Magazine Société

Grèce, ce que les médias ne vous disent pas...

Publié le 11 juillet 2015 par Philippejandrok

J'ai traduit ce long article en anglais publié par Chris Kanthan, Nation of Change | Source: http://www.whydontyoutrythis.com/2015/07/greece-this-is-what-you-are-not-being-told-by-the-media.html.

Dans cet article, l'auteur décrit avec rigueur l'explication de la dette et la prise d'otage exercée par les banques et les lobbys en Grèce et partout en Europe. 

Cette dette fictive, est fabriquée, conçue de manière artificielle pour ruiner les peuples en commençant par la Grèce. Il montre également que chaque pays endetté se voit attribué par la BCE un imbécile, l'imbécile qui relaye la pensé de ses maitres, celui-là est systématiquement mis à l'économie, dans tous les pays d'Europe, en France également, c'est une poupée dans laquelle, ceux, que l'auteur appelle, les "Banksters", enfile une main par le cul jusqu'à la bouche du pantin pour lui faire dire tout ce qu'ils veulent. Je vous en souhaite bonne lecteur et n'oubliez pas, nous vivons une époque formi...diable! 

GRÈCE, CE QUE LES MÉDIAS NE VOUS DISENT PAS...

Chaque média traditionnel a le discours suivant sur la crise économique en Grèce: 

- le gouvernement dépensé trop d'argent et a fait faillite; les généreuses banques leur ont donné de l'argent, mais la Grèce ne peut toujours pas payer la facture parce qu'elle a mal géré l'argent qui lui a été donné. 

Cela semble parfaitement raisonnable, non? 

Sauf qu'il c’est un bon gros mensonge ... non seulement sur la Grèce, mais sur d'autres pays européens comme l'Espagne, le Portugal, l'Italie et l'Irlande qui tous connaissent divers degrés d'austérité. 

C’était également le même grand mensonge qui a été utilisé par les banques et les lobbys pour exploiter de nombreux pays en Amérique latine, dans les pays asiatiques et africains pendant de nombreuses décennies.

La Grèce n'a pas sombré toute seule. Sa chute a été programmée et provoquée. 

En résumé, les banques ont corrompu le gouvernement grec et ont délibérément poussé dans un endettement insoutenable la Grèce, de sorte que les oligarques et les sociétés internationales pouvaient profiter du chaos et de la misère qui a suivi. 

Si vous êtes un fan des films sur la mafia, vous savez comment la mafia se charge de prendre un restaurant populaire. 

D'abord, la mafia ferait quelque chose pour perturber l'entreprise 

- organiser un meurtre au restaurant ou un incendie. Puis, dès que l'entreprise commence à souffrir du manque de présentation, le parrain serait généreusement intervenu pour offrir un peu d'argent comme un signe d'amitié. 

En retour, un homme de main prend le relais de la comptabilité du restaurant, un autre est mis en charge de la passation des marchés, et ainsi de suite. 

Inutile de dire que le propriétaire commence un voyage dans une spirale sans fin et qu’il sera bientôt sans le sou et, si par chance il est encore vivant.

À présent, reproduisons le schéma mafia sur la finance internationale en quatre étapes : 

Étape 1 

- La première et principale cause responsable de l’échec de  la Grèce est la «Grande Crise financière" de 2008, qui était le fruit (une escroquerie de grande envergure) de Wall Street et des banquiers internationaux. Si vous vous souvenez, les banques sont apparues avec une idée géniale, celle d’accorder des prêts hypothécaires « subprimes » à quiconque pouvait en masquer la réalité. Ils ont ensuite emballé toutes ces bombes financières à retardement et les ont vendus comme «titres hypothécaires garantis", accordant un bénéfice énorme aux acquéreurs, vendus à travers diverses entités financières, à travers le monde. 

Un grand organisateur et manipulateur de cette activité criminelle est une autre branche du système bancaire, le groupe des agences de notation - S & P, Fitch et Moody - qui ont accordé des évaluations astronomiques à la bourse destinées à faire échouer ses produits financiers. 

Des politiciens sans scrupules, tels que Tony Blair, étaient payés par les grandes banques pour colporter ces titres toxiques auprès des fonds de pension et des mutuelles dans tous les pays d'Europe. 

Les banques et les gourous de Wall Street ont fait des centaines de milliards de dollars de bénéfice grâce à ce programme frauduleux. Mais ce n’était tout simplement que la première étape de leur énorme escroquerie au niveau international. 

Il y avait beaucoup plus de profit à faire dans les trois prochaines étapes! 

Étape 2 

C’est au moment où les bombes à retardement financières ont explosé. Les banques commerciales et d'investissement à travers le monde se sont effondrées en l’espace de quelques semaines. Les gouvernements au niveau local et régional ont vu leurs investissements et actifs s’évaporer.  Le chaos et la panique partout. Les Vautours comme Goldman Sachs et d'autres grandes banques ont énormément profité de trois manières :

La première, ils pouvaient acheter d'autres banques croulant sous les dettes et ruinées par les « subprimes » pour un euro symbolique, une banque comme Lehman Brothers ou la Washington Mutual. 

Deuxièmement, plus dans le registre de la haine, Goldman Sachs et des initiés comme John Paulson (qui a récemment fait don de 400 millions de dollars à Harvard) avaient parié que ces titres allaient imploser. Paulson a fait des milliards de bénéfices sur cette affaire, et les médias ont célébré son sens commun. (Pour une analogie, imaginez les terroristes qui parieraient sur 9/11 pour en tirer profit, et ce n’est pas seulement une hypothèse.) 

Troisièmement, pour remuer le doigt dans la plaie, les grandes banques ont demandé un plan de sauvetage aux citoyens mêmes, que ces banquiers avaient ruinés! On a donc levé de nouveaux impôts pour aider les banques.

Les banquiers ont la baraka. Aux États-Unis, ils ont obtenu des centaines de milliards de dollars des contribuables et des trillions de la Federal Reserve Bank qui n’est rien d’autre qu’une tête de pont pour les banquiers. 

En Grèce, les banques nationales ont obtenu plus de 30 milliards de dollars de sauvetage du peuple grec. le gouvernement grec prétendument irresponsable devait renflouer les banquiers capitalistes inconditionnels. 

3. Étape 3

Lorsque les banques obligent le gouvernement à accepter des dettes massives. Prenez cette métaphore de la biologie, envisagez un virus ou une bactérie. Tous ont pour stratégie unique d’affaiblir le système immunitaire de l'hôte. Une des techniques éprouvées, et utilisées par les banquiers internationaux parasites, est de déclasser les obligations (titres) d'un pays. 

Et c’est exactement ce que les banquiers ont fait, à partir de la fin 2009. 

Cela provoque immédiatement une hausse vertigineuse des taux d'intérêt (les «rendements») sur les obligations qui  montent au point que le pays victime ne peut plus faire face à cette hausse incohérente, mais calculée. Ce qui a pour conséquence de rendre de plus en plus coûteux le moindre emprunt pour le pays ou même simplement de continuer à fonctionner sur les obligations existantes. 

De 2009 à la mi-2010, les rendements à 10 ans des obligations grecques, ont presque triplé! 

Cette attaque financière cruelle menée par les banquiers, a mis à genoux la Grèce et son gouvernement, et les "banksters" ont remporté leur premier contrat d'un énorme 110 milliards d'euros de la dette. 

Les banques contrôlent également la politique des nations. 

En 2011, lorsque le Premier ministre grec a refusé d'accepter un second renflouement massif, les banques l'ont démissionné de son ministère et il a immédiatement été remplacé par le vice-président de la BCE (Banque centrale européenne)! Aucune élection nécessaire.

Voyez la démocratie. Et que ferait ce nouveau le vice-président de la BCE en Grèce ? 

Signer juste sur la ligne en pointillé de chaque document que les banquiers lui apportent.

 (Soit dit en passant, le lendemain, se produisait exactement la même chose en Italie, où le Premier ministre a démissionné pour être remplacé par une marionnette banquier / économiste. Dix jours plus tard, l'Espagne avait une élection prématurée où une marionnette de banquier a remporté l'élection et en France, ils ont viré Cahuzac pour installer Macron, marionnette des banquiers devenaient ministre de l’Économie). 

Les montreurs de marionnettes ont eu le meilleur mois de leur histoire en novembre 2011. 

Quelques mois plus tard, en 2012, la manipulation du marché obligataire a été utilisé lorsque les "banksters" ont fait monter les obligations grecques à 50% supplémentaires de leurs valeurs !!! 

Ce terrorisme financier a immédiatement eu l'effet désiré: le parlement grec a accepté un deuxième plan de sauvetage massif, encore plus grand que le premier.

À présent, un autre fait, que la plupart des gens ne comprennent pas. 

Les prêts ne sont pas seulement de simples prêts que vous obtiendriez avec votre carte de crédit ou une banque. Ce sont des prêts consentis avec des règles très strictes qui exigent la privatisation des actifs d'un pays. 

Si vous avez vu Le Parrain III, rappelez-vous Hyman Roth, l'investisseur qui a vendu Cuba à ses amis. Remplacez Hyman Roth avec Goldman Sachs ou le FMI (Fonds monétaire international) ou la BCE, et vous obtenez le tableau.

 4. Étape 4  

- À présent, le viol et l'humiliation d'une nation commencent sous le nom «d'austérité» ou de «réformes structurelles». 

Car, la dette qui a été basée sur «l'austérité» et les «réformes structurelles», la Grèce a dû vendre la plupart de ses actifs rentables pour les oligarques et les sociétés internationales. 

Les privatisations sont impitoyables, impliquant tout et n’importe quoi, en fait, tout ce qui est rentable. 

En Grèce, la privatisation inclut l'eau, l'électricité, les bureaux de poste, les services aéroportuaires, les banques nationales, les télécommunications, les autorités portuaires (ce qui est un poste énorme dans un pays qui est un chef de file mondial dans le transport maritime) etc. 

Bien sûr, les banquiers manipulateurs exigent toujours une privatisation immédiate de tous les médias, ce qui signifie que le pays obtient une télévision soumise au pouvoir qui crache la propagande mise en place chaque jour, et pour dire aux citoyens qui souffrent que les banksters avides sont leurs sauveurs ; et sous l'austérité se cache l'esclavage, ce qui est tellement plus simple que l'alternative. 

À cela s’ajoute, que les banquiers dictateurs obtiennent également de dicter le budget du gouvernement. 

Ça ne vous rappelle pas un certain Macron en France ?

Vous voulez réduire les dépenses militaires? NON! 

Voulez-vous augmenter l'impôt sur les oligarques ou grandes sociétés? NON! 

Cette microgestion est inexistante dans toute autre relation créancier-débiteur. 

Donc, que se passe-t-il après la privatisation et le despotisme des banquiers ? 

Bien sûr, les revenus du gouvernement sombrent automatiquement et la dette augmente davantage. 

Comment pouvez-vous «réparer» ça ? 

Bien sûr, il faut réduire les dépenses! Licencier des travailleurs publics, réduire le salaire minimum (ce que demande Macron en France) les pensions, couper, couper dans les services publics, et augmenter les taxes sur tout ce qui pourrait affecter les 99%, mais pas le 1%. 

N'est-ce pas ce qui se passe en France ?

Par exemple, la retraite a été réduite de moitié et la taxe de vente en augmentation de plus de 20% (TVA). 

Toutes ces mesures ont abouti en Grèce, en passant par une calamité financière qui est pire que la Grande Dépression des États-Unis dans les années 1930. 

Après tout cela, quelle est la solution proposée par les banquiers sans cœur ? 

Impôts plus élevés! Plus de coupes dans les retraites! 

Comme en France.

Il faut être un type spécial de psychopathe pour plonger un pays dans l'austérité, tout en créant un holocauste économique. 

Si chaque citoyen grec avait connu la vérité sur l'austérité, ils ne seraient pas tombés dans ce piège. Idem pour l'Espagne, l'Italie, le Portugal, l'Irlande et d'autres pays en passage par l'austérité. 

La triste conséquence de tout cela, est que ce ne sont pas des stratégies uniques. 

Depuis la Seconde Guerre mondiale, ces pratiques prédatrices ont été utilisées de nombreuses fois par le FMI et la Banque mondiale en Amérique latine, en Asie et en Afrique ceci est l'essence du Nouvel Ordre Mondial - un monde détenu par une poignée de sociétés et de banques; un monde qui est plein d’obéissants, serfs de la dette impuissants. 

Chère Grèce, sachez que le monde est en train de prier pour vous. 

Ce week-end, votez NON à l'austérité. Dites OUI à la liberté, l'indépendance, l'autonomie, la souveraineté et la démocratie. Allez aux urnes ce week-end et  donnez une retentissante victoire, claire pour les 99% en Grèce, en Europe, et dans l'ensemble du monde occidental. Donc, il est temps pour les gens fiers de la Grèce de se lever comme Zeus et de dire NON ("OXI») aux maîtres de marionnettes avides, oligarques antipatriotiques, banquiers parasites et politiciens corrompus Mise à jour:. Dans référendum de dimanche un total de 6,16 millions de Grecs (62,5 pour cent des électeurs admissibles) ont voté et plus de 61% des Grecs dit "NON"! | Source: http://www.whydontyoutrythis.com/2015/07/greece-this-is-what-you-are-not-being-told-by-the-media.html


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippejandrok 11422 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine