Magazine Cinéma

[Dossier] Fantasia 2015 – Jour 9 : Joli costard coréen et SF indigeste

Par Onrembobine @OnRembobinefr

[Dossier] Fantasia 2015 – Jour 9 : Joli costard coréen et SF indigeste

[Dossier] Fantasia 2015 – Jour 9 : Joli costard coréen et SF indigeste

22 juillet. Fantasia c’est passionnant… mais pas tout le temps. Rechercher la pépite, dénicher la petite exclu inédite sortie de nulle part, l’exercice n’est pas de tout repos. Il faut être curieux, ouvert, savoir manger de tout et bien mâcher les aliments avant de les ingurgiter. Malgré cela, il est parfois difficile d’échapper à l’indigestion.

Films visionnés :

The Royal Tailor, de Lee Won-Suk – Note:

★
★
★
½
☆

The-Royal-Tailor-2

Commençons par le meilleur. Durant l’ère de la dynastie Joseon en Corée, le tailleur officiel de la famille royale doit bientôt conjuguer avec un nouveau joueur dans le métier repéré par la reine. Plus qu’un film en costumes, un film sur le costume. Éclairage inédit sur l’apparat des rois dont l’intérêt ne semblait pas totalement évident sur le papier. Bonne surprise au final, le résultat à l’écran est plus que convainquant. Un équilibre bien dosé entre tragédie, humour et causticité à l’intérieur des jeux de pouvoirs autour du pas si inoffensif sujet de la belle étoffe. Très divertissant.

Synchronicity, de Jacob Gentry – Note:

★
½
☆
☆
☆

Synchronicity

Le moins meilleur maintenant. Le clin d’œil, c’est génial, l’hommage, c’est super, l’hommage appuyé, ça peut encore être sympathique, mais l’hommage entouré, souligné, surligné, l’hommage qui déborde, celui-là devient gênant. C’est le sentiment qui domine devant Synchronicity, premier film du scénariste et producteur de The Signal. L’hommage en question, c’est Blade Runner. Sur la forme, les pièces sombres et enfumées, éclairées de l’extérieur à travers les stores ou les gros ventilateurs, et la musique omniprésente, gros pompage sans pincettes des synthétiseurs de Vangelis. On pourrait excuser le peu de budget manifeste qui limite la variété des lieux et des plans, concevoir aussi la passion débordante pour l’imagerie d’un film, surtout lorsqu’il s’agit du chef d’œuvre de Ridley Scott, mais le copiage intempestif, non. C’est parasitant et ça gâche le peu d’intérêt que l’on pouvait avoir pour le sujet de Synchronicity, une énième vision paresseuse du voyage dans le temps. Projection plus que douloureuse.

Retour au dossier Fantasia 2015 

Synchronicity from Festival Fantasia on Vimeo.

@ Nicolas Cliet-Marrel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 56820 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines