Magazine Concerts & Festivals

Kath Biss & the Boom Boom Rockets @ The O Bar at the Thon Hotel Rogier- Bruxelles- le 14 juillet 2015

Publié le 14 juillet 2015 par Concerts-Review

Kath Biss & the Boom Boom Rockets @ The O Bar at the Thon Hotel Rogier- Bruxelles- le 14 juillet 2015

Second concert de la soirée au Thon, encore moins de monde!

Avec Kath Biss et ses Boom Boom Rockets, Gert Surfing Airlines Geluykens a, à nouveau, eu le nez fin, ces Canadiens ( Montréal) pas trop connus hors de la cité fondée par Paul de Chomedey de Maisonneuve, ont époustouflé le lounge bar bruxellois de leur classe.

Avant de tenter de narrer leurs exploits, on te signale qu'ils sont encore dans nos contrées pour un petit temps, ils iront dérider les badauds aux Gentse Feesten, passeront à Oudenburg et Ottenburg, si tu aimes le rockabilly, le swing, le vintage rock'n'roll, les rouquines provocantes à la voix d'enfer et les Gretsch guitars, choisis une des dernières dates de leur European tour.

Kath Biss, tu peux pas la rater, grande, fine, tatouée du petit orteil jusqu'à la nuque, chevelure d'un rouge agressif, idem pour les lèvres, lunettes yeux de chat et sourire à damner un curé inverti, ce mannequin ( Height: 5' 7" - Weight: 118 lbs - Bust: 34" - Waist: 25" - Hips: 37" ) en jette et si de plus on ajoute que son ramage surpasse son plumage, tu comprendras facilement que Lee s'est senti atteint par une flèche tirée par Cupidon.

Les Boom Boom Rockets: Léandre, des parents lettrés, Jolly-Pelletier à la guitare - Mark Peetsma à la upright bass et un petit nouveau, Carl St Louis, aux drums ( un kit riquiqui).

La sortie du premier album du groupe est prévue pour l'automne, mais ne va pas croire que leur répertoire se joue en 45', sur le sol traînaient cinq feuillets comptabilisant 20 titres chacun.

La setlist du jour dépendant de l'humeur des musiciens.

Pas contrariés par le manque de public, Kath et ses fusées démarrent avec le classique ' Fever' histoire de prendre la température.

Il n'aura fallu qu'un seul morceau pour piger qu'on allait passer une excellente soirée.

Une Pils et une Blanche, nous sommes parés, envoyez la suite!

Eddie Cochran ' Twenty Flight Rock' .

Oufti, ça déménage!

Espiègle la rouquine nous minaude 'Stupid Cupid' avant d'annoncer, en parlure québécoise, une chanson de Nancy Sinatra, 'These boots are made for walking' avec un couplet en français...

Toi, tu joues avec le feu et tu t'amuses

Mais un jour viendra où tu vas te brûler...

Merci Eileen!

Are you ready boots et elle sort un kazoo moqueur.

Tout bonnement irrésistible!

Un tube auto-tamponneuse, 'Run around Sue' (Dion) puis Elvis, 'Little Sister', décoré d'une subtile envolée du copain de Scapin, puis 'Lucille'(Little Richard).

Lee est ensorcelé, il se fourre des peanuts dans le nez!

Quelle voix, cette gonzesse.

Léandre lui souffle' Dynamite' ( Brenda Lee), un titre approprié.

Un dessert?

'Tutti Frutti' .

Elle s'appelle comment ta copine, Richard?

Sue.

Comme Johnny Cash!

Magali Noël est décédée il y a peu, elle chantait si bien Vian, voici l'indémodable 'Fais moi mal, Johnny'.

Pour le petit chaperon rouge 'Stop Whistlin' Wolf" et enfin, avant le break, l'incroyable 'Juste une p'tite nuite' (Les Colocs) sonnant comme les meilleurs Vaya Con Dios.

Et bien, mes petites loutres, it's a relaxed set tonight, it's just like a vacation on tour, ça vous dit une petite virée in Chuck Berry's automobile, 'No particular place to go'.

Elle King, vous connaissez?

'Ex's and Oh's'.

Non, on va jeter une oreille à ce truc, ça sonne pas con!

Retour aux classiques, 'Oh boy', un petit intermède 'Blue Suede shoes' et puisque c'est du rockabilly et que Philippe Geluck a failli venir, 'Stray cat strut', tu permets, Philippe qu'on y insère quelques fragments de 'Hit the road, Jack'?

Let's go on in trainbeat style.

Wanna learn how to play slap bass, have a look, ça cogne sévère pour enchaîner sur l'inévitable 'Folsolm prison blues' du man in black, un petit détour du côté des pays du Maghreb avant de larguer Johnny devant les portes du pénitencier.

Ce guitariste est loin de faire de la figuration.

Qui préfères-tu Etta James ou Christina Aguilera?

Le 'Tough lover' fait mal et la cover de Def Leppard 'Pour some sugar on me' qui va s'entendre sur leur LP n'est pas moins musclée.

Bruxelles, on doit vous quitter, on nous attend du côté de Gierle, vite une dernière berceuse et comme mon verre de Leffe est vide je tambourine dessus, se dit Carl.

Quoi, un bis?

Tu le demandes si gentiment, rien que pour toi, Wanda Jackson, 'Fujiyama Mama', et une dernière pour la route 'Jauni bigoude' de Charles Edward Anderson Berry.

Grande soirée, on reviendra!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 34401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte