Magazine Culture

Karen Merran : Il était une fois dans le métro

Par Stephanie Tranchant @plaisir_de_lire

Il était une fois dans le métro  de Karen Merran   3/5 (15-06-2015)

Il était une fois dans le métro  (288 pages) est sorti le 4 juin 2015 chez Michel Lafon (après une autoédition sur le CreateSpace en juin 2014).

couv31009927 (107x173).jpg
 
couv73878021 (113x173).jpg

L’histoire (éditeur) :

Ce que Maya préfère dans son « métro, boulot, dodo » quotidien, c’est le métro. Elle aime observer les gens et imaginer leur vie. Chef de produits capillaires au sein du service marketing de Beauty Corporation, c’est aussi dans le métro qu’elle trouve les idées les plus innovantes. Un matin, à la station Saint-Lazare, elle fait la connaissance de Roger, un SDF qui gagne sa vie dans le métro. Elle décide de l'aider en élaborant une stratégie marketing. L'objectif qu'elle s'est fixée: trouver une idée originale pour que les gens choisissent de lui donner de l’argent à lui plutôt qu'à d'autres.

Mon avis :

Arrivé par surprise chez moi, j’ai décidé de na lire ni le résumé ni aucun avis sur  Il était une fois dans le métro  pour que la surprise reste entière. Pas mauvaise cette surprise.

Je dois avouer que même s ce n’est pas de la grande littérature (sans être mal écrit, le style est simple et pas spécialement recherché), cette histoire se laisse lire et offre même un bon moment de détente.

Maya est le genre de personnage sympathique, pas bécasse mais simple, naïve et un peu maladroite qui fait un peu son charme (agaçante un peu aussi). Lorsqu’elle tombe sur Roger, elle est loin de se douter qu’il s’agit d’un sans-abri, parce qu’il est plutôt loin de l’image de SDF et qu’il présente bien. Quand elle finit par comprendre ce qu’est la vie de cet homme (qui vient naturellement à son secours), elle décide à son tour de lui venir en aide en essayant de lui faire gagner un peu plus d’argent. Comment ? Chef de produit dans le service marketing d’une société de cosmétiques (capillaires), elle va mettre (ou tenter de mettre) à profit ses qualités professionnelles pour rendre Roger plus attractif et faire en sorte que les usagers du métro parisien soient un peu plus réceptifs. Ce n’est pas gagné, mais au fil de leurs rencontres (quasi quotidiennes) sur la ligne 12, se crée une vraie belle amitié.

Il était une fois dans le métro  est un petit conte moderne qui ne se limite heureusement pas aux trajets  en métro et à la relation Maya-Roger. En nous faisant entrer dans la vie de Maya, Karen Merran nous offre aussi une petite romance (qui a vraiment tarder à arriver au grand désespoir de la famille de la jeune femme qui voit dans le mariage la véritable réussite), une jolie relation entre elle et sa grand-mère Mamie You (une juive sépharade fan de poker et de Patrick Bruel et qui aime gâter ses proches de bons petits plats, et gare à ceux qui ne finissent pas leur assiette), et enfin un récit plutôt amusant autour du boulot de Maya (entre ses idées capillaires et sa chef incompétentes).

Évidement ce roman est plus tourné divertissement que réflexion et l’auteure est loin de nous donner une leçon de moral. Néanmoins elle permet d’ouvrir les yeux  sur ceux qu’on croise souvent et qu’on finit par ne plus voir. Leur rencontre bien qu’étant celle de mondes totalement différents est marquée par des dialogues faciles et naturels, chassant quelques idées reçus.

Il était une fois dans le métro  est un récit plein de fraîcheur et de personnages sympathiques. Divertissant et plaisant, il se lit vite (l’absence de longueur permet sa lecture d’une traite). On risque peut être de vite l’oublier mais le temps de sa lecture on passe un vrai bon moment, alors je ne peux que vous le conseiller si vous êtes en quête d’une lecture distrayante, plus portée sur la détente que sur l’esprit.

En bref : léger mais pas si cliché que ça, Il était une fois dans le métro est un roman plutôt pas mal pour un bon après-midi relâche et pas prise de tête.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stephanie Tranchant 5196 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossier Paperblog

Magazines