Magazine Bd

De père en FIV – William Roy

Par Belzaran

DePereEnFIV


Titre : De père en FIV
Scénariste : William Roy
Dessinateur : William Roy
Parution : Juin 2014


Le livre témoignage est une forme d’autobiographie de plus en plus utilisé. Alors quand cela touche un sujet de société, difficile de ne pas être un tant soit peu intéressé. William Roy se découvre stérile et doit se lancer dans la difficile épreuve de la fécondation in vitro, ou FIV pour les intimes. Le tout est paru aux éditions de la Boîte à Bulles, dans la collection Contre Cœur, pour un total de plus de 150 pages.

Lorsque l’on propose un témoignage sur un sujet difficile, il faut savoir se découvrir. Ici, William Roy nous présente sa stérilité (ou oligoasthénotératozoospermie), qui le touche dans sa virilité. De plus, être la personne de sa famille qui coupe la lignée le frappe durement. Mais pas de panique : de nos jours, la FIV existe et permet aux couples en difficulté d’avoir un enfant quand bien même.

Une autobiographique qui manque cruellement d’empathie.

DePereEnFIV2On découvre donc toutes les étapes que l’on peut imaginer : comment William apprend la nouvelle, comment il la vit, comment il l’annonce à ses proches, comment se passent les analyses, puis les FIV, etc. En cela, l’histoire manque un peu de surprise. Tout est très classique et on n’apprend finalement pas beaucoup de chose. Le tout se lit rapidement, entre passages intimes et passages didactiques. La narration hésite d’ailleurs entre le documentaire et le récit intimiste. À ne pas faire de choix, il perd en force.

Ce qui est le plus gênant est certainement le manque d’émotion qui se dégage de l’ensemble. Les moments difficiles existent, se veulent puissants, mais ça ne fonctionne pas vraiment (pour ceux qui ne l’ont pas vécu bien entendu. Pour les autres, cela doit être différent). Tout est trop convenu, cela manque de personnalité pour créer une empathie supplémentaire pour les personnages. Et quand au bout de 120 pages un médecin demande (enfin !) à sa femme d’arrêter de fumer pour enfanter, on croit rêver. Le détail est certainement « vrai », mais il a bien du être abordé bien. Cela laisse le lecteur dubitatif.

Ce manque d’émotion vient certainement du dessin, un peu grossier. Très inégal, il manque d’expressivité. Il n’est pas évident de dessiner des gens qui passent leur temps devant des médecins, mais les personnages sont trop froids pour un sujet pareil. De même, l’utilisation de la bichromie est très inégale. On est plus ou moins sur « une couleur = une scène » mais parfois d’autres couleurs sont ajoutées sans que l’on comprenne pourquoi.

Le trait épais de William Roy serait moins gênant si l’auteur ne prenait pas le soin, par moments, de nous dessiner des décors très précis. Ces derniers tombent comme un cheveu sur la soupe, modifiant le graphisme général d’une planche ou d’une case, sans que l’on comprenne pourquoi. Alors que les décors sont habituellement suggérés ou à peine esquissé (ce qui est plutôt adapté), certaines cases semblent avoir été décalquées. Un choix peu pertinent pour le coup.

DePereEnFIV1

« De père en FIV » est un témoignage intéressant à défaut d’être vraiment touchant. Si ce livre ne parlait pas d’un sujet fort (qui plus est sous forme d’autobiographie), son inconstance tant narrative que graphique sauterait aux yeux. Alors on lit le livre d’une traite, s’intéressant à la vie de ce couple en se demandant s’ils parviendront à avoir un enfant. Mais c’est tout.

avatar_belz_jol

note2


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Belzaran 2637 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines