Magazine Culture

(anthologie permanente) Yvan Goll, traductions inédites de Jean-René Lassalle

Par Florence Trocmé

Masques de neige 
 
En une nuit la neige 
moula mon masque mortuaire 
 
Blanc fut le rire de cette neige 
et mon ombre elle la changea 
en habit de carnaval 
 
Une tempête de triangles d’or 
est venue sur la ville sonore 
la soulevant de tous ses gonds 
 
Dans la lumière millénaire 
les tours du temps ont été 
détachées de leurs ancres 
 
La neige a en une nuit 
accompli mon visage onirique 
 
 
Extrait de : Yvan Goll : Traumkraut (1951), Fischer 1990. Traduit de l’allemand par Jean-René Lassalle. 
 
 
Schnee-Masken 
 
Es hat der Schnee über Nacht 
Meine Totenmaske gemacht 
 
Weiß war das Lachen des Schnees 
Und meinen Schatten verwandelt 
Er in ein Fastnachtsgewand 
 
Ein Sturm von goldnen Triangeln 
Hat plötzlich die tönende Stadt 
Gehoben aus all ihren Angeln 
 
Im tausendjährigen Licht 
Wurden die Türme der Zeit 
Von ihren Ankern befreit 
 
Der Schnee hat über Nacht 
Mein Traumgesicht wahrgemacht 
 
 
Extrait de : Yvan Goll : Traumkraut (1951), Fischer 1990. 
 
•  
 
Ta tête en os en nuage en feu 
que souvent je prends entre mes lourdes mains 
je peux la secouer, je peux la faire tourner 
en elle j’entends des cascades chuter, des mondes fermenter 
 
Sublime tête mienne 
ces étoiles de saphir, qui s’élèvent et retombent 
comme je tourmente cette tête, et puis l’emplis de larmes 
sans défense je l’abandonne à vieillir 
ne va jamais penser qu’en elle Dieu gouverne 
 
Extrait de : Yvan Goll : Traumkraut (1951), Fischer 1990. Traduit de l’allemand par Jean-René Lassalle. 
 
 
Dein Kopf aus Knochen aus Wolken aus Feuer 
Ich nehme ihn oft in meine schweren Hände 
Ich kann ihn schütteln, ich kann ihn drehen. 
Ich höre drinnen Wasserfälle stürzen, Welten gären. 
 
O mein erhabener Kopf! 
Diese Saphirsterne! Auf- und untergehend! 
Wie quäl ich diesen Kopf! Ich fülle ihn mit Tränen! 
Ich laß ihn wehrlos altern! 
Und denke nie: hier drinnen waltet Gott! 
 
Extrait de : Yvan Goll : Traumkraut (1951), Fischer 1990. 
 
•  
 
Hauts-fourneaux de la douleur 
 
Dans les hauts-fourneaux de la douleur 
quel airain y est fondu 
les garçons de pus 
les sœurs  de fièvre 
n’en savent rien 
 
Équipe de jour 
équipe de nuit de toute chair 
fleurissent les blessures et les feux 
sauvages aux jardins de salpêtre 
aux champs de roses brûlantes 
 
Asphodèles de ma peur 
sur le versant de la nuit 
 
Que brasse-t-il le maître des métaux 
dans les cœurs ? le cri 
le cri humain sorti du corps obscur 
qui comme un poignard oint 
perce notre soleil des morts 
 
Extrait de : Yvan Goll : Traumkraut (1951), Fischer 1990. Traduit de l’allemand par Jean-René Lassalle. 
 
 
Die Hochöfen des Schmerzes 
 
In den Hochöfen des Schmerzes 
Welches Erz wird da geschmolzen 
Die Eiterknechte 
Die Fieberschwestern 
Wissen es nicht 
 
Tagschicht 
Nachtschicht allen Fleisches 
Blühn die Wunden und die Feuer 
Wild in den Salpetergärten 
Und den heißen Rosenäckern 
 
Asphodelen meiner Angst 
An den Abhängen der Nacht 
 
Ach was braut der Herr der Erze 
In den Herzen? Den Schrei 
Den Menschenschrei aus dunklem Leib 
Der wie ein geweihter Dolch 
Unsre Totensonne schlitzt 
 
Extrait de : Yvan Goll : Traumkraut (1951), Fischer 1990. 
 
• 
 
Le lac salé 
 
La lune en bête d’hiver lèche le sel de tes mains, 
violet écument tes cheveux comme un buisson de lilas 
où la chevêche de la sagesse appelle. 
 
Ici fut édifiée pour nous la ville de songe recherchée, 
toutes ses rues sont blanches et noires. 
Tu avances dans la scintillante neige promise, 
à moi sont posés les rails de la raison obscure. 
 
Les maisons furent dessinées à la craie sur le ciel 
et les portes fondues dans le plomb ; 
en haut sous leurs pignons croissent des bougies jaunes 
comme des clous sur d’innombrables cercueils. 
 
Les quittant nous arrivons au lac salé. 
Des oiseaux de glace au long bec nous y guettent, 
que la nuit durant je combats à mains nues, 
avant que leur chaud duvet nous serve de campement 
 
Extrait de : Yvan Goll : Traumkraut, Fischer 1951. Traduit de l’allemand par Jean-René Lassalle. 
 
 
Der Salzsee 
 
Der Mond leckt wie ein Wintertier das Salz deiner Hände, 
Doch schäumt dein Haar violett wie ein Fliederbusch, 
In dem das erfahrene Käuzchen ruft. 
 
Da steht für uns erbaut die gesuchte Traumstadt, 
In der die Straßen alle schwarz und weiß sind. 
Du gehst im Glitzerschnee der Verheißung, 
Mir sind gelegt die Schienen der dunklen Vernunft. 
 
Die Häuser sind mit Kreide gegen den Himmel gezeichnet 
Und ihre Türen bleigegossen; 
Nur oben unter Giebeln wachsen gelbe Kerzen 
Wie Nägel zu zahllosen Särgen. 
 
Doch bald gelangen wir hinaus zum Salzsee. 
Da lauern uns die langgeschnäbelten Eisvögel auf, 
Die ich die ganze Nacht mit nackten Hände bekämpfe, 
Bevor uns ihre warmen Daunen zum Lager dienen. 
 
 
Extrait de : Yvan Goll : Traumkraut (1951), Fischer 1990. 
 
 
bio-bibliographie d’Yvan Goll 
 
[Jean-rené Lassalle] 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines