Magazine Cinéma

[Critique] ANT-MAN

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] ANT-MAN

Titre original : Ant-Man

Note:

★
★
★
☆
☆

Origines : États-Unis/Angleterre
Réalisateur : Peyton Reed
Distribution : Paul Rudd, Michael Douglas, Evangeline Lilly, Corey Stoll, Michael Peña, Bobby Cannavale, T.I., Wood Harris, Judy Greer, Hayley Atwell, Anthony Mackie…
Genre : Action/Fantastique/Science-Fiction/Adaptation
Date de sortie : 14 juillet 2015

Le Pitch :
Le Dr. Hank Pym, un inventeur de génie à l’origine d’une combinaison permettant à son porteur de rétrécir tout en décuplant sa force, fait appel à Scott Lang, un cambrioleur en quête de rédemption, afin de mettre fin aux agissements d’un scientifique ayant lui-même mis au point une arme destructrice. Criminel au grand cœur, Scott devra faire appel à tout son courage pour embrasser sa nouvelle destinée et devenir Ant-Man…

La Critique :
La genèse d’Ant-Man fut longue et laborieuse. Aujourd’hui, le film est là, mais les péripéties pour qu’il franchisse la ligne d’arrivée et se présente au public, faillirent le tuer dans l’œuf. Difficile en effet de ne pas évoquer le départ aussi soudain que dramatique d’Edgar Wright (Shaun of the Dead, Hot Fuzz…). Un départ dû à de sévères divergences d’opinion avec Kevin Feige, l’omnipotent patron des studios Marvel, qui firent passer pour beaucoup le projet du stade de potentiel chef-d’œuvre à probable navet. Il faut dire que Wright n’avait pas juste été embauché pour mettre en image un cahier des charges préétabli. C’était tout d’abord son idée d’aller chercher Ant-Man dans les comics de Stan Lee, et si il n’avait pas souligné le potentiel du personnage, il y a fort à parier que celui-ci serait resté étranger aux aventures cinématographiques de ses collègues les Avengers. Wright a donc bossé d’arrache-pied sur le long-métrage, écrivant le scénario et pensant jusqu’à la moindre parcelle de son ADN. Quand il claqua la porte, mettant douloureusement en exergue une intégrité quoi qu’il en soit admirable, le cinéaste s’est vu remplacé par Peyton Reed, le mec de Yes Man et de La Rupture. Pas vraiment le genre de réalisateur que l’on imagine à la tête d’un film de super-héros, mais précisément le profil idéal pour Kevin Feige et son désir de contrôle sur le moindre projet qu’il finance. Un spécialiste des comédies (romantiques) pour remplacer l’un des génies du cinéma de genre ? No problemo, ça va passer comme une lettre à la poste !
Ant-Man a donc continué sa route, bien aidé par Paul Rudd, qui a travaillé sur l’ébauche du script de Wright, épaulé par l’excellent Adam McKay, le réalisateur de Frangins malgré eux et de Very Bad Cops. Une alliance qui annonçait bel et bien une comédie davantage qu’un film d’action crépusculaire, mais qui promettait en tout cas de bien se fendre la poire.
Malheureusement, passé à la moulinette de Marvel (qui appartient à Disney), la verve habituellement plutôt trash des deux hommes, apparaît logiquement policée et soyons honnête, il est carrément difficile de les retrouver dans la succession de lieux communs qui caractérise le scénario du film, si on fait exception des quelques fulgurances laissant présager leur patte et celle de Wright. Oui, un gag arrive à faire sourire de temps en temps, mais c’est bien tout. Et en cela, remercions Michael Peña, soit le seul qui parvient à jouer constamment et avec beaucoup de brio sur la corde comique, sans se prendre les pieds dans le tapis. Paul Rudd aussi bien sûr, mais pour lui les choses se corsent car il est au centre de la dynamique et doit forcément composer avec les caractéristiques éculées du super-héros naissant made in Marvel. Scott Lang n’a rien de bien enthousiasmant. La promotion a beaucoup joué sur sa condition « normale » par rapport aux Steve Rogers et autres Tony Stark, mais au fond, cette normalité le dessert plus qu’autre chose, le rendant parfois plutôt inintéressant et lisse. Où est le Paul Rudd qui fait des merveilles chez Judd Apatow ? Quelque part au fond, si on regarde bien, en train de tenter de faire avec ce qu’on lui donne.

Ant-Man-Michael-Douglas-Evangeline-Lilly-Paul-Rudd

Il est bien entendu nécessaire de juger Ant-Man pour ce qu’il est et non pour ce qu’il aurait pu être. Peyton Reed fait par ailleurs du bon boulot, visuellement parlant. Sans trop de flamboyance mais avec application. Son action est lisible et parfois, plutôt virtuose, à l’occasion des multiples changements de taille du héros pendant les séquences d’action. On perçoit néanmoins une gêne chez le réalisateur. Quand il faut jongler avec la dramaturgie et l’action, puis avec l’humour. Pas habitué à jouer sur tous les tableaux, il survole ses personnages et suit une trame qui rappelle d’autres films de la maison mère. Son méchant par exemple, incarné par Corey Stoll, est aussi transparent qu’une feuille de papier calque, car copié sur celui que campait Jeff Bridges dans Iron Man. Jamais une vraie menace ne se fait sentir tant les enjeux restent à l’état embryonnaire, respectant les règles de l’univers partagé Marvel et condamnant in fine Ant-Man à l’état de luxueuse et prévisible introduction à quelque chose de plus grand. La méthode Marvel commencerait-elle à s’user ? Ici, peut-être, si on considère que le film de Peyton Reed n’a pas d’autre but que d’introduire un nouveau personnage amené à aider les Avengers. Son background personnel et son éveil à la « super-attitude » n’arrivant pas à faire la différence avec tout ce que le studio et ses concurrents nous ont présenté jusqu’alors.
On sent pourtant un vrai potentiel chez ce héros microscopique. Le long-métrage ne se prive pas de s’amuser en multipliant les séquences dans lesquelles le petit Ant-Man progresse dans des environnements familiers, devenus brusquement autant de théâtres de menaces potentielles. Une maquette, un train miniature, des circuits imprimés, Ant-Man tente d’accomplir de grandes choses dans de tout petits espaces. Ce qui est plutôt drôle, au début, mais devient, faute d’un traitement adéquat, plutôt lassant et répétitif par la suite. Ironiquement, le film lui-même finit par ressembler à une version light d’Iron Man et le héros à un outsider dont le potentiel ne parvient pas à décoller.

Mais Ant-Man n’est pas pour autant un mauvais film. Loin s’en faut. L’humour, certes plus amusant qu’hilarant et les effets-spéciaux, très convaincants, sauvent les meubles. Tout comme les acteurs. On sent par exemple chez Michael Douglas un vrai plaisir à incarner Hank Pym, un personnage emblématique des comics relégué au rang de mentor. Evangeline Lilly n’a pas les coudées franches, mais elle profite des rares occasions qui lui sont données pour faire de son rôle autre chose que la simple caution féminine et sexy.
Finalement, le problème vient de ce côté très prévisible. On sent en permanence le caractère balisé du projet, qui échoue à faire oublier ce qu’il aurait pu être. Il s’agit surtout d’un prétexte. D’un prétexte de 2 heures pour organiser l’arrivée d’un « petit nouveau » avant le grand barnum de Captain America : Civil War. La machine Marvel tourne à plein régime. Bien huilée, elle accouche d’un film en tous points conforme à son cahier des charges. D’un long-métrage aux ficelles trop voyantes d’où l’émotion a bien du mal à s’extirper. Les fourmis par exemple, auraient pu être attachantes alors qu’elles ne le sont pas. Tout ce qu’elles font, c’est couvrir le héros. L’amener d’un point A à un point B.
Malgré leurs efforts, et le solide potentiel de l’Homme-Fourmi, Paul Rudd et Adam McKay se font écraser par les clichés. Un peu comme si, embarrassé par un film qu’il n’avait pas souhaité, Kevin Feige avait bâclé l’affaire. Moins rentre-dedans que Captain America, moins fantasque que Thor, moins charismatique qu’Iron Man et moins attachant que les Gardiens de la Galaxy, Ant-Man méritait mieux pour s’exprimer véritablement. Espérons que le futur lui laisse l’occasion de prouver sa valeur. Ici, il est surtout le pivot d’une aventure familiale sans trop de reliefs, divertissante, mais inoffensive.

@ Gilles Rolland

Ant-Man-Paul-Rudd
Crédits photos : Marvel France / The Walt Disney Company France


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines