Magazine Cinéma

[Critique] EVERLY

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] EVERLY

Titre original : Everly

Note:

★
★
★
½
☆

Origine : États-Unis
Réalisateur : Joe Lynch
Distribution : Salma Hayek, Togo Igawa, Jennifer Blanc, Akie Kotabe, Gabriella Wright…
Genre : Action/Thriller
Date de sortie : 17 juillet 2015 (e-cinéma)

Le Pitch :
Everly est call-girl, mais Everly est aussi indic pour la police. Quand son souteneur s’en aperçoit, les choses partent méchamment en vrille pour celle qui, retranchée dans un appartement, doit affronter des hordes de tueurs…

La Critique :
Salma Hayek n’a jamais hésité à changer de registre. Désireuse de ne pas s’enfermer dans un style en particulier, elle a souvent fait preuve d’une volonté farouche d’offrir à ses fans des performances variées. Patronne de cartel dans Savages, femme d’Adam Sandler dans les deux Copains pour toujours, vampire ultra sexy dans Une Nuit en enfer, icône disco dans Studio 54, Frida Kahlo dans le biopic Frida, rien ne semble faire peur à l’actrice mexicaine, quitte parfois à se planter et devoir rebondir. Il n’est alors pas étonnant de la retrouver dans le violent Everly. Un rôle qu’elle a accepté après le départ précipité de Kate Hudson, de prime abord embauchée pour le job.

everly-Salma-Hayek

Dès les premières minutes, Everly annonce la couleur. Complètement nue, choquée, en proie à d’immondes salopards, Salma déboule dans une salle bain après avoir méchamment morflé. Sans tambours ni trompettes, le film promet du sang et des larmes, à travers la lutte à mort d’une call-girl fatiguée de se faire maltraiter par un patron sévèrement barjot. Et en effet, la suite est au diapason.
De par sa condition de huis-clos, le long-métrage se déroule entièrement dans un immeuble. Dans un appartement, plus précisément, qui devient le théâtre d’un carnage dont la barbarie n’a d’égal que la frénésie des fusillades et autres bastons qui rythment une intrigue bas de plafond mais efficace.
Car en terme de baston, le film de Joe Lynch envoie du lourd. Réalisateur de Knights of Badassdom, Chillerama, et Détour Mortel 2, ce dernier ne fait pas dans la dentelle, au point de placer son long-métrage dans une catégorie bien particulière. Entre le pur trip d’action, le thriller et parfois le film d’horreur, Everly n’a jamais peur de franchir la ligne jaune et en cela de sombrer dans le mauvais goût extrême, parfois inhérent à des œuvres plus confidentielles. Il est donc étonnant de retrouver une actrice comme Salma Hayek tant celle-ci en prend plein la poire. Raison de plus pour saluer son courage.
Cela dit, la belle brune rend les coups au centuple. Cette espèce de vengeance motivée par un instinct de survie décuplé par la menace qui pèse sur sa famille, rythme une escalade dans la sauvagerie mise en image avec un certain esthétisme par un cinéaste visiblement heureux qu’on lui laisse les coudées franches. De par sa condition de série B privée d’une sortie en salle, ce pur délire rouge sang va loin, en adoptant un peu le même schéma que les jeux-vidéos, à l’instar de films comme The Raid. Cloisonnée dans un appartement transformé en zone de guerre, l’héroïne voit débarquer les ennemis, avant qu’une sorte de boss de fin de niveau fasse son apparition. Le scénario, simpliste, permet à l’action d’envahir l’écran et de se tailler la part du lion. En d’autres mains, Everly aurait pu en faire des caisses, à fond dans le premier degrés (un peu à la manière d’une production Europa Corp). Entre celles de Joe Lynch, il s’apparente au contraire à une sorte de cartoon pour adultes, où les membres volent et le sang coule dans des proportions indécentes.

Finalement, sous ses airs plutôt anecdotiques, Everly est probablement l’un des défouloirs les plus maîtrisés vus ces dernières années. Conscient qu’il évolue dans des sphères marginales et que certains ne vont pas manquer de fustiger sa violence hardcore, il saute à pieds joints dans la bataille et prend un malin plaisir à provoquer. En nuisette (quasiment) tout du long, Salma fait le show, tire, frappe, hurle, dans une espèce de valse joyeusement dysfonctionnelle, faisant par là le trait d’union avec des rôles comme celui du diptyque Desperado ou encore Une Nuit en Enfer. Robert Rodriguez, le responsable de ces longs-métrages, aurait d’ailleurs pu signer Everly. Le cahier des charges colle sur bien des points. Et c’est là-dessus que joue également Joe Lynch. Il rameute la Salma vue chez Rodriguez. Celle qui sait s’amuser à l’écran dans des spectacles déviants, bourrés à raz la gueule d’un second degré salvateur. Sans outrecuidance, il sait ce qu’il fait et jamais ne flanche. De par sa condition modeste, Everly est libre. Libre d’en faire des caisses, libre de défier la logique, la censure et le bon goût. À une époque où la démagogie motive bien souvent les donneurs de leçon à montrer du doigt tout ce qu’ils considèrent comme des affronts, de tels délires doivent être appréciés pour ce qu’ils sont. Comme des films purement divertissants. En orchestrant la revanche d’une femme bafouée, devenue bourreau après des années d’esclavage, Joe Lynch livre un uppercut féministe certes bancal, mais néanmoins buriné et frondeur. Go Salma go !

@ Gilles Rolland

Everly-Salma-Hayek2
Crédits photos : TF1 Vidéo


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • #Chef - Critique

    #Chef Critique

    Un Feel-Good Movie aux petits oignons !Jon Favreau, le réalisateur des films Iron Man et Cowboys & envahisseurs, revient devant et derrière la caméra pour un... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • The Giver - Critique

    Giver Critique

    On passe notre tour !Adapté du roman dystopique "Le Passeur" de Loïs Lowry par Phillip Noyce (Salt, Danger immédiat), dans le film The Giver, Jonas (Brenton... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • The November Man - Critique

    November Critique

    Son nom est Bond, Badass James Bond !Adapté du roman "There Are No Spies" de Bill Granger par Roger Donaldson (Braquage à l'anglaise, Le Pic de Dante, La... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Paradise Lost - Critique

    Paradise Lost Critique

    Quand on se marie, on épouse aussi sa belle-famille !Pour son premier film en tant que réalisateur, Andrea Di Stefano décide de raconter une partie de la vie... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Interstellar - Critique

    Interstellar Critique

    Si une catastrophe peut arriver, elle finira par arriver !Prévu au départ pour Steven Spielberg, Christopher Nolan reprend le flambeau à la réalisation avec... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Grizzly - Critique

    Grizzly Critique

    Souvenirs d'Alaska !Après Félins, Alastair Fothergill et Keith Scholey collaborent pour un nouveau documentaire DisneyNature, qui suit pendant une année la vie... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Favelas - Critique

    Favelas Critique

    L'amitié et la justice n'ont pas de prix !Adapté du roman d'Andy Mulligan, Stephen Daldry (Billy Elliot, Extrêmement fort et incroyablement près ... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES

A propos de l’auteur


Onrembobine 55426 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines