quelconque remède, J'ai été patiente. Puis il est revenu...Et je n'ai Rouvert les yeux qu'après sa chute. "

-" Et que lui as-tu dit ? "

-" Chut !... "

-" Après ça, tu as osé le garder ? "

" Mais oui, pourquoi l'aurais-je renvoyé ? "


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine