Magazine Bd

La sélection de la semaine : Violette autour du monde, Southern bastards, Toys of the war, Mon ami Grompf, Dans l’intimité de Marie, Un arbre en furie, Barakamon, Grippy, Gold of the end, Les Verts, Le landais volant, Comprendre la Chine en BD et Cahie...

Par Casedepart @_NicolasAlbert

landais (4)

Le landais volant – de Nicolas Dumontheuil (Futuropolis)

Pour ce dernier samedi du mois de juin, Case Départ vous propose une petite sélection. En vous ouvrant sa bibliothèque, le blog met en lumière de très bonnes bandes dessinées. Nous passons au crible, les albums suivants : Les deux premières aventures de la jeune Violette autour du monde, le deuxième volume de l’admirable comics Southern Bastards, le premier volet du manga Toys of War, le dixième recueil d’histoires de la série d’humour jeunesse Mon ami Grompf, le deuxième tome de Dans l’intimité de Marie, Un arbre en furie : le septième volume des Petits riens de Lewis Trondheim, Barakamon : les aventures de Seishû le calligraphe, Grippy : le chat espiègle des P’tits Diables, Gold of the dead : un voyage maritime avec des zombies, le premier tome de la nouvelle série Hugo BD : Les Verts, le quatrième volume du Landais volant signé Nicolas Dumontheuil, le premier volume du manhua Comprendre la Chine en BD et le Cahier de vacances pour adultes geeks et déviants. Bonnes lectures.

 Violette autour du monde

violette (1)
Les éditions Dargaud proposent la sortie simultanée des deux premières aventures de Violette autour du monde, deux histoires de la petite fille qui vit dans un cirque avec ses deux parents. Vie de bohème à la fin du 19e siècle, numéros époustouflants, un singe et des amis : bienvenue dans cette nouvelle série jeunesse de Teresa Radice et Stefano Turconi.

Résumé de l’éditeur :
Bienvenue dans le monde merveilleux du Cirque de la lune ! Votre guide ? L’astucieuse Violette, fille d’une femme-canon et d’un dompteur d’insectes. Cette gamine au grand coeur vous entraîne dans ses pérégrinations. De Paris au sommet de l’Himalaya en passant par les grandes plaines américaines, découvrez ceux qui font vibrer notre héroïne aux cheveux d’ange : Henri de Toulouse-Lautrec, Antonin Dvořák et bien d’autres !

violette (4)
Rencontrer des hommes célèbres (Toulouse-Lautrec dans le premier tome, Dvořák dans le deuxième), vivre une vie de bohème, voir des numéros fabuleux, parcourir le monde, chercher de l’action, rencontrer des circassiens étonnants ; voilà le vie mouvementée de Violette. Lors de ces deux premiers récits, Teresa Radice emmène son héroïne à Paris et aux Etats-Unis.

violette (5)
Il faut dire que Violette est une petite fille agréable, souriante, facétieuse et espiègle. L’école, elle n’aime pas ça, elle préfère se faufiler sous le chapiteau ou les roulottes du Cirque de la Lune. Là, elle y retrouve sa maman, femme-canon qui adore les pâtisseries et son père, ancien scientifique et dresseur d’insectes, mais aussi Samir le voltigeuret sa sœur, Sinbad le singe de jeune adolescent, ainsi que Papi Tenzin, son grand-père le sage chaman ou encore Arsène, le directeur du cirque. Même si parfois elle aimerait avoir des parents normaux, au fond d’elle, elle aime son existence, jamais au même endroit et qui bouge.

violette (3)
Les deux scénarios légèrement fantaisistes de Teresa Radice portent aussi de belles valeurs : l’amitié, les rencontres improbables, la découverte de l’autre, l’entraide mais aussi l’accomplissement de soi, la recherche de son identité, de sa personnalité. N’oublions pas l’immigration clandestine dans le deuxième volet avec l’histoire d’Hiawatha, l’indien qui veut rejoindre le Canada. Le jeune lecteur entrevoit aussi les arts : le cirque mais aussi la peinture et la musique.

violette (2)
La partie graphique signée Stefano Turconi est très réussi. Agréable à l’œil, son trait aux crayons de couleurs est aérien et léger. Celui que l’on avait découvert sur la série Camomille et les chevaux (avec Hélène Lenoble et Brrémaud, Hugo BD) hausse le niveau de son dessin sur Violette autour du monde. Les animaux (chevaux et ours) ou encore les personnages ont une grande parenté avec certains de chez Disney. Il faut dire que l’italien a travaillé pour ces studios à travers Mickey Parade ou les Héros de Donaldville.

  • Violette autour du monde, tome 1 : Ma tête dans les nuages, tome 2 : La symphonie du nouveau monde
  • Scénariste : Teresa Radice
  • Dessinateur : Stefano Turconi
  • Editeur: Dargaud
  • Prix: 9.99€
  • Sortie: 05 juin 2015

Southern bastards

southern (1)
En mars, les éditions Urban Comics dévoilaient le premier volume de Southern Bastards. Premier tome et première claque ! Ce thriller de Jason Aaron et Jason Latour soufflait le chaud et le froid sur la petite bourgade américaine de Craw City où Earl était contraint de faire la justice.
Pour vous rafraîchir la mémoire, vous pouvez relire la chronique du premier tome, en cliquant ici.

Résumé de l’éditeur :
La petite bourgade de Craw County a bâti sa réputation sur la qualité de sa cuisine locale, la bonhomie de ses habitants, son calme relatif et la légende d’une ascension vers le sommet : celle du coach Boss. Dans une région où seule la fine fleur des pires crapules parvient à se faire sa place au soleil, jusqu’où faut-il aller pour devenir le plus grand, le plus respecté, le plus puissant ? Seul le coach Boss le sait…

southern (4)
Le premier volume s’achevait sur un final des plus inattendus, ce qui allait attiser notre curiosité (Earl décédait). Mais il fallait peu de temps au lecteur pour étancher cette soif (4 mois entre les deux parutions). Ce deuxième tome, quant à lui, se concentre sur la personnalité d’Euless Boss, l’homme fort de Craw County. Coach de l’équipe de football américain, il règne sans partage sur la ville avec ses hommes de main, fait la pluie et le beau temps sur la petite bourgade.

southern (5)

Le récit de Jason Aaron est toujours cousu main, d’une grande force narrative, nous faisant naviguer dans le passé du Boss. Les nombreux rebondissements permettent à l’intrigue de nous accrocher encore plus que dans le premier volume. L’homme détestable nourrit ses rancœurs de son passé trouble, décide de les surpasser et tenir d’une main de fer tout ce qui gravite autour de lui. Humiliations verbales ou physiques lors de son adolescence renforcent son identité, forge sa carapace et le rendent plus sombre. Mais le coach est -il vraiment un salaud ? A la fin de ce volet, il nous paraît plus sympathique. La grande force de l’histoire du scénariste réside dans son grand réalisme, proche, très proche de la réalité. Cette véracité montre une ville et des habitants crasseux et parfois immoraux et c’est ce qui fonctionne dès le départ.

southern (6)
Dans ces retours sur le passé, le lecteur commence à distinguer les relations très tendues entre les pères d’Euless (un voyou vaurien) et d’Earl (très bon shérif respecté). Les flash-backs permettent aussi d’installer de nouveaux personnages qui seront au cœur de l’histoire dans les prochains tomes.
La partie scénaristique est portée par le formidable travail graphique de Jason Aaron. Les gueules de ses personnages sont formidables. On ressent la bêtise et la crasse dans cette cité pourrie et gangrenée par la violence.

S’il n’y avait qu’un comics à retenir de ce début d’année 2015, ce serait Southern Bastards ! C’est fort, c’est bon, c’est original !

  • Southern bastards, volume 2
  • Scénariste : Jason Aaron
  • Dessinateur : Jason Latour
  • Editeur: Urban Comics, collection Urban Indies
  • Prix: 14€
  • Sortie: 26 juin 2015

Toys of the war

toys of war (1)
Les jouets ont pris le pouvoir. Intelligents et forts, ils ont asservis les êtres humains pour en faire des esclaves. Mais c’était sans compter sur Djiral qui en a décidé autrement. Toys of war conte ses aventures ; un manga Kana signé Hiroyuki Ooshima et Gôsuto Hage.
Résumé de l’éditeur :
Dans un futur proche, les jouets ont été dotés d’une intelligence artificielle. Mais les choses ne se passent pas comme prévu… Les jouets se révoltent. La guerre entre les humains et les jouets s’engage… Quelques années plus tard, les jouets ont gagné la partie. Ils ne gardent les enfants humains que pour « élever » les jouets fraîchement sortis des chaînes de montage. Car la guerre n’est pas finie… Les jouets se combattent entre anciennes marques. Le combat est permanent. La quête s’annonce pleine de sueur, de larmes et de sang…

toys of war (3)
Publié dans la collection Dark Kana, Toys of war est un global manga de type shônen. Le récit de Gôsuto Hage est un très bon mélange entre la science-fiction et l’action. Cette histoire d’anticipation sombre ne tourne pas dans ce premier tome dans l’horreur mais plutôt enchaîne les scènes d’action fortes, sanglantes mais regardables. Il faut souligner que cette impression ambivalente est renforcée par le dessin manga tout en rondeur pour les robots et manga gentillet pour les êtres humains. Donc l’histoire est très noire et les illustrations plutôt manga pour enfant. C’est ce paradoxe, entre autre, qui fait le charme de ce premier volume.

toys of war (2)
Ce mix entre Toys story et Terminator est assez réussi. L’humour n’est pas non plus absent du manga, notamment par la personnalité de Djiral, adolescent enjoué et dynamique mais un peu gaffeur. Accompagné d’Ubitty, son amie et Hermo, son frère, un peu cynique, il se rend à Hommeland pour accueillir les nouvo-bots. A travers 4 épreuves, ils vont être liés à un robot à l’intelligence artificielle décuplée. Djiral va être adopté par Wul, sensible et attendrissant.

Comme nous l’avons expliqué juste avant, la partie graphique signée Hiroyuki Ooshima, est assez réussi. Un manga accrocheur, à suivre.

  • Toys of the war, volume 1
  • Scénariste : Gôsuto Hage
  • Dessinateur : Hiroyuki Ooshima
  • Editeur: Kana, collection Dark Kana
  • Prix: 7.45€
  • Sortie: 19 juin 2015

Mon ami Grompf

mon ami (1)
Le dixième recueil des très belles aventures de Mon ami Grompf est disponible depuis le 1er juillet. Intitulé Un amour de yéti, il est signé Nob et édité par Glénat.

Résumé de l’éditeur :
Comme tous les garçons de son âge, Arthur va à l’école, se fait gronder par ses parents lorsqu’il abuse des sucreries et nourrit un amour secret pour l’une de ses camarades de classe. Sauf qu’Arthur a une particularité : son meilleur ami est un yéti ! Grompf, c’est 2m50 pour 350 kilos de tendresse et de maladresse. Et c’est aussi et surtout un amoureux de la nature : une passion qui peut parfois être un peu trop dévorante. Surtout lorsqu’il se prend d’affection pour une colonie d’escargots et qu’il décide de leur montrer qu’il est capable, lui-aussi, de porter sa maison sur son dos…

mon ami (3)
Véritable auteur Coup de Cœur de Case Départ, Nob nous enchante, enchante les plus petits par ses formidables séries Dad (qui a mis un coup de vieux aux autres séries familiales) mais surtout avec Mamette, chef-d’œuvre de poésie et d’amour avec un grand A. Envoûtant par ses dessins, le prolifique auteur pyrénéen est donc de retour avec Mon ami Grompf, le plus gentil des yétis qui fait parti intégrante de la famille d’Arthur.

mon ami (2)
Dans ce nouveau recueil, une nouvelle fois très très réussi, le jeune lectorat suit les folles aventures des deux héros. Avec énormément d’humour, il le retrouve s’apprêtant pour le jour de la rentrée des classes, sac sur le dos, mais aussi avec le papa pour une drôle de partie de pêche, Grompf ramassant des feuilles mais ébahi devant un escargot, Arthur et son amoureuse secrète Nathalie ou encore l’adorable yéti essayant des vêtements pour se fondre dans la foule.

C’est frais, c’est joyeux, c’est amusant, c’est… Grompf ! A lire ou à découvrir !

  • Mon ami Grompf, tome 10 : Un amour de yéti
  • Auteur: Nob
  • Editeur: Glénat
  • Prix: 9.99€
  • Parution: 1er juillet 2015

Dans l’intimité de Marie

dans l'intimité (2)
Isao se retrouve inopinément dans le corps de Marie, une jeune lycéenne. Il continue l’apprentissage délicat de sa nouvelle vie de jeune adolescente, entre cours de sport, changement de vêtements et les garçons qui lui courent après. Signé Shûzô Oshimi, Dans l’intimité de Marie raconte ces moments entre drôlerie et gênes.

Retrouvez la chronique Case Départ du premier volume, ici.
Résumé de l’éditeur :
Le surprenant polar psychanalytique de Shûzô Oshimi, le nouveau maître des comédies romantiques modernes, continue de manière magistrale ! Entre scènes de vie lycéenne et enquêtes un poil tordues, le mangaka ballade son lecteur d’une page à l’autre, dressant du même coup un portrait très juste des relations adolescentes contemporaines. Un musthave aussi novateur qu’addictif !
Le nouvel enfer quotidien d’Isao, enfermé dans le corps de la belle Marie, continue ! Car entre les potins dans les vestiaires, les sorties karaoké et les garçons qui lui tournent autour, il aura bien du mal à se concentrer sur son principal objectif : retrouver l’esprit de Marie ! Heureusement, il pourra désormais compter sur l’aide de Yôri, la lycéenne studieuse qui semble en savoir plus qu’elle n’en dit. Leur enquête les amènera dans des lieux surprenants, y compris les rayons pornos des librairies mangas d’occasion…

dans l'intimité (3)

boku wa mari no naka©shûzô oshimi 2012/Futabasha publisher LTD., Tokyo

Dans ses difficultés quotidiennes, Isao dans le corps de Marie, a trouvé une alliée un peu curieuse en la personne de Yôri. Cette lycéenne, qui a découvert le secret de son camarade, râle beaucoup et lui met tout le temps la pression. Elle souhaite que le garçon fasse le plus attention possible au corps de Marie et qu’il la retrouve. Elle lui rappelle de ne jamais regarder son corps dénudé et de ne jamais le toucher. Une gageur lorsqu’il doit se changer ou se laver. De plus, ses émotions le titillent quand il se retrouve au milieu des adolescentes dans les vestiaires du cours de sport. Difficile pour un adolescent de se contrôler lorsqu’il voit des filles en sous-vêtement. De plus, il sera très mal à l’aise dans la boutique de mangas porno lorsque Yôri l’y emmenera. En effet, Isao est déjà venu plusieurs fois dans le lieu.

dans l'intimité (1)

boku wa mari no naka©shûzô oshimi 2012/Futabasha publisher LTD., Tokyo

Shûzô Oshimi déroule son histoire d’une folle originalité toujours avec beaucoup de talent. Ses trouvailles concernant Isao sont très intéressantes et il n’épargne rien à son héros. En incluant Yôri dans l’histoire, il apporte encore de la tension. La jeune fille, qui serait amoureuse de Marie, mène la vie dure au jeune garçon. Ne l’épargnant pas, elle lui interdit beaucoup de choses. Difficile pour Isao de se contenir.

  • Dans l’intimité de Marie
  • Auteur: Shûzô Oshimi
  • Editeur: Akata
  • Prix: 7.95€
  • Parution: 11 juin 2015

Un arbre en furie

un arbre en furie (2)
Lewis Trondheim livre le septième recueil de ses Petits riens, intitulé Un arbre en furie, édité par Delcourt dans la collection Shampooing.

Résumé de l’éditeur :
SuperCaca prêt à l’action ; les vélos prioritaires d’Amsterdam ; le monde parallèle des pâtes barilla ; la découverte de la faune du Québec ; un arbre en furie. Ou comment Lewis Trondheim affronte une existence pleine d’imprévus qu’il transfigure en petits instantanés, mais toujours avec ce solide sens de l’autodérision qui le caractérise.

un arbre en furie (3)
Toujours aussi drôles, Les petits riens de Lewis Trondheim sont construits comme un carnet de bord où l’auteur livre sa vision des choses ou personnes qui l’entourent, sa philosophie mais avant tout ces moments insignifiants de son existence qui rythment sa vie. Assez touchant, toujours amusant, l’auteur joue avant tout sur une très belle auto-dérision. Ainsi, il nous fait comprendre que tous ces petits riens sont importants dans une existence. Entre son passeport à refaire, son périple en Ecosse, à Amsterdam et ses maudits vélos, il se met en scène, ainsi que son épouse sous la forme d’oiseaux. Sa marque de fabrique, le zoomorphisme apporte de l’humour et lui permet de prendre de la distance.

un arbre en furie (1)
Un arbre en furie : amusant, simple et rafraîchissant. Un album pour méditer.

  • Les petits riens de Lewis Trondheim, tome 7 : Un arbre en furie
  • Auteur: Lewis Trondheim
  • Editeur: Delcourt, collection Shampooing
  • Prix: 12.50€
  • Parution: 09 juin 2015

Barakamon

barakamon (2)
La petite série agréable et amusante Barakamon en est à son dixième volume. Edité par Ki oon, ce manga est signé Satsuki Yoshino.
Pour vous rafraîchir la mémoire, vous pouvez relire la chronique Case Départ, en cliquant ici.

Résumé de l’éditeur :
Branle-bas de combat à Nanatsutake ! Le tournoi inter-villages approche, et avec lui l’épreuve la plus prestigieuse, le relais des générations, où le hameau est toujours bon dernier. Mais cette année, les villageois comptent bien utiliser leur arme secrète en inscrivant Seishû, de gré ou de force… Hélas, le calligraphe a beau courir comme une véritable fusée, rien ne se passe comme prévu et la victoire n’est pas au rendez-vous. La déprime est de courte durée, car une nouvelle inattendue tombe : voilà que les parents de Seishû débarquent sur l’île !

barakamon (3)
Comme dans les précédents volumes, Satsuki Yoshino fait vivre des aventures sympathiques et amusantes à son héros Seishû, le calligraphe et les habitants de la petite île de Nanatsutake. Jamais méchant mais ô combien drôle, le manga navigue sur les eaux bienveillantes de la vie. Simple dans son approche scénaristique, le mangaka arrive à accrocher le lecteur par des moments somme toute banals et c’est sa grande force.

barakamon (4)
L’hiver approche et Seishû demande à son propriétaire de lui trouver une couverture chauffante ou un radiateur. L’homme lui propose alors un poêle à pétrole très efficace sur lequel il pourrait faire griller des aliments. Content de ce prêt, il le rapporte chez lui pour le plus grand bonheur de ses élèves calligraphes. De son côté, Hiroshi s’ennuie ferme au lycée. Ce très beau garçon est très convoité par les lycéennes mais il les éconduit toujours puisqu’il semble très timide. Rina essaie alors mais en vain…

Barakamon : c’est simple, juste, basé sur l’amitié et fort amusant ! A découvrir !

  • Barakamon, volume 10
  • Auteur: Satsuki Yoshino
  • Editeur: Ki oon
  • Prix: 7.65€
  • Parution: 25 juin 2015

Grippy

grippy (1)
Grippy est à fond ! est le deuxième recueil des histoires de Grippy, le chat des P’tits Diables, signé Dutto et publié par Soleil.
Résumé de l’éditeur :
Grippy, le chat des P’tits Diables, vous connaissez ? Oui, c’est ça, le gros matou rondouillard, blagueur, gourmand et paresseux. Et bien, croyez-moi, Grippy, ce n’est pas que ça. Car si un chat à sept vies, ce coquin de chat en a au moins deux et nous cache beauuuuucoup de choses : une autre maison, d’autres amis et une tonne d’histoires drôles ! Mais vous avez de la chance, Grippy a décidé de vous livrer tous ses secrets ( à part, peut-être, sa fameuse recette de cookies).

grippy (2)
Grippy est un chat espiègle, gourmand, paresseux, cynique et très amusant. Vivant avec la grand-mère des P’tits Diables, il vit des aventures rocambolesques. Depuis le premier volume, il est le héros de sa propre série. Olivier Dutto propose un recueil de gags en une planche plutôt réussi.

Grippy et Mamie font de véritables concours pour savoir qui est le plus gourmands comme le lecteur peut le découvrir dans les trois premières pages. En plus du crocodile dans la boîte aux lettres ou le pingouin farceur, les autres personnages; les deux héros aiment aussi jouer aux cartes pour gagner des cookies, jouer au tennis, boire des cocktails, faire un barbecue ou faire du jardinage.

grippy (3)
Les dessins de Dutto sont toujours aussi agréables à l’œil et efficaces. Il faut dire que son trait tout en rondeur et cartoon renforce les situations cocasses des gags.

  • Grippy, tome 2 : Grippy est à fond !
  • Auteur: Olivier Dutto
  • Editeur: Soleil
  • Prix: 10.50€
  • Parution: 24 juin 2015

Gold of the dead

gold (1)
Les éditions Paquet proposent Gold of the dead, un récit maritime où interviennent des zombies. Signé Fred Weytens et Yan Le Pon, il est basé sur le roman de Silvio Panucci.

Résumé de l’éditeur :
Amérique centrale, 1952. Trois aventuriers sans scrupules attaquent un archéologue et son guide et lui dérobe un trésor Maya en ignorant que ce trésor est maudit. Ils embarquent à bord d’un cargo mixte en partance pour la France où les attendent un acheteur potentiel. Mais un marin, trop curieux, va déclencher la malédiction. Les passagers et les marins vont faire face à des zombies possédés. Mais Jones, le plus salauds des trois aventuriers ne se laissera pas faire !

gold (3)
Des zombies, encore des zombies ! Depuis le succès retentissant du comics Walking Dead (Kirkman et Adlard, chez Delcourt) et de la série télévisée qui en découle, les ouvrages sur ces êtres décharnés ses sont multipliés (Alice Matheson, Zombie Walk, La nuit des morts-vivants…), avec plus ou moins de réussite. Dans ce flot important, les éditions Paquet publient Gold of the dead, un one-shot plutôt réussi. Pour son récit, Fred Weytens essaie d’être original en introduisant un côté ésotérique : une malédiction inca ancienne. Les personnes qui seraient en contact avec ce trésor pré-colombien subirait un changement physique et se transformerait en zombie.

gold (4)
Le huis-clos sur le bateau renforce un peu ce sentiment d’angoisse. En effet, les passagers du paquebot vont devenir des morts-vivants un à un. Les héros essayant de s’échapper, de les tuer et de ne surtout pas se faire mordre. C’est simple, plutôt efficace mais terriblement classique dans les ressorts de l’histoire. Les combats sont nombreux, les cadavres se multiplient comme les zombies et le sang macule tout le navire.

gold (2)
Le trait semi-réaliste de Yan Le Pon est efficace et propose des planches équilibrées. Le lecteur préférera les scènes d’action et de combats (les mouvements sont très réussis) plutôt que les moments de fêtes sur le bateau. Aidé par Marie Avril pour les couleurs, celles-ci sont franchement abouties.

  • Gold of the dead
  • Scénariste : Fred Weytens, d’après le roman de Silvio Panucci
  • Dessinateur : Yan Le Pon
  • Editeur: Paquet
  • Prix: 15€
  • Sortie: 27 mai 2015

Les Verts

les verts
Frères ennemis est le premier tome de la nouvelle série jeunesse des éditions Hugo BD, Les Verts, signé Frédéric Brrémaud et mis en image par Armentaro et qui met en scène la rivalité de deux adolescents joueurs de football dans le club de Saint-Etienne.

Résumé de l’éditeur :
Rémi et Melvin sont deux jeunes ailiers, du centre de formation de l’ASSE, l’équipe de Saint-Étienne. Pour tous, ce sont les frères ennemis. Ils sont doués, très doués, mais se détestent cordialement, pour une vieille histoire. Pour preuve, en ouverture d’album, lors d’un match « amical » contre une équipe de jeune lyonnais, et à cause d’une mésentente, ils manquent un but et font perdre leur équipe.
Jorge Da Costa, un ancien joueur brésilien de l’AS Saint-Étienne, et entraîneur d’une équipe de jeunes, est désespéré. Il croit au talent des frères ennemis, mais a du mal à les défendre. Dans les vestiaires, il les sermonne, les menace d’une expulsion décidée par les hautes instances, s’ils continuent sur cette même voie. Les phases d’entraînement sont prometteuses, mais on n’y est pas encore. Pourtant, Julien, par sa joie de vivre, sa générosité, sa poésie également, voire sa folie, va réussir à réconcilier Rémi et Melvin, les frères ennemis. Quand Jorge rencontre l’avant-centre qui manquait à l’équilibre de son équipe junior.

EQUIPE
Tout le monde connaît l’équipe de l’ASSE (Association sportive de Saint-Etienne), le club mythique de football qui a vu jouer les plus grands : Rocheteau, Larqué ou Platini. Dans le fameux Chaudron Vert, le stade Geoffroy Guichard de nombreux matchs ont vu la légende de ce club s’intensifier. Après le PSG ou l’OM, c’est au tour des Verts de voir des aventures dessinées se dérouler en album. Commande du club, le premier récit des Verts est l’œuvre de Frédéric Brrémaud, scénariste qui commence à compter dans le petit monde du 9e Art (plus de 30 séries à son actif) : Aliénor avec Donald (Soleil), Chats ! avec Paolo Antista (Hugo BD), Drakka avec Lorenzo De Felici (Ankama) ou encore Guerre et Paix avec Thomas Campi (Glénat).

Pour ce premier volume, il met en place la rivalité forte entre Melvin et Rémi, deux fortes têtes, qui jouent pour le centre de formation de Saint-Étienne. A cause de leurs chamailleries quotidiennes, l’équipe de jeunes perd contre l’éternel rival Lyon, l’ambiance se dégrade et le président du club demande même qu’ils soient renvoyés. Jorge, leur entraîneur, démissionne après leur avoir dit qu’ils devaient quitter le club. Après un échange, l’homme fort du club rattrape le coup et le vieux brésilien reste. Quelques jours plus tard, accompagné de Julie son assistante, il déniche Julien, un skateur qu’il va transformer en joueur de football…

LesVertsT1_InterieurOk_Page_38
Simple dans sa construction et dans son intrigue, l’histoire de Brrémaud est parfaite pour les plus petits, amoureux du ballon rond. En plus de la rivalité des deux héros, il ajoute une galerie de portraits assez bien sentie : président, entraîneur mais surtout jeunes joueurs donnent de la couleur à l’album, non dénué d’humour. Pour la partie graphique, Armentaro s’en sort avec les honneurs. L’auteur italien, dont c’est le premier album, livre une prestation sympathique et efficace. Malgré quelques erreurs de débutant dans sa mise en scène, il prouve sa bonne volonté dans les mouvements de ses personnages (même si parfois cela semble figé). Il faudra néanmoins faire un grand travail sur les couleurs un peu fades.

  • Les verts, tome 1 : Frères ennemis
  • Scénariste : Frédéric Brrémaud
  • Dessinateur : Armentaro
  • Editeur: Hugo BD
  • Prix: 10.45€
  • Sortie: 1er juillet 2015

Le landais volant

landais (2)
Le blanc qui parle tout seul est le quatrième volume du Landais volant, la saga aventurière de Jean-Dextre Pandar, un drôle de voyageur-touriste, édité par Futuropolis.
Résumé de l’éditeur :
Babagarage, Sénégal, printemps 2008. Le baron accompagne une association humanitaire qui vient poser trois kilomètres de canalisation pour relier le village au château d’eau de Barbarage. Le chef du village les accueille à sa manière : « Les Blancs il viennent toujours. Depuis longtemps. Comme les sauterelles. Ils font des choses parce que chez eux ils s’ennuient. Parfois des choses bien. Parfois mauvaises. Vous, vous venez construire l’eau chez nous, c’est bien. Comme ça les jeunes ils resteront ici plutôt que d’aller chez vous où ils sont maltraités… » Le travail commence, dans la bonne humeur, même s’il faut faire avec les politiques, marabouts et autres policiers dont l’intérêt pour le projet est loin d’être humanitaire.

landais (3)
Pour fonder son histoire, Nicolas Dumontheuil a utilisé le voyage à Babagarage au Sénagal qu’il a effectué avec son ami le scénariste Christophe Dabitch, avec lequel il avait réalisé La colonne, deux albums Futuropolis.

LANDAIS-4-650px
Dumontheuil a mis en scène les mésaventures de Jean-Dextre Pandar de Cadillac, un noble gascon un peu vantard mais ô combien humain et humaniste. A l’instar de Cyrano de Bergerac, il possède un nez proéminent et D’Artagnan, un certain panache. Comme ces illustres aînés, il aime les voyages et décide d’aller en Afrique à la rencontre des habitants de nombreux pays. Avec son association humanitaire, il met en place une canalisation pour apporter de l’eau dans un village. Malgré ses bonnes intentions, l’homme multiplie les désagréments, les maladresses et les catastrophes. Il « ne comprend rien mais veut être exemplaire ». En voulant en faire toujours d’avantage, il se vautre et en devient ridicule ; ce qui enchante le lecteur.

landais (1)
De nature très comique par son personnage de papier, le récit permet de mettre en lumière les africains dans toute leur diversité et enfin rendre hommage à ces hommes, ces femmes et ces enfants si vivants et qui n’attendent pas les européens comme le messie.

Le dessin de Nicolas Dumontheuil d’une grande souplesse est d’une belle efficacité. Son trait parfois burlesque, notamment pour Jean-Dextre, participe lui aussi au comique de l’album. A noter le grand soin apporté aux couleurs, d’une belle chaleur.

  • Le landais volant, tome 4 : Le blanc qui parle tout seul
  • Auteur: Nicolas Dumontheuil
  • Editeur: Futuropolis
  • Prix: 17€
  • Parution: 05 juin 2015

Comprendre la Chine en BD

comprendre (1)
Les éditions Kotoji par son label Asian District proposent le premier volume de Comprendre la Chine en BD, un manhua signée Jing Liu. Ce premier volume survole la période historique allant de L’empereur Jaune à la Dynastie Han (de 2697 avant J.-C. à 220 après J.-C.)
Résumé de l’éditeur :
En juste 3 décennies, la Chine est passée d’un pays du tiers-monde à la deuxième puissance économique mondiale. Elle a sorti plus de 600 millions de personnes de la pauvreté quand la moitié de la planète vit encore en-dessous du seuil de pauvreté.
Le développement astronomique et le potentiel de la Chine pour devenir la prochaine superpuissance a attiré une grande attention. Ces changements drastiques ne sont pas arrivés nécessairement par choix politique. Les pressions internes et externes, enracinées dans l’histoire, ont poussé la Chine à se métamorphoser pour passer d’une société agricole statique à une nation moderne et diversifiée.

comprendre (3)
Comprendre la Chine en BD comprend à ce jour 4 volumes : Volume 1: L’empereur Jaune et la dynastie Han (2697 av. J-C – 220 apr. J-C), Volume 2: Les 3 Royaumes et le Dynastie Tang (220 – 907), Volume 3: Les 5 dynasties et et les 10 Royaumes, à travers la Dysnatie Yuan sous le règne Mongole (907 – 1368) et Volume 4: Les Dynasties Ming et Qing (1368 – 1911). Quelle gageure que de se lancer dans cette fresque historique qui ira de -2697 avant J.-C. jusqu’à nos jours de la part de Jing Liu. Ce manhua fut publié pour la première fois par Moli en 2013 en Chine. Ce sont les éditions Kotoji qui ont acquis les droits pour la France.

comprendre (2)
Ce manga est avant tout un ouvrage pédagogique pour mieux appréhender l’histoire de la Chine, un pays vaste, très peuplé et qui aujourd’hui est la deuxième puissance économique du monde. Dans un premier temps, Jing Liu nous présente quelques notions essentielles : la présentation des 9 dynasties chinoises importantes et majeures (sur 95 connues), les conditions géographiques du pays (le fleuve Jaune, les moussons…), le berceau de sa civilisation (la vallée du Fleuve Jaune) ou les vagues successives de nomades qui ont joué un rôle important (turcs, khidans, mongols, mandchous…). Tout au long de l’album, il parsème des explications de notions importantes pour les chinois. Ensuite vient les débuts de la civilisation chinoise, l’Ecriture et les dynastie Zhou (de 1046 avant J.-C. à 256 avant J.-C.), des Han (de 202 avant J.-C. à 220 de notre ère).

En ce qui concerne les dessins, ils sont simples et sommaires (personnages figés pour expliquer). Nous pouvons plutôt parler d’illustrations ; ce n’est d’ailleurs pas un vrai album de bande dessinée mais plutôt une succession de vignettes.

  • Comprendre la Chine en BD, volume 2
  • Auteur: Jing Liu
  • Editeur: Kotoji – Asian District
  • Prix: 13.95€
  • Parution: 26 juin 2015

Et pour quelques pages de plus…

Pour compléter notre sélection de la semaine, Case Départ vous conseille aussi les albums suivants :

Cahier de vacances

pour les adultes geeks et déviants

cahier de vacances (2)
Les cahiers de vacances pour adultes sont très tendance depuis quelques années. Ankama par son label 619 se fraye un chemin dans toutes les nouveautés de ce genre.

Résumé de l’éditeur :
Le Label 619 est heureux de proposer son premier cahier de vacances pour adultes. Ici pas d’exercices relou de grammaire ou de maths, mais une multitude de rubriques et de jeux aussi saignants que distrayants : repérez les menaces de vos vacances (attaques de requins, méduses tueuses…) ; testez votre personnalité (Quel psychopathe êtes-vous ?) ou vos connaissances sur les gangs, les serial killers ou encore les jeux vidéo et séries de votre enfance ! Vous y retrouverez aussi plein de QCM, coloriages sur des illustrations de Run, Florent Maudoux, 123 Klan, etc.

cahier de vacances (1)
Décalé et délirant, ce Cahier de vacances pour adultes geeks et déviants va ravir les amateurs trentenaires de ce style. Après les passeports vacances Nathan ou Hatier, le label 619 s’y colle. Si les vacanciers aiment les destinations exotiques, le cahier propose des destinations frissons, mais aussi des gangsters, des mascottes, les silhouettes de dictateurs ou des tatouages à terminer et colorier. En plus, le lecteur peut remplir des grilles de mots fléchés, de mots mêlés, faire des tests de psychologie, chercher les décès surprenants de popstars ou de célébrités mais aussi le jeu des 7 différences. Bien évidemment, il y a les corrections à la fin pour vérifier les réponses.

cahier de vacances (3)

  • Cahier de vacances pour les adultes geeks ou déviants
  • Auteur: Collectif
  • Editeur: Ankama, label 619
  • Prix: 6.90€
  • Parution: 12 juin 2015

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Casedepart 4468 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines