Magazine Culture

Christopher William Hill : Les affreusement sombres histoires de Sinistreville 2, Les jumeaux Traîne-Malheur

Par Stephanie Tranchant @plaisir_de_lire

Les affreusement sombres histoires de Sinistreville, tome 2 : Les jumeaux Traîne-Malheur de Christopher William Hill  3/5 (22-06-2015)

Les affreusement sombres histoires de Sinistreville, tome 2 : Les jumeaux Traîne-Malheur  (345 pages) est sorti le 10 juin 2015 aux Editions Flammarion jeunesse, que je remercie pour ce partenariat.

 

71fAoL13WFL (154x250) (107x173).jpg
 
5 (165x250) (114x173).jpg

L’histoire (éditeur) :

Les jumeaux Mortenberg s'attendaient souvent au pire, ce en quoi ils n'avaient pas forcément tort. Depuis leur plus jeune âge, ils étaient affublés du surnom de "jumeaux Traîne-Malheur". Abandonnés à leur triste sort par leurs parents, Greta et Feliks avaient été adoptés par leur tante Gisela. Ainsi vivaient-ils heureux avec elle au sein du quartier le plus sombre et inquiétant de Sinistreville. Jusqu'au jour où leur destin croisa celui de la célèbre Olga Van Veenen. Pour le meilleur.... mais surtout pour le pire...

Mon avis :

Que d’aventures pour les jumeaux Mortenberg. Ces deux enfants abandonnées par leurs parents et élevés par leur tante Gisela à Sinistreville, voient débarquer un étrange et lugubre homme au domicile de leur tante. Celle-ci manque d’argent et est obligée de louer la chambre d’ami à M. Morbide qu’ils soupçonnent d’être un tueur. Mais le locataire est loin de l’idée qu’ils s’en font et c’est finalement la célèbre écrivaine Olga Van Veenen qui va transforme leur vie en cauchemar.

Pas de détails inutiles, Christopher William Hill  préfère passer d’une situation à une autre tout simplement en sautant une ligne. Si ça va vite, ça perturbe aussi quand même un peu. Les lecteurs peu expérimentés vont devoir être bien accrochés pour ne pas être perdus. Heureusement après quelques lignes, c’est comme si de rien n’était parce qu’on est à nouveau plongé dans l’intrigue qui se révèle être une histoire riche et vraiment originale.

Du point de vue du rythme, il n’y a donc rien à redire, Les jumeaux Traîne-Malheur (deuxième tome de la série Les affreusement sombres histoires de Sinistreville)  est un livre palpitant, trépidant et bourré de rebondissements. Pour une lecture de plus de 300 pages, c’est un texte qui ne souffre pas de longueurs et qui se lit vite.

Pour ma part, j’ai quand même trouvé qu’il y avait un peu trop de péripéties, ce qui a fini, non pas par me perdre, mais par me lasser. J’aurais préféré aussi avoir quelques moments plus calmes et davantage développés pour vraiment m’imprégner de l’histoire, la vivre et ne pas me sentir juste spectatrice.

Feliks et Greta Mortenberg, surnommés « les jumeaux Traine-Malheur », sont des protagonistes attachant, il faut dire que leurs mésaventures a de quoi soulever  pas mal d’empathie. Les horreurs et les misères dont ils sont affligés sont peu crédibles évidement mais c’est ce qui fait le charme de ce livre. L’accumulation permet de passer un bon moment (contrairement à eux) et procure quelques frissons.

Les enfants, à partir de 12 ans, ne devraient pas sortir traumatisés mais amusés par ce scénario macabre, cruel, caricatural et finalement pas dénué d’humour, d’excentricité et d’espièglerie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stephanie Tranchant 5196 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossier Paperblog

Magazines